Hé dis-donc Jamy, c’est quoi le quotidien d’un étudiant en M2 histoire ?

Un échantillon de mes notes, couvertes d’une écriture que je suis le seul à pouvoir déchiffrer ! CC OLTRA Antoine

Les archives c’esbien, m’enfin on ne va pas non plus y aller tous les jours. Il existe un autre lieu saint dans le cadre de la recherche en Master histoire : la BU centrale du Mirail évidemment ! Entre emploi du temps, feignantise et communication, voyons de quoi cause ce billet.

 

Quand et où travailler

En Master, le but du jeu est de produire un mémoire de recherches pour la fin de l’année. Pour cela il faut travailler. Mais où me direz-vous ? Hé bien il existe un petit coin sympa, connu de tous les étudiants et qu’on peut difficilement louper. Cet endroit bien particulier, c’est la bibliothèque universitaire centrale.

Plutôt spacieuse, assez calme, cet endroit est parfait pour plancher sur le Master. De plus de par la position éloignée du Mirail, elle n’est pas envahie par ces maudits squatteurs d’étudiants de médecine, contrairement à la BU d’UT1 où j’ai auparavant étudié.

Je pourrai citer la petite BU de l’UFR d’histoire, mais je n’y mets plus les pieds depuis ma troisième année de licence. A part à la BU, je travaille chez moi, et en de rares occasions au lycée de Villefranche de Lauragais. En effet, je travaille dans ce dernier en tant qu’assistant d’éducation (un pion quoi).

Pour ce qui est de mes horaires de travail à la BU, j’y suis généralement le lundi de 9h30 à 12h, le mercredi après-midi et le jeudi. Par-contre en raison de mon emploi d’AED, je ne m’y rendre le mardi et le vendredi. Depuis le début du semestre, il n’y a pas vraiment eu d’évolution dans mes horaires de travail à la BU. Il peut bien sûr arriver que j’arrive plus tard que d’habitude, voir que je ne vienne pas.

Généralement, je préfère travailler seul. C’est évidemment plus sympa de travailler en groupe, mais il est plus difficile de se concentrer puisque tout le monde parle et plaisante. J’y participe bien entendu, n’allez pas croire que j’accuse mes camarades de me déconcentrer ! En tout cas les quelques fois où j’ai travaillé en groupe, c’était avec mes collègues du parcours aéronautique dirigé par Monsieur Jean-Marc Olivier.

 

Flemmingite aigüe

 

CC Google image

Dans le cadre de mes travaux de recherches, j’écris beaucoup sur des feuilles blanches, que ce soit des notes, des fiches de lectures, des résumés d’archives. Et souvent je retape le tout à l’ordinateur, histoire de m’y retrouver plus facilement. Par-contre je dois dire que je n’utilise pas de base de données. Il paraît que c’est très pratique pour la recherche, mais j’ai tout bonnement la flemme d’en faire une.

Et on touche là à un sacré problème auquel bon nombre d’étudiants sont confrontés. Je parle bien sûr de la flemmardise et de cette chère procrastination, c’est-à-dire le fait de remettre les choses à demain. De manière plus basique, on l’assimile au fait de faire autre chose plutôt que de travailler. C’est donc un synonyme de la flemmardise. Je pense que comme tous mes camarades de Master, je peux avoir de belles périodes de procrastination. Après tout, quel régal de s’y mettre la veille au soir lorsqu’il faut rendre un travail le lendemain !

 

Ça vous intéresse ce que je dis ? 

 

C’est bien de faire de la recherche, c’est bien aussi de pouvoir en parler. Je peux en parler avec pleins de gens, que ce soit ma famille, mes amis qu’ils soient en histoire, psycho, éco, qu’ils ne fassent plus d’études. Egalement avec mes camarades de Master 1 et 2. Il m’arrive aussi d’évoquer mes recherches avec mes collègues du lycée, donc les autres surveillants, certains professeurs et membres du personnel. J’en parle parfois avec certains élèves qui s’y intéressent un minimum, ou qui sont juste curieux de savoir ce que je fais comme études. La personne qui suit le plus mes recherches, c’est mon père. Pensez-vous, il est prof d’histoire et habite en Guyane. Donc là où se trouve le centre spatial guyanais d’où décolle les fusées françaises. Je l’avais d’ailleurs visité avec lui cet été.

CC Google image

Je dois dire qu’en général, les gens auxquels je parle de mes recherches semblent s’y intéresser un minimum car souvent, ils ignorent totalement quels ont été les travaux français en matière de fusées avant les fusées Ariane. Tout comme moi il n’y a pas si longtemps me direz-vous. Il est d’ailleurs possible qu’en parlant de mes recherches avec un ami qui était l’an dernier en L3 d’histoire, je l’ai motivé à rejoindre le même Master que moi alors qu’il voulait à la base aller en Master d’archives. Mine de rien, j’ai l’impression que beaucoup de gens s’intéressent à l’histoire et possèdent quelques connaissances, sans forcément avoir fait des études d’histoire. C’est en tout cas toujours un plaisir de parler de mes recherches et tout simplement d’histoire. Par-contre, je n’utilise aucun réseau social, qu’il soit publique ou universitaire, pour parler de ma recherche. Je ne suis pas là pour faire ma promo ni pour préparer un futur doctorat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.