L’Histoire : une quête du quotidien !

 

La fameuse “page blanche”, cc

Le bel aspect du titre d’un mémoire occulte quelque peu la masse de travail que suppose la recherche historique.Quel est donc le quotidien d’un “apprenti chercheur”?
En entrant en master HCP, il existe une vue dans notre esprit, celle d’un mémoire rédigé et idéalisé. Pour autant, ce “Graal” cache une quête quotidienne. Cette aventure se partage en étapes qui dictent le quotidien.

Lire, tu devras !

Un livre et des vivres, voilà le quotidien !cc

Le quotidien du chercheur c’est d’abord la lecture. Au-delà d’une étape initiale de construction de la bibliographie (particulièrement intense), tout au long de la recherche les ouvrages sont le quotidien. Qu’elle que soit l’avancée de la recherche, les lectures bibliographiques permettent le progrès. Le corolaire est bien entendu de s’aventurer dans de multiples bibliothèques (dont vous connaissez rapidement par cœurs certains rayons) ! L’expression rat de bibliothèque prend tout son sens !

 

Un nouveau continent, tu exploreras !

Seul, en terrain inconnu ! cc

La seconde étape est le travail des sources. C’est sans doute la réalité la plus agréable du quotidien du chercheur en histoire. Malgré les nombreuses difficultés, être confronté à des documents vierges d’études et sur lesquels la main humaine n’a pas prise depuis des décennies est un privilège. Surtout, ce “nouveau continent”, celui des dépôts d’archive, est un espace de liberté. Si son exploration requiert un temps infini, la lente mise en perspective de documents est une conquête du quotidien marquée de petites réussites encourageante.

 

A la rédaction, tu t’essayeras !

C’est en arrivant à cette étape que l’on réalise l’ampleur de la tâche. Rédiger un mémoire de recherche, c’est une quête quotidienne des mots. Il faut à de multiples reprises retravailler ce que l’on a écrit auparavant. Peu à peu, on peut de la sorte essayer de construire un texte étant le plus proche possibles des réalités historiques observées dans les sources. Il faut accepter de bouleverser son plan, d’adapter sa méthode, de retravailler son vocabulaire. Cela pour essayer de transmettre au mieux ce qui se dégage du dépouillement des archives. Cette part du quotidien est sans doute la plus frustrante. Elle prend un temps considérable et suscite souvent un goût d’inachevé.

 

Les conseils, tu considéreras !

les petits camarades : des alliés fidèles ! cc

Pour progresser, il faut confronter ses travaux à ceux des camarades. Ce sont les discutions avec eux qui susciteront le plus de réflexion et qui vous permettront de remettre en question votre travail. La recherche historique est en quelque sorte un travail d’équipe ! Quel que soit le sujet, parfois éloigné, des liens se tissent qui souvent permettent d’améliorer les méthodes de travail ou encore de rédaction. De même, il faut tenir compte des observation et des opinions des enseignants qui facilitent grandement la tâche ! Le quotidien du jeune chercheur en histoire, c’est donc aussi un travail collaboratif.

 

Le grand saut, tu tenteras !

Le quotidien de la recherche, c’est aussi d’être capable de communiquer sur ses travaux. En tentant d’expliquer vos recherches à vos proches, vous pourrez prendre du recul sur ce que vous faite. La réception de ce que vous expliquez traduit la progrès de vos recherches. Ainsi, peu à peu, vous serez capable de mieux mettre en perspective les enjeux de votre projet? Être capable de vulgariser est un très bon exercice de synthèse qui permet de mieux maitriser son objet d’étude. Rechercher, c’est donc aussi apprendre à communiquer et à la faire de manière adapter aux circonstances. En somme, la recherche en histoire est une aventure du quotidien. Une quête où pour réussir il faut prendre du recul et considérer les conseils de vos compagnons de route !

Il faut bien se jeter ! cc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.