Un quotidien productif et sans faille… Ou presque.

CC : Noémie Lapanouse

Le quotidien de jeune chercheur est ponctué de toutes sortes d’émotions. La colère, la joie, l’ennui, le doute… Mais il est encore plus vrai que notre consommation de caféine augmente plus le temps passe! Si celui-ci nous aide beaucoup, l’organisation à également toute son importance dans notre quotidien de recherche.

Un quotidien ordinaire. 

Chacun de nous à une organisation qui lui est propre. Certains travaillent de nuit, d’autres de jours pendant des heures. Je préfère me donner une liste de choses à réaliser pour la semaine et ensuite mettre en place un planning à la semaine. Il peut alors arriver que je reste pencher sur mes sources pendant des heures, comme ne pas trouver ce que je cherche et me lasser très rapidement. Le seul objectif que me fixe est d’avoir fini à la fin de la semaine les objectifs fixés au début de celle-ci. Les lieux ont l’ont étudie ont de l’importance pour ce genre d’organisation.

CC : photo2ville.com

Pour des raisons pratiques, je me rends trois ou quatre fois par semaine à la médiathèque pour  pouvoir me couper de toutes distractions extérieures. Je me rends là bas souvent pour dépouiller mes sources ou encore au moment fatidique de la rédaction. Mais pour ce qui va être de mes lectures, je préfère me lover dans un plaid sur mon canapé avec un café noir. A chaque recherche et travail, son lieu. Vous l’aurez compris, je travaille souvent seule, ayant la fâcheuse habitude de vite me laisser déconcentrer par le premier bruit qui passe. J’aime aussi pouvoir littéralement m’étaler sur la table et agrandir au fil de la journée mon espace vital. Mais ce que je manie le plus c’est l’art de remettre les choses au lendemain.

Procrastination et argumentation, mes amours. 

CC : drivingpeace.com

La procrastination. Pire ennemie et meilleure amie du chercheur. Quelques fois mortelle, notamment lors du dépouillement des sources, elle permet au moment de l’écriture de pouvoir reposer son cerveau pour mieux former son propos le jour d’après. Mais elle ne doit surtout pas prendre le dessus sur nous sinon le retard est impossible à rattraper ensuite. Et c’est surtout des remords personnels qui pointent leurs museaux. Je déteste devoir me justifier de choses injustifiables.

A l’inverse, j’adore parle de ma recherche avec mon groupe d’amis proches ainsi qu’avec certains autres éudiant.e.s en master également mais dans d’autres disciplines. Cela me permet aussi de pouvoir partager des points de vue avec d’autres étudiant.e.s mais ils me permettent aussi de voir plus clairs dans mes propos. Chacun mettant son grain de sel dans le débat, je reçois souvent des mails ou messages portant sur mon sujet que certains de mes proches m’ont envoyés « au cas où ça t’intéresse… » Même si quelques fois les frictions sont au rendez-vous, ma recherche a l’avantage de ne laisser personne indifférent!

Ce qui m’amène à écrire dans la sphère publique avec prudence. J’utilise peu les réseaux sociaux de manière personnelle, mais encore moins de manière professionnelle. De plus, travaillant sur un média polémique, peu de visibilité sur le web peut être un atout pour accéder à leurs archives ou lors de certains entretiens qui peuvent être menés avec certains des journalistes qui eux, sont très adeptes des réseaux sociaux. Et aussi très susceptibles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.