Une journée à l’archive, à la japonaise

« Ma dose. Ni plus, ni moins. » Photo prise par Yuka Kodate ; tous droits réservés.

« Pipipipi…. pipipipi…. », le soleil s’est levé, le réveil sonne. « C’est l’heure de te réveiller ! Il faut que tu te réveilles, parce qu’il y a un mémoire à écrire ! » Ah j’entends la voix de ma conscience… « Mais j’ai pas envie de quitter mon nid… » Je traîne un peu, et le réveil sonne de nouveau. Le travail le plus dur, c’est de me réveiller.

Ma journée commence avec un bon petit café. Mon café préféré actuel est « Colombie moulu » chez Café Michel (il est disponible à Bio c’ Bon). J’en mets 2 pleines cuillères dans le filtre à café. Sans ma dose je suis un zombie toute la journée. Oui, c’est un effet psychologique. Mais la motivation, elle est importante.

Après le café, je prépare mon sac de travail. J’essaye de minimiser le contenu, parce que je crains qu’il va déformer mes épaules un jour. Pourtant, mon sac n’est jamais léger. Pourquoi autant de matériels ?

L’équipe « Shoulder crushers ». Photo prise par Yuka Kodate ; tous droits réservés.

  • Une écharpe large : En France, les bibliothèques sont trop bien climatisées en été, et trop peu climatisées en hiver. Vous êtes trop chauds, les Français !
  • Une trousse à stylos : Il est important parce que j’aime écrire à la main.
  • Les surligneurs : En différentes couleurs pour analyser avec efficacité.
  • Un réveil : Comme je suis une patriote j’ai investit à Casio.
  • Les bouchons d’oreilles : Essentiels parce que je suis facilement déconcentrée par des bruits.
  • Un bloc de post-it : Il ne me sert pas beaucoup.
  • Une dictionnaire électronique : C’est aussi celle de Casio par hasard.
  • Une portefeuille : Il ne faut pas oublier surtout la carte de consultation de la bibliothèque et la carte d’étudiant. Un petit sou pour acheter un café pour le temps de repos aussi.
  • Un MacBook Air : Il est relativement léger par rapport aux ordinateurs fixes, mais 1,5 kg avec le chargeur, il pèse lourd pour mes épaules.
  • Une paire de lunettes : Ma vue a été détériorée au cours de l’année dernière (parce que j’ai beaucoup étudié haha !)
  • Les cahiers : Une pour les cours à la fac, une pour prendre les notes pendant la lecture, une pour le mémoire. Je suis un peu maniaque.
  • Les livres de références : Cet été, je portais toujours trois ou quatre livres sur l’Union européenne comme références.
  • Un ou deux livres de Foucault : Pour le pose.

 

En gros, j’ai autant de choses sur mes épaules parce que je déteste de ne pas avoir les choses dont j’ai besoin au moment précis où je les cherche.

Quand tout est prêt, je sors de chez moi. Je travail souvent dans une bibliothèque, mais j’aime travailler aussi dans un café. Comme j’habite tout près de la place Capitole, je vais souvent au Café Albert, Les Arcades ou Columbus Cafe.

Pourtant, l’année dernière, j’ai souvent travaillé à la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine (Périgord) pour consulter mes sources, la presse publiée dans les années 1990. C’était le moment de prestige réservé pour les historiens, de feuilleter soigneusement les anciens documents…

Un beau plan, une belle stratégie, un beau travail

« Un beau ciel à Périgord après la journée de travail. » Photo prise par Yuka Kodate ; tous droits réservées.

À la bibliothèque, je cherche d’abord mes sources sur le site de la bibliothèque et demande la consultation sur place. Je reçois mes sources à l’accueil, et maintenant c’est l’heure du travail !

Comme mes sources de l’année dernière étaient la presse quotidienne (Le Figaro et L’Humanité), plusieurs manières de les exploiter étaient possibles. Surtout, comme le nombre d’articles que j’avais récupéré dépassaient 700 en total, faire une étude quantitative serait intéressant.

L’étude quantitative est, plus précisément, une analyse statistique en utilisant une base de donnée. Par exemple, dans ma recherche, nous pourrions révéler :

Pour chaque journal, combien d’articles traitent :

  • Quels sujets par rapport au traité de Maastricht (l’économie, la législation, la politique française, la politique étrangère, le contenu du traité de Maastricht, l’opinion publique, etc.)
    • Par exemple, Le Figaro repartit plus de pages (35% du total) sur l’économie, alors que L’Humanité s’intéresse plus sur la politique française (40% du total)
  • Quels opinions sur le traité de Maastricht (pour ou contre)
    • Par exemple, 60% d’articles du Figaro montre l’opinion favorable au traité de Maastricht, et 85% d’articles de L’Humanité traitent l’opinion contre le traité de Maastricht.

→Quel journal s’intéresse plus à quel sujet, quel journal défend quelle idée

  • Sur quel sujet les deux journaux sont pour ou contre le traité de Maastricht
    • Par exemple, plus de 50 d’articles qui traient le sujet sur l’économie étaient favorable au traité de Maastricht, tandis que plus de 50 d’articles sur la législation ont montré la difficulté du procès jusqu’à l’adoption du traité.

→Quels sont les facteurs qui soutiennent le traité de Maastricht, et sur quels points les Français soucient le plus

« Un beau travail, qui n’a pas bien servi. » Photo prise par Yuka Kodate ; tous droits réservés.

Pour ce faire, j’ai commencé d’abord par taper toutes les informations sur l’Excel qui pourraient être utiles pour cette analyse : la date, le jour, la page, la rubrique, le surtitre, le titre, s’il y a une photo/image ou non, l’auteur, la référence sur l’auteur (la profession etc.), le chapeau, pour ou contre le traité de Maastricht, le sujet traité, les mots clés et la ligne politique de la personne traitée. C’était un travail laborieux. Il m’a fallu une pleine semaine pour compléter le tableau.

Et la réalité…

Cependant, l’histoire n’était pas aussi simple. Pendant la rédaction de mon mémoire, j’ai pris trop de temps pour écrire d’autres parties. A la fin, j’ai rendu compte que je n’aurais plus de temps pour faire l’étude quantitative. Finalement, très peu de mon travail avec l’archive aie été bien exploité. C’était vraiment dommage.

Pourtant, il y avait aussi un travail de l’archive qui m’a bien servi pour écrire mon mémoire. Comme mes sources n’étaient disponibles que par consultation sur place, je devais trouver un moyen d’obtenir leur double. D’ailleurs, comme j’allais soutenir en septembre, je devais avoir un accès à mes sources afin de pouvoir travailler pendant les vacances d’été. La photocopie serait idéale, mais les anciens journaux étaient conservés dans une forme d’un grand livre (classé par mois), et étaient impossibles à photocopier.

« Les archives à la main. » Photo prise par Yuka Kodate ; tous droits réservés.

J’ai pris, donc, les photos de chaque article avec mon iPhone. Je les ai imprimé, les classifié par thème, et transformé en livrets. Voilà 700 articles sont maintenant à la main, en 8 livrets. Comme ils n’étaient pas l’originel, je pouvais les utiliser comme je voulais : surligner, prendre les notes à côté ou amener au café.

Comme vous le devinerez, je ne suis pas du tout quelqu’un d’efficace. Je ne suis pas assez sage pour savoir quel sera utile pour moi avant l’essayer, alors j’essaye tout ce qui me semble utile. Il me faudra beaucoup plus de renseignements sur différentes méthodes pour faire une recherche avec l’efficacité. J’espère qu’un jour je saurai, avec l’expérience, ce qui est le meilleur pour moi…

Photo à la une : prise par Yuka Kodate ; tous droits réservés.


Yuka Kodate

Après avoir fini l'Akita International University (AIU) en 2013, j'ai quitté le Japon pour apprendre la langue française. En 2016, j'ai été admise au Master de l'histoire contemporaine à l'UT2J. Sous la direction de Professeur Bertrand Vayssière qui est un spécialiste de l'histoire européenne, je travail sur la naissance de souverainisme dans le paysage politique française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *