« This is the end, beautiful friend »

Le semestre bientôt terminé, un bilan s’impose. Mais pour ma part, où j’en suis? Ai-je accompli un semestre rondement mené? Quand est-il de mes nouveaux objectifs pour cette dernière ligne droite? 

Peu à peu les routards de M2 s’effacent au profit de la jeune génération de M1. La partie n’est tout de même pas terminée, ce n’est qu’un au revoir. Voici mes dernières pensées sur mon expérience et ce travail de rédaction de billets.

Un bilan mitigé

Dès le premier séminaire de rentrée, le planning de l’année a été défini par mon directeur. Je dois avoir dépouillé mes sources d’ici fin janvier. Je suis dans les temps. L’emploi du temps durant ce semestre est tout de même chargé. Il faut assister à 25 heures de séminaires (colloque, intervention, atelier), organiser un colloque, rédiger des comptes rendus…  Pourtant il y a moins de cours en deuxième année de master. J’ai  plus de temps libre mais ce n’est pas pour ça que j’en consacre plus à la recherche.

J’ai le sentiment de trouver moins de références bibliographiques. Cette sensation me fait quelque peu culpabiliser, je me dis que je trouve moins d’informations car je travaille moins. Le fait est que je trouve autant de références que l’an dernier mais celles-ci m’apportent moins de matières. Dès la première année de master, je savais que la deuxième serait consacrée à une période plus importante. Par la grâce de ce magnifique procédé, j’ai une porte ouverte sur plus de sources. Ce sont ces sources qui m’ont permis d’affiner mon sujet, je ne savais pas trop où aller au mois de septembre. Sur ce point, j’aborde la dernière ligne droite avec plus de sérénité.

Quand le doute s’installe

Mon point de vue sur les billets de blog

D’un point de vue mélioratif, la rédaction de ces billets permet de faire son propre bilan sur ses recherches, ses démarches. On se remémore des passages difficiles, on essaye de comprendre là où on a pu perdre du temps. On peut ainsi prendre de la distance et  anticiper les mois à venir.

J’ai tout de même quelques réticences vis à vis de ce type de devoir. Le nombre de 6 billets est peut être excessif. Le nombre de 2 ou 3 serait plus approprié. Je ne suis pas forcément inspiré par tous les sujets. Cela demande du temps, du temps qui n’est pas consacré au mémoire. En y réfléchissant, aurai-je réellement appliquer ce temps à mes recherches? Il y a un aspect qui peut se rapprocher du journal intime à travers ce travail, ce qui peut être perturbant lorsqu’on a pas l’habitude de se livrer. Il faut noter également une démarche rébarbative, le format reste identique, la mécanique reste la même. De plus, j’éprouve de la difficulté pour illustrer un billet, soit pour trouver une image adéquate au propos ou tout simplement pour trouver une idée.

Et maintenant?

Je suis perplexe pour aborder ce second semestre. Nous avons du temps étant donné que nous n’avons plus de cours. Le danger est là. La procrastination dans ces moments-là se trouve dans tous les recoins. Assiduité et persévérance devront être des leitmotivs au quotidien.

Dans les semaines et mois à venir, le programme risque d’être densément chargé. Il me faudra trouver de nouvelles références bibliographiques, traiter et confronter mes sources issues des archives. La conception d’une carte et le traitement de photographies d’époque seront également de la partie. Il ne faut pas oublier la rédaction des comptes rendus de séminaires. La réalisation d’une problématique et d’un plan devront se faire dans le courant du mois de février. Ces deux années de recherches commencent à prendre fin, ce n’est pas le moment de lâcher prise. Redoublons d’efforts. J’aperçois enfin le bout du tunnel.

 

Memorial Tunnel, CC wikimedia commons


joseph gentet

Étudiant en master 2 Histoire, Civilisation, Patrimoine à l’Université Jean Jaurès de Toulouse, je travaille sur le musée des Augustins de Toulouse. Mes recherches se portent sur la période 1848-1914. Je cherche à comprendre le fonctionnement de ce musée, ses rouages, son quotidien.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *