Ils sont partis pour gagner…

CC Pixabay

Eh oui, le mois de décembre n’est pas que synonyme de Noël, de chocolats, de téléfilms kitsch sur M6 et de sur-alimentation. C’est d’ailleurs rarement le cas pour les étudiant.e.s, qui doivent effectuer leur dernier marathon, au doux son de Jingle Bells.

Décembre c’est donc la fin du premier semestre et à juste titre, il faut désormais faire la synthèse des derniers mois vécus. Depuis le début de l’année, qu’en est-il de nos recherches ? De nos projets ? Ai-je suivi le planning que je m’étais imposée ? Ce dernier a-t-il évolué ? En quelques mois, les choses peuvent considérablement changer, surtout dans le domaine de la recherche.

Ohé Ohé Capitaine abandonné

Nous n’allons pas faire durer le suspens plus longtemps (si vous avez lu le précédent article vous vous doutez sûrement déjà de quelque chose) et pour ma part, ce premier semestre ne s’est pas passé comme prévu. Entre petits boulots pour survivre, surmonter les obligations scolaires, trouver un stage, réviser les partiels, passer les partiels, pleurer les partiels, etc, etc, pas facile de trouver du temps pour son travail de recherche. Au regard de toutes les autres obligations du quotidien, le mémoire apparaît alors comme une activité à la fois de détente et d’agréable stimulation intellectuelle.

Alors que la barque coule lentement, et que je m’évertue à trouver de quoi limiter la submersion, il m’arrive de réfléchir et de percevoir, au loin sur un petit radeau, mon mémoire. « Ben dis donc, ça fait longtemps qu’on s’est pas vu ! Comment ça va bien ? T’es tout beau ma parole ! Comment ça, c’est qu’une façade ?  Tu ne vois pas d’évolution ? Ah. Mais que veux-tu ? C’est comme ça, c’est la vie. C’est pas que je veux pas, je t’assure, je t’apprécie beaucoup, mais nos vies prennent des chemins différents. Ne pleures pas s’il-te-plait. C’est pas toi, c’est moi. Je te mérite pas. Mais… Ne pars pas, je te reviendrai… peut-être… un jour ! »

Ma pensée, ma pensée… Le vent les a emporté

CC Wikimédia

Nos rapports entre Mémoire et moi se sont un peu étiolés. Mais comme souvent, un petit coup de chatterton et puis hop ! ça repart comme sur des roulettes. La solution à la situation sus-nommée se doit d’être simple et efficace : plusieurs transfusions de pur arabica, un petit au revoir à Sommeil et la fierté d’arborer des cernes noires corbeaux, comme une parure. En plus de cela, on adopte le plan « No Christmas » que connaissent si bien les préparationnaires. On ne s’accordera que la soirée du 24 et le matin du 25 décembre pour s’amuser, avant de revêtir notre tunique sacerdotale et se remettre au travail, sous le regard circonspect de notre entourage.

Mes travaux évoluent doucement, la réflexion étant longue et souvent difficile. Mais il me plaît de penser que le temps consacré, aussi sporadique soit-il, est cependant efficace. Après tout, il est de notoriété publique qu’après avoir laissé de côté un travail pendant un certain laps de temps, de nouveaux éléments nous frappent l’esprit comme une évidence, alors qu’ils étaient restés muets depuis le début. Les projets se transforment ainsi, mûrissent et demeurent toutefois encore bien différents de ce qu’ils seront au moment de la concrétisation. Les ambitions deviennent plus raisonnables, pressées par l’exigence du temps. Dans cette douce période hivernale, où l’on rêverait plutôt au dolce farniente qu’au dur labeur, rester sérieux et constant dans son travail de recherche relève presque de l’exercice physique. Allez, ne perdez pas courage, bientôt on sera méga musclé du cerveau. La classe.

Avec tout ça, on avait presque oublié que c’était Noël : donc, à tous et à toutes, bonnes fêtes de fin d’année et vivement que, justement, elle se termine cette année !

 

Crédit image à la Une : Théodore Géricault, Le radeau de la Méduse, cc wikimédia.


Natacha Aprile

Titulaire d'un Master Recherche en Histoire de l'art moderne, je suis actuellement étudiante en Master 2 Recherche en Histoire moderne à l'Université Toulouse-Jean Jaurès, sous la direction de Sylvie Mouysset. Mon travail porte sur l'entourage de l'empereur Frédéric II de Prusse.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.