Icare et Dédale

La chute d’Icare, cc. wikicommons

La caractéristique première de la recherche est celle d’un idéal inatteignable. Tel Icare dont les ailes brûlent au soleil, l’étudiant en recherche voit ses expectations réduites en cendres à mesure qu’avance le semestre. Un rêve utopique d’efficacité suprême, une trop grande confiance en soi (une méconnaissance de soi ?), les aléas de la vie (car il y a une vie à côté de la recherche !)… Les raisons sont multiples mais le résultat est le même : on ne parvient jamais – du moins personne que je connaisse – à remplir l’intégralité de ses objectifs premiers.

AU CŒUR DU DÉDALE

Difficile de manœuvrer dans les méandres de la recherche. Il faut se démener entre les travaux sur notre sujet, les différentes UE du Master, la recherche d’un stage et tant d’autres impératifs propres à la vie en général. Ajoutons à cela la fainéantise croissante à l’approche de Noël, et voilà le cocktail gagnant pour des vacances studieuses à rattraper le retard accumulé. Outre cette longue liste de tâches qu’il faut mener à bien, le travail de recherche en lui-même est un véritable labyrinthe ; de ceux dans lesquels on plonge (pour ma part du moins) sans trop réfléchir, avec la sotte idée d’en sortir aisément comme s’il ne s’agissait que d’un long boulevard rectiligne ! Rétrospectivement, ma première année de recherche ressemble bien plus à une déambulation à tâtons au sein d’un dédale de livres, d’articles, de sources et de carnets de notes, de brouillons d’écriture repris et re-repris encore. Neuf mois durant, comme mes camarades, je me suis évertuée à dégager un chemin praticable parmi l’amoncellement de données et d’analyses récoltées, à trouver une voie exploitable pour restituer correctement le fruit de mon labeur et ne pas me noyer dans le torrent de la rédaction. Ce n’est pas chose aisée. On se pense prêt, eh bien surprise, on ne l’est pas ! Je pense réellement que la recherche fait partie de ces domaines de la vie que l’on ne peut découvrir que dans l’expérimentation directe.

CONSERVER SA SOUPLESSE !

Non je ne parle pas ici de gymnastique mais bien d’intellect. Une fois que l’on a pris conscience de ses limites – en s’y heurtant parfois de plein fouet ! –, il faut se relever et s’efforcer de poursuivre malgré tout. Pour cela une seule solution : conserver sa souplesse d’esprit. Il faut savoir réévaluer ses objectifs, adapter ses ambitions aux contraintes, à la mesure du réalisable. Aux premiers temps de ma recherche, j’envisageai follement de dépouiller tous les journaux d’adultes de Mireille Havet ; soit plus de 1900 pages d’écriture intime plus ou moins régulière. Pour une entrée en matière dans l’univers de la recherche, l’ambition était quelque peu démesurée. Je me suis cantonnée au deux premiers volumes, me réservant les trois suivants pour cette année. Cet apprentissage va de pair avec la découverte de l’impossible exhaustivité : on ne peut pas tout dire, tout traiter en une année. Peut-être cela dépend-il du sujet. Dans mon cas, j’ai du faire certains sacrifices, choisir de taire certaines choses.

Inévitablement, les méthodes évoluent, conformément aux ambitions et objectifs premiers. La façon de considérer son sujet est bien différente entre le premier mois du M1 et le milieu l’année de M2. Au cours de cette seconde année, c’est avec une vision plus lucide que j’aborde la recherche, les enjeux et les objectifs à réaliser ; avec une plus grande souplesse d’esprit également, nourrie par de nombreuses conférences et séminaires (notamment au sein du réseau de Masters Arpège), et qui m’amène à considérer autrement mon sujet. L’apprenti historien débute sa recherche avec une idée en tête, ayant déjà présumé de ce qu’il allait/voulait trouver dans ses sources. Au fur et à mesure, il s’agit d’apprendre à rester ouvert à toute éventualité. Dans cette démarche, l’écriture de ces petits billets, quoique bien plus compliquée qu’il n’y parait à première vue, aura néanmoins eu le mérite d’encourager une réflexion et une prise de distance bénéfiques par rapport à mon sujet.

cc. pixabay

En cette fin de décembre, alors que se profile le dernier virage, il me semble que je vois poindre au loin la lumière au bout du tunnel. Soulagement intense ! Mais, ne nous emballons pas trop. La dernière ligne droite est toujours semée d’embûches, et je suis toujours tentée de relâcher la pression au moment où, au contraire, il faut redoubler d’efforts.

 

 

 

Le bilan en quelques mots : tâchez de retomber sur vos pattes et tenez le cap ! Déjà un an et demi de passé, le plus gros est fait.

cc.flickr

Crédits image à la une : wikicommons


Pauline Laurent

Etudiante en Master 1 recherche en Histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès (2016-2017) sous la direction de Sylvie Chaperon, mon mémoire porte sur les mots de la sexualité dans le journal intime de Mireille Havet. Diplômée d'un BAC L en 2012, j'ai réalisé deux années de CPGE Chartes au lycée Pierre de Fermat. J'ai ensuite obtenu 2 licences : une licence d'Histoire à l'université Toulouse Jean Jaurès (2014-2015); une licence d'Histoire de l'art en Erasmus à Saragosse, Espagne (2015-2016).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search