Un jour sans fin …

Et m***e, déjà lundi !? Faut se remettre à bosser…. cc, dreamstime

Franchement, en entrant en master, s’il y a bien une chose à laquelle je ne m’attendais pas à faire face, c’était aux turpitudes et à la relativité du temps.

Cependant, une fois que l’on y est, la question ne se pose plus. Il s’agit avant tout de se combattre soi-même, une lutte enragée s’engage, celle pour sortir du lit avant l’aurore. Retour sur une micro-histoire (pas très) originale.

Motivation, quand tu nous manque …

De manière général, chaque matin de la semaine (c’est à dire du lundi au jeudi, en gros pour un niveau de master) est ponctuée par un musique universelle, une note sacrée qui s’affranchit des frontières et des classes sociales. Ce sempiternel et satané réveil ne cesse de m’importuner, me violente sans cesse pour que je sorte de la quiétude de ma paillasse. Pour un peu, j’ai parfois la sensation désagréable de me trouver dans ce film où Bill Murray est sans arrêt en train de revivre la même journée.

Sensation de déjà-vu me direz-vous, et bien il semblerait que la journée d’un apprenti-historien soit un quotidien toujours identique. Il ne manquerait plus que la phrase au réveil « Oh là là ça caille ce matin, réveillez-vous les amis, c’est le jour de la marmotte ! » Pitié tout mais pas ça ! Je me motive à fond en essayant d’organiser ma journée. Comment vais-m’y prendre, quels sont les objectifs à atteindre aujourd’hui ou encore qu’est-ce que j’ai omis de faire la veille du fait d’une certaine flemme accumulée (#procrastinationforever).

Je remarque tout de même une nette amélioration, celle d’avoir pris en considération l’attitude de travail de l’année passée. J’en veux pour preuve que le master I a été l’occasion d’être confronté directement à ce problème. Seulement, pour cette deuxième année j’ai pris les devant en en prenant conscience, un grand pour moi et rien du tout pour l’humanité ! Néanmoins, apprendre de ses fautes passées semble la meilleure manière de gérer son organisation, et d’éviter les mêmes galères et stresse de fin d’année.

Organisation et planification : habitus et coutume

Les outils : il suffit de pas grand chose, cc tous droits réservés, Tomás Guarisco

Globalement je remarque que l’on acquiert certaines habitudes digne d’une personne du troisième âge. Ainsi, les habitus semblent s’installer et perdurer. Il peut s’agir de la place sélectionnée à la bibliothèque universitaire, où l’on marque (symboliquement, je vous rassure) son territoire tel un animal de la savane. « Pas touche au grisbi ! « . Travailler chez-soi relève d’autant plus de la capacité de mobiliser une forte volonté pour éviter de sombrer là aussi dans les tentations de l’inactivité.

Sinon, côté horaires de travail, je suis plutôt fidèle à des créneaux qui s’approchent de 9h30, 10h pour une journée, pouvant aller jusqu’à 18h, entrecoupée par la nécessaire pause-pitance. J’apprécie tout autant le fait de travailler en anachorète qu’en groupe, la première forme me permettant d’être, tout de même soyons francs, plus prolifique et plus réfléchie face au brouhaha ambiant et aux distractions multiples et diverses.

Les plateformes de recherche et de traitement des archives de mon sujet peuvent varier de l’incollable cahier au fichier informatique word pour donner une meilleure vue d’ensemble des connexions établies entre chacune des archives. De fait, j’ai plutôt l’habitude de collecter et traiter directement les archives en faisant une première lecture, puis une seconde via la transcription des sources (rappelons qu’elles datent soit de 1720 soit de 1721). En second lieu, j’effectue quelques lectures afin d’enrichir ma réflexion sur le sujet : que puis-je apporter d’autre, de quelle manière analyser les documents découverts et qu’en retirer ?

Transmettre et/ou vulgariser son sujet : une toute autre histoire

Gnnnééé ? cc, Pixabay

L’éclectisme des personnes avec qui je parle de mon sujet de recherche m’a amené à adapter mon discours, mes propos selon avec l’individu que j’ai en face. Ainsi diverses réactions surgissent, en générale plutôt positives comme « ah c’est intéressant, c’est génial, c’est cool etc… » Enclines à la discussion, elles vont me soumettre à une série de questions plus ou moins similaires qui affichent néanmoins un certain intérêt pour le choix et le développement de ma thématique de recherche.

D’autres (très minoritaires) vont le prendre sur un ton de dérision : « mais tout le monde s’en fout de ton ambassadeur là, chais pas quoi ! Ottoman oui c’est bien ce que j’ai dis ! ». Soit, je suis habitué à ce genre de réactions donc je n’y prête même pas attention.

Ainsi, la réception est plurielle, mais elle reste en générale limitée au domaine du non-virtuel. Se sont les membres de ma famille ont souvent droit à un compte-rendu hebdomadaire de ma recherche et de mes découvertes tant que je ne les lasse pas trop ! J’en discute bien entendu avec les étudiants dont je partage les déboires et angoisses respectifs et les amis qui s’intéresse de près ou de loin à l’histoire. Les réseaux sociaux sont donc exclus car pour l’instant, car je n’ai pas l’ambition de rendre publique ma recherche. Elle se fait donc par l’intermédiaire de mon prof qui me fait savoir quels moyens sont les plus judicieux pour éventuellement diffuser mes travaux.

La route est donc encore longue avant que je puisse me lever sereinement sans craindre de revivre infiniment ce jour d’étude comparable à celui-ci !

Crédit image à la une : cc Pixabay


Tomás Guarisco

Étudiant en maîtrise de second cycle en Histoire Moderne à Toulouse II le Mirail. Ma thématique de recherche s'axe sur les représentations, l'interculturalité et les modalités d'application de la diplomatie au travers du passage de l'ambassadeur ottoman Mehemd Efendi, sous la direction de Mathieu Grenet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.