Premier semestre : un échauffement chaud !

Communication
« Un prisonnier du Pape, J.-B. Paya, 1861 » Colloque « Fragments d’histoire » 14/12/2017

Je ne ressentais pas nécessaire de planifier un emploi du temps avec des horaires et des objectifs précis fixés à l’avance parce que les aléas de la vie viendraient les contrarier.

Le planning de l’année était inscrit dans ma tête comme une évidence : l’année universitaire étant partagée en deux semestres, le premier correspondrait à une sorte d’échauffement dans les matières historiques et le deuxième correspondrait à une course de fond, c’est-à-dire l’écriture du mémoire.

C’est pourquoi, à partir du second semestre je prévois d’avancer à un rythme soutenu et dès janvier, les pieds sur les starting blocks, je m’élancerai dans la rédaction de l’introduction puis prendrai un rythme d’écriture de fond alternant documentation, inspiration, concentration et respiration. Je m’attends cependant à amorcer un sprint final le dernier mois, pour atteindre la ligne d’arrivée avec le mémoire imprimé dans les temps impartis.

Le premier semestre a débuté avec un dosage équilibré entre les enseignements qui demandaient une production continue visible comme le présent blog, et ceux qui demandaient un travail de fond, encore invisibles, comme le recueil de documents pour le mémoire, « Actualité de la recherche » ou les journées d’étude qui feront l’objet de comptes rendus ultérieurs. Puis, la préparation de la communication pour le colloque « Fragments d’histoire » des 13 et 14 décembre est venue bousculer le savant dosage de départ et l’échauffement s’est soudainement échauffé. J’ai repéré trois exercices d’échauffement qui ont ponctué l’activité du premier semestre : étirements, sautillement, respiration.

Étirements

Pour s’étirer en sport, on allonge ses membres, on les étire jusqu’à leurs extrémités, le plus loin possible pendant quelques secondes puis on les dérouille en les faisant tourner, lever ou replier. C’est un peu ce que j’ai fait en allant butiner dans divers documents ou sites internet, pour élargir mon sujet à des éléments de contextualisation. Ainsi, j’ai revu des thèmes autour de l’histoire de l’imprimerie, de l’édition, de la presse, de la ville de Toulouse, à différentes époques, pour en faire ressortir des points de dynamique en lien avec mon sujet.

Sautillements

Etirements, sautillements – Pxhere- CC0 Domaine public

Un autre exercice d’échauffement consiste en des petits sauts successifs qui font élancer le corps en hauteur puis retomber aussitôt. Un blog sur l’échauffement physique, indique que si le sautillement produit quelques gouttes de sueur, augmente le rythme cardiaque et accélère la respiration, c’est qu’il est efficace. Comme j’ai observé ces effets à chaque fois que j’écrivais les billets de ce présent blog pour arriver à leur publication au rythme d’un tous les 15 jours, M. Poublanc nous a offert l’occasion d’un vrai entraînement à l’écriture par sautillement d’un thème à l’autre.

Ainsi, depuis octobre, nous avons exposé notre vécu d’historien en herbe sur les six thèmes suivants : « Parcours », « L’écriture », « Les archives », « Notre sujet en 15 tweets », « Le quotidien » et le dernier, ce présent blog, « Synthèse » c’est-à-dire le bilan que nous faisons de notre évolution au cours du semestre. Pour être honnête, ce sautillement d’un thème à l’autre m’a fait découvrir comme M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir, mon positionnement d’étudiante en Master 2 d’Histoire…Ce qui manque, ce sont des « commentaires » à nos blogs. Car très vite, j’ai eu le sentiment de tourner en rond à force de parler de moi et de ma recherche, sans échange ou si peu par l’intermédiaire de ce blog.

Respiration

La respiration sert à bien oxygéner le sang qui lui-même irrigue le cerveau, organe principal pour faire avancer une production intellectuelle. En phase d’échauffement, on adapte le rythme de la respiration en fonction de l’effort qui va être demandé. Il s’agira de maitriser les trois moments du souffle : inspiration profonde en ouvrant la cage thoracique, étirement des épaules en arrière, puis expiration lente.

Connaître ses rythmes de respiration aide à maîtriser le débit de parole, le stress, les formes d’émotion, c’est-à-dire les situations auxquelles un historien doit faire face pour communiquer avec un public. C’est ainsi qu’avant d’intervenir dans le mini-colloque le 14 décembre, j’ai cherché à caler le rythme de ma respiration pour être à l’aise et rendre agréable ma transmission. Je l’ai vécu comme un entrainement à la soutenance orale du mémoire.

Pour le colloque « Fragments d’histoire », l’échauffement s’est échauffé…

Pour moi, c’est le mini-colloque qui a cristallisé à travers sa préparation et la prestation orale, l’essentiel de mon évolution durant ce premier semestre. Synthétiser le sujet « Un prisonnier du pape, J.-B. Charles Paya témoigne de sa captivité à Rome en 1861 » en 13 minutes, n’a pas été simple. J’ai dû le recomposer plusieurs fois jusqu’au dernier moment pour y arriver. De plus, je voulais rendre le sujet vivant mais il fallait le développer avec la méthode classique d’une dissertation historique, c’est-à-dire avec une accroche, une introduction, une problématique, l’annonce du plan, un développement en plusieurs parties et une conclusion, le tout accompagné de dix diapositives illustrant le propos avec des documents légendés. C’était un exercice complet, grandeur nature, utile pour former à communiquer une recherche scientifique, comme un rite de passage avant d’intervenir, un jour, dans un vrai colloque.

Je terminerais ce blog des Tribulations historiennes en remerciant tous les enseignants qui nous ont accompagnés durant ce premier semestre et particulièrement pour la tenue de ce mini-colloque qui, avec ses 39 communications d’étudiants, aux sujets très divers, m’a remplie d’énergie pour le second semestre.

 

Colloque « Fragments d’histoire » 13-14 décembre 2017 –
39 communications Etudiants Master 2

 

Crédits photo mise en avant : ©isabelle.privat

 


Isabelle Privat

Après avoir suivi les séminaires de Jean Yves Mollier en Histoire de l’Édition à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines entre 2011 et 2014, puis validé le niveau licence d’Histoire à Toulouse Jean Jaurès, Isabelle Privat a entrepris en 2016-2017 un Master 1 en Sauvegarde et Valorisation du Patrimoine écrit au Centre Universitaire de Troyes, Université de Reims, Champagne Ardenne et poursuit en 2017-2018, un Master 2 à Jean Jaurès en Histoire, civilisations, patrimoine, avec M. Jacques Cantier. Son sujet de recherche est la vie et l’œuvre de « Jean Baptiste Charles Paya (1807-1865), éditeur et journaliste à Toulouse et Paris, éveilleur de conscience ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search