Itinéraire d’un voyage dans la poussière.

C.C. – Luka Mery

Arlette Farge dans son ouvrage Le goût des archives compare le travail des sources au monde marin. On se plonge dans les fonds, on nage en eaux troubles, on peut se retrouver submerger d’informations, avec le risque de s’y noyer.
Personnellement, lorsque je travail des archives, je le fait comme lorsque je prépare un voyage. Je prends le nécessaire pour y survivre mais je ne prévois rien. Je me laisse guider par ce qui me plaît et quand quelque chose m’intrigue, je reste sur place et je prends tout mon temps pour le comprendre. Puis, je suis le chemin que les sources m’indiquent , m’arrêtant à chaque fois que c’est nécessaire. Mais avant de pouvoir travailler les sources, il à fallut les trouver.

Arrêt n°1 : L’accès aux archives

Archivo General de la Provincia de Mendoza, C.C., Ciudad de Mendoza

Lorsque je suis arrivé en Argentine, j’ai mis un certain temps à aller consulter les fonds d’archives. Un peu effrayé par une organisation que je ne connaissais pas, par une langue que j’étais en train d’apprendre, par une histoire que j’abordais à peine. Au bout d’un moment, après avoir lu les travaux de nombreux historiens, j’ai voulu savoir si ce que j’étais en train de lire collait avec les sources que j’allais utiliser, ou si au contraire j’allais trouver des cas totalement différents.
Je me suis donc rendu aux Archives Générale de la Province de Mendoza (AGPM) et là j’ai compris que je devais passer ma première épreuve de feu : les archivistes. Tel un boss de fin de niveau, j’ai dû prendre du temps et essayer plusieurs techniques pour les amadouer. Car oui, quand vous êtes un petit français parlant mal la langue et voulant travailler l’histoire Argentine, vous faire bien voir des archivistes est primordial car ce sont eux (elles en l’occurrence) qui déciderons si elles veulent bien ou non vous fournir les archives. Et à force de cafés, de croissants et de cigarettes offertes, j’ai pu avoir accès à mes archives.

Arrêt n°2 : Découvrir les archives

Boite à archives C.C. Luka Mery

Je comptais travailler les archives juridiques et je m’étais imaginé de vieux livres rendant compte des procès, des archives très organisés comme on peut s’attendre d’archives de la Justice d’une Province entière. Quelle fut ma surprise quand on m’amena une sorte de grosse boite à chaussure bleu. A l’intérieur de ces boites, des tas de dossiers, plus ou moins gros, comprenant des compte-rendus de procès ; parfois incomplets, parfois mals rangés, souvent dans un état de conservation assez mauvais. Mais même si beaucoup n’y verraient qu’un vieux tas de papiers poussiéreux et illisibles, moi j’y ai vu des tranches de vie. Des épisodes plus ou moins précis nous permettant d’entrevoir ce que pouvait être la vie à Mendoza au XIXe siècle.

Conscient du peu de temps que j’avais à Mendoza, j’ai fait un tri dans les 350 procès emmagasinés aux archives et photographié tous ceux qui m’intéressaient. Ce fut long. Très long. Trop long. A cause d’un appareil photo, puis d’un disque dur qui ont décidé de me quitter sans prévenir, j’ai passé près de deux mois à prendre en photos une cinquantaine de procès (à peu près 3500 photos) et à les trier. Il a ensuite fallut s’accoutumer à l’écriture, découvrir les abréviations de l’époque, comprendre leurs mots.

Arrêt n°3 : Utiliser ses archives

Sur place, le travail des archives était assez classique. Je me rendais dans la salle de lecture et travaillait sur mes fonds, armé de mon ordinateur, un cahier et un crayon. Mais cette année, je n’ai pas le luxe d’avoir accès physiquement à mes sources et doit donc me contenter de mes photos. Je n’ai donc pas de « journée archives » comme mes camarades mais de longues journées devant mon ordinateur. Je passe beaucoup de temps à dépouiller, retranscrivant certaines parties mots pour mots, survolant certains passages qui m’interessent moins pour l’instant.

L’avantage de travailler sur des procès c’est que ce sont des sources assez organisées : le format est quasiment toujours le même (procès-verbaux, interrogatoires, déclaration du procureur, défense de l’accusé et peine). Cela permet donc de travailler relativement vite et de savoir où chercher lorsque l’on veut une information particulière.

Terminus : Mémoire de M2

Pour mon Mémoire de Master 2, mon corpus est donc composé de ma cinquantaine de procès. J’ai également décidé d’élargir ce corpus avec plusieurs sources publiées que j’ai trouvé sur internet, notamment un recueil des lois mendocinienne de l’époque, des autobiographies de magistrats et quelques journaux.

Ce corpus est donc relativement conséquent mais je reste frustré. Chaque fois que je rencontre une nouvelle personne dans mes source, j’ai envie d’aller m’enfermer aux archives et fouiller tous les catalogues pour voir si elle réapparaît quelque part. En travaillant sur des procès, je n’ai accès qu’à une infime partie de la vie de ces hommes. Je sens que parfois j’emprunte des chemins qui m’éloignent de mon but premier, je me perds dans une forêt dense, faite de vieux papiers et d’encre, de noms et de peines. Cependant, par miracle j’arrive encore à revenir sur une voie qui peut me conduire à mon terminus. Je suis aujourd’hui à la moitié de ce voyage, préparant déjà les destinations pour le prochain.


Luka Mery

Etudiant en Master 2 Histoire et Civilisations moderne et contemporaine, parcours monde Ibérique à l'université Toulouse II Le Mirail-Jean Jaures. Sous la direction de François Godicheau, ma recherche s'oriente sur la notion de criminalité en Argentine au XIXe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.