Préparez vos affaires pour le grand « moving day » !

Pixabay, CC, Nikon D3200

Au moment où la promotion « Angela Davis » s’efface pour laisser place à la prochaine, l’heure est au bilan. À la croisée des chemins entre la soutenance de M1 et la rédaction du mémoire de M2, le premier semestre s’est avéré plus complexe que prévu. Cette période fait osciller notre humeur entre frustration, euphorie et inquiétude : frustration devant une recherche fragmentée, euphorie face à de nouvelles sources et inquiétude devant le manque de temps.

Mon premier semestre de M2 se situe dans la continuité de la soutenance de M1. J’ai pris en compte toutes les remarques de fonds exprimées par mes directeurs afin d’améliorer mon analyse. Néanmoins, elles n’ont pas impliqué une modification drastique dans ma manière de dépouiller mes sources.

Un engrenage enrayé…

Pixabay, CC, geralt

Après la soutenance de M1 notre cerveau pense que tout est fini, il s’éteint quelque peu. Notre rythme de vie se relâche et reprend le cours « normal » des choses, surtout lorsque l’on doit assumer un travail de saisonnier.

Mais arrive le mois de septembre et la reprise officielle de la recherche (je me suis un peu avancée sur mon travail en août lorsque la motivation était présente) et là tout se complique. On s’aperçoit que la machine s’est enrayée. Lire et dépouiller devient difficile et on commence à procrastiner d’un jour à l’autre.

J’ai réussi à temporiser le problème en effectuant les travaux demandés dans les différentes UE en avance : rédaction des billets, assister aux séminaires de FRAMESPA, par exemple. Et lorsque l’engrenage repart, on ne peut plus l’arrêter (ou du moins, on essaye de restreindre la possibilité d’un nouvel enrayage). Ainsi, à l’heure actuelle je suis fière de vous annoncer : je ne suis pas en retard ! Je me situe dans la phase de dépouillement de mes sources, et plus particulièrement des journaux étudiants.

Un planning chargé… mais respecté

En début de semestre, je m’étais fixé comme objectif de dépouiller jusqu’à la fin janvier. En quatre mois, il est possible de réaliser beaucoup de choses. Mais il s’agit de ne pas tout faire dans le désordre. L’organisation est primordiale.

Cependant, il ne faut pas oublier un détail : le semestre est jalonné par des cours, impliquant une notation… Ainsi, on se retrouve avec beaucoup de choses à faire en même temps : rédiger des billets, préparer le colloque du master, assister à des heures de séminaires, se rendre aux diverses manifestations afin de réaliser son stage à FRAMESPA…

Un emploi du temps bien chargé… Tous droits réservés, Anaïs Martinez

Si vous regardez attentivement mon planning, vous allez pointer un problème. Je sais, je n’ai pas réussi à terminer ma base de données des étudiants dans les temps. Malheureusement, je le savais dès avant de la commencer…

En M1 j’ai réalisé une même base pour deux fois moins d’individus en environ un mois. Mais cette fois-ci, je possède un nombre de personnes beaucoup plus conséquent et je ne travaille pas dans un bon contexte. Comme j’ai pu le dire dans un précédent billet (« Ma petite bulle ») je préfère dépouiller des registres de 200 à 400 pages durant des journées entières et non des demies. Or, le premier semestre est très particulier : 8 heures par semaine de cours réparties sur 4 jours. Cet emploi du temps fragmenté me frustre et m’empêche de travailler comme je le souhaiterais.

Et pourtant le mois de novembre était le choix le plus judicieux : en septembre il faut reprendre une routine, en octobre on comble le retard, en décembre on commence à fatiguer et en janvier on essaye de tout finir dans les temps. Ayant pris conscience du problème, je m’étais préparé et j’ai réservé presque tous mes week-ends afin de finaliser cette base de données.

Un bilan mitigé

Pixabay, CC, 3dman_eu

Mon planning bien chargé est notamment jalonné par la rédaction des billets des Tribulations historiennes. Après trois mois passés à les confectionner, que peut-on en retenir ?

La mise en forme des billets ne relève de rien de compliqué, mais n’en croyez rien, leur rédaction est plus complexe. L’inspiration n’est pas toujours là, des sujets peuvent nous désintéresser, il faut trouver de bonnes accroches, parfois un peu d’humour, ou encore choisir des informations pertinentes.

Mais n’ayez crainte, futurs contributeurs aux tribulations, leur écriture reste passionnante et divertissante. On voit notre style évoluer, se relâcher, gagner un ton particulier. Maintenir une écriture hebdomadaire, telle est l’objectif. Mais à l’heure actuelle, il est impossible d’évaluer les bienfaits. Je le verrai lorsque je commencerai la rédaction du mémoire.

Rédiger sur des thèmes tels que le parcours, les archives, l’écriture ou le quotidien n’a pas permis une remise en question sur moi-même. Toutes les idées mentionnées jusqu’ici, je les connaissais dès avant de les inscrire sur les billets. Je ne m’en suis pas rendue compte au moment de la rédaction.

Ma conclusion des Tribulations historiennes se fait ainsi en demi-teintes. Sur ce, je vous laisse et je souhaite bonne chance aux futurs étudiants de M2 pour la saison 3. Je vous promets, j’ai récupéré toutes mes affaires !

Crédits de l’image à la Une : Pixabay, CC, Nikon D3200


Anaïs Martinez

Etudiante à l'Université Toulouse Jean Jaurès en master 2 dans le parcours Histoire et Civilisations Moderne et Contemporaine, je suis actuellement sous la double direction de M. Jacques Cantier et de Mme Caroline Barrera. Mes recherches portent sur l'enseignement de l'histoire à la faculté des Lettres de Toulouse sous la Troisième République (1870-1940).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.