Un mode de vie d’une Japonaise @France

“La berceuse.” CC0/Creative Commons

En 2009, j’ai quitté chez mes parents pour faire les études à l’université. Oh ouais, il n’y a plus personne qui me gronde même si je ne dors pas à 22h ! C’était le début de mon mode de vie nocturne…

À l’époque, j’aimais étudier le soir. Surtout, j’aimais étudier à la bibliothèque de l’université, qui était juste à côté de ma résidence étudiante et qui était ouverte 24h/24. J’étudiais jusqu’à l’aube, et je dormais quand les oiseaux commençaient à chanter. Heureusement, comme je pouvais organiser librement mon emploie de temps à l’université, j’ai choisi que des cours de l’après-midi. C’était la condition parfaite pour garder un mode de vie nocturne.

Cette habitude a été conservée même quand j’ai commencé à étudier en France à la faculté de la langue. Je lisais au café près de chez moi après le diner, souvent jusqu’à la fermeture (2h du matin). J’adorais sentir l’air fraiche et l’ambiance de l’aube après avoir étudié toute la nuit.

Cependant, il y avait un grand changement dans mon mode de vie au cours de l’année dernière. Comme ce master, dans lequel je devais me communiquer en français, était un grand défi pour moi, je devais être beaucoup plus attentive que d’habitude. La fatigue à cause de la nuit blanche ne serait plus admise comme une excuse d’être incompétente, en plus de ma barrière langagière. Au début, je me forçais à me réveiller après la nuit blanche avec une bonne dose de café, mais cette technique m’a rendu souvent malade. (Un jour, après avoir pris trois tasses d’expresso, j’ai vu les poissons qui nageaient sur le mur blanc.) D’ailleurs, les établissements publiques, tels que la bibliothèque où je pouvais consulter mes sources, n’étaient ouverts que pendant la journée. Donc, c’était la fin de mon habitude nocturne.

“Un souvenir de la vie scolaire au Japon…” CC0/Wikipedia

Pendant la rédaction du mémoire, j’avais un mode de vie militaire. Pour la première fois depuis 2009, je me suis couchée avant la minuit et me réveillée tôt le matin. Ça m’a fait souvenir de mon enfance. Après le réveil, je me suis fait un café, et réfléchit sur l’organisation de la journée en le buvant. Je commençais souvent le travail à 8h, et puisque la bibliothèque près de chez moi ne serait pas ouverte jusqu’à 10h, je travaillais souvent chez moi pendant la matinée.

Après le déjeuner, je travaillais d’habitude à la bibliothèque, surtout en été pour profiter de la climatisation. Dans l’après-midi, je travaillais normalement de 14h jusqu’à 18h. Pendant tout l’été, j’ai travaillé environ huit heures par jour. Travailler pendant la journée, dormir pendant la nuit. On me dirait que c’est le mode de vie tout à fait normale, mais pour moi c’était un changement considérable…

Alors, le mode de travail ?

Ma recherche commence par la création de la grille de lecture. La lecture sans ou avec la grille de lecture est comme la différence de la lecture sans ou avec une paire des lunettes. Etudier mot par mot, phrase par phrase est parfois important, mais pas efficace s’il y a un tas de documents à lire. Par exemple, l’année dernière, je devais lire plus de 700 articles des journaux. Sans aucune problématique, lire tous ces articles serait accablant, voire inutile.

Plus la grille de lecture soit détaillée et précise, plus la prise de note et l’analyse seront faciles. Portant, elle ne doit pas être nécessairement complexe. Par exemple, on peut utiliser tout simplement le QQOQCCP. De quoi parle l’auteur ? Pour quel but l’auteur a-t-il l’écrit ? Qui est l’auteur ? Sur qui l’auteur parle-t-il ? Où et quand l’évènement s’est (serait) produit ? Comment il s’est (serait) arrivé ? Combien (de fois, d’argent, de personnes, d’années) ? Pourquoi est-il survenu ? Ayant ces questions en tête, la lecture sera beaucoup plus efficace.

“Les notes, les surlignements, les schémas.” Photo prise par Yuka Kodate ; tous droits réservés.

À part le QQOQCCP, j’avais la problématique plus adaptée pour ma recherche. Est-ce l’auteur pour ou contre le traité de Maastricht ? Pour quelle raison est-il pour ou contre la création de l’Union européenne ? Comment décrit-il l’Europe de Maastricht ? Quel est son « Europe » idéale ? Qu’est-ce qu’il propose à ses lecteurs de faire afin de réaliser cet idéal ? Pendant la lecture, j’ai souligné les parties qui répondaient à ces questions, avec des marqueurs en couleurs différentes. Normalement, le rose signifie qu’il s’agit d’opinion personnelle, le vert sur les personnages et le jaune pour des faits ou des propos neutres. A côté du texte, je note brièvement pourquoi j’ai souligné ces parties : par exemple, « idéal », « critique » ou « louange ».

Après la lecture, je schématise ce que je viens de lire. Je fais souvent plusieurs schémas, chaque fois trié par un thème différent. Pour le mémoire l’année dernière, j’ai fait des schémas classés par trois thématiques :

  • les lignes politiques d’auteurs (droites, gauches, centristes, extrémistes)
  • les sujets (l’économie, la politique française, la politique européenne, la société, etc.)
  • les idées (favorable à l’Europe de Maastricht, favorable à l’intégration européenne mais contre le traité de Maastricht, favorable à l’Europe de Maastricht mais pas au gouvernement de Mitterrand qui la propose, défavorable à l’intégration européenne tout court, etc.)

J’ai comparé ces trois schémas, et choisi celui qui semblait le plus nettement organisé comme le modèle à partir duquel je ferais le plan de rédaction.

La vie en dehors de la recherche ?

Comme la notion d’efficacité me manque complètement de la tête, je suis consciente que je n’ai pas énormément de temps pour gaspiller. Donc je travaille assez régulièrement, et si un jour je n’ai pas pu bien travailler je me culpabilise beaucoup. Cependant, bien que je dise que je travaille régulièrement, ce n’est pas nécessairement pour le mémoire. L’année dernière, j’étais souvent emportée par la tentation de lire Foucault, en me disant que cela m’inspirerait pour mon mémoire. Je consacre pas mal de temps pour la lecture en dehors de la recherche et pour la méditation. Le pire, c’est que je me permets de dire qu’elles sont importantes pour la motivation.

“Bien manger, bien parler.” CC0/Creative Commons

Pourtant, en effet, comme je suis souvent désillusionnée par ma compétence et facilement déprimée, le maintien de la motivation est une partie très importante dans ma vie académique. Lors de la crise, j’appelle mes amis proches (un ami japonais qui vie aussi à Toulouse et un de mes collègues) en pleurant. Pendant une petite heure, je leur parle de mon désespoir et mes inquiétudes. Ils m’écoutent et m’encouragent patiemment. Ma vie en France doit beaucoup à eux. Même si j’ai beaucoup de choses à faire pendant la journée, j’essaye de les voir le soir régulièrement pour cuisiner et manger ensemble. Même si je ne parle pas forcément de mon travail, un bon repas avec une bonne compagnie est une source de motivation importante pour moi.

Photo à la une : Pixabay/CC0/Creative commons


Yuka Kodate

Après avoir fini l'Akita International University (AIU) en 2013, j'ai quitté le Japon pour apprendre la langue française. En 2016, j'ai été admise au Master de l'histoire contemporaine à l'UT2J. Sous la direction de Professeur Bertrand Vayssière qui est un spécialiste de l'histoire européenne, je travail sur la naissance de souverainisme dans le paysage politique française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.