L’ultime bafouille : « Ne soyons pas des écrevisses ! »

La victoire est au sommet ! CC 4589191, Pixabay

Un énième semestre se termine tranquillement. Les vacances de noël se rapprochent et avec elles la perspective d’un repos mérité et la cessation des activités estudiantines pendant au moins deux semaines… Que nenni ! En jetant un coup d’œil en arrière, puis en avant, j’ai un aperçu de la quantité de travail insuffisante fourni ce semestre et, surtout, la montagne qu’il me reste à franchir pour l’ultime étape au sommet : l’écriture du mémoire ! Les vacances seront raccourcies, c’est l’heure du bilan !

L’apprentissage au cours du semestre

Tout d’abord faisons un point sur le semestre. Concernant les cours, nous en avons peu et ils ne sont pas nécessairement obligatoires mais peuvent être complémentaires d’une réflexion personnelle. L’essentiel n’est pas là, car la recherche est avant tout un travail en solitaire.  Savoir faire preuve d’autonomie est un point essentiel de la formation pédagogique du master, il est donc indispensable de s’adapter.

Lors des premiers jours de l’année 2017-2018, je fus agréablement surpris de constater à quel point la relation étudiant/enseignant est mieux valorisée en cinquième année. Par des exercices formateurs, tels qu’un oral en colloque ou bien l’écriture de ces tribulations historiennes, nos aînés nous entraînent à assumer nos recherches respectives. On nous demande d’avoir les épaules assez larges pour affirmer notre rhétorique en développant une argumentation pertinente et communicative. Tout comme il existe un sujet de recherche par étudiant,  il y a une démarche individuel à acquérir pour savoir exprimer le fond de son sujet. Cependant, la route est encore longue, du temps est nécessaire.

Au cours de ces derniers mois j’ai tâché de travailler certains manques de mon premier mémoire.  Par exemple, le contexte toulousain des années 1960-70-80 est un aspect que je n’ai pas assez présenté l’année dernière. Saviez-vous que Toulouse, avec quatre autres villes, avait été choisie par le gouvernement gaulliste du début des années 1960 pour s’élever au rang de métropole d’équilibre afin de lutter contre la centralisation du « désert français » ? Maintenant oui ! Par la suite, cet enjeu influencera les politiques des municipalités de Louis Bazerque et de Pierre Baudis et notamment sur la question de la circulation routière dans l’agglomération. C’est donc suite à certaines politiques de développement urbain, conséquence de décisions nationales, que se dressent des mouvements écologistes dans les localités.

« Et le planning ? »

Ce qu’il est possible de faire avec une feuille de son planning, CC Pxhere

Le planning ? … Il se planifie ! A l’occasion de ma première tribulation j’avais présenté de grandes lignes pour mon travail des prochains mois, c’est-à-dire Octobre-Novembre-Décembre. Aujourd’hui, force est de constater que le retard s’est accumulé. Parce-qu’un questionnement en entraîne un autre, j’ai parfois tendance à m’égarer. Il me faut maintenant trouver d’autres pistes à exploiter.

Dans les semaines qui suivent j’ai l’intention de sortir des classiques archives municipales, afin d’aller feuilleter quelques exemplaires de L’Auta, une revue éditée par une société de protection du patrimoine toulousain. Cela me permettrait d’étudier une autre opinion que celle du C.D.B.G (Comité de Défense des Berges de la Garonne) sur la question de la protection des quais de la ville.

Ensuite, afin de diversifier mon panel d’entretiens, j’essaie de programmer 3-4 rencontres avec des personnalités variées. Hélas, elles sont parfois difficiles à organiser car s’effectuent en fonction des disponibilités des interviewés. Avant d’entamer l’écriture du mémoire, je pourrai donc appuyer mes analyses sur une série de 12-13 entretiens effectués sur l’ensemble des deux années de recherche. En effet, le contenu des sources orales de l’année dernière n’a pas été entièrement exploité et servira encore dans le cadre de ce second mémoire.

Enfin, la tache la plus stressante : je dois trouver un stage. Au cours du dernier semestre nous devons effectuer un stage en entreprise et, dans ma propre situation, je suis toujours sans nouvelles de l’école auprès de qui j’ai fais ma demande. Je vais devoir rapidement trouver une autre structure susceptible de m’accueillir, quitte à ce qu’elle ne soit pas en lien avec mes études en histoire ou ma recherche.

L’avancée personnelle

L’histoire, tout comme le Colisée, c’est du solide ! CC Campellif, Pixabay

Mon sujet de mémoire aura fortement évolué depuis ce 5 Septembre 2016, jour d’un rendez-vous avec madame Laure Teulières au cours duquel elle m’assigna du sujet « Aux origines des mouvements écologistes à Toulouse (années 1970-80) ».

Tout d’abord, au gré de mon avancée, mes travaux se sont accommodés de certaines thématiques telle que celle de l’urbanisme, évoquée ci-dessus, de la protection du patrimoine ou bien de associationnisme. Au départ, je ne pensais pas aborder de ces éléments mais rapidement je constate qu’ils sont indissociables des mouvements écologistes urbains, à Toulouse comme dans d’autres villes. Les enjeux liés à l’écologie s’ancrent donc pleinement dans des questionnements variés mais très concrets.

Ensuite, il me semble qu’un cursus universitaire, d’autant plus dans le cadre d’un master, est souvent la cause de remises en question sérieuses. De caractère rêveur (parait-il), je m’aperçois que les études en histoire m’auront au moins inculquées le souci du pratique, de la matérialité, le travail de la chaire humaine. Au départ sensibilisé par un approche peut-être trop théorique, certainement dû à d’anciennes lectures régulières d’ouvrages philosophiques, la recherche en histoire m’aura appris à réfléchir à partir d’éléments plus matériels, comme par exemple à travers la construction d’une chronologie.

Enfin, le travail récurrent d’un sujet de recherche participe à la construction d’un schéma de pensée individuel. Je suis persuadé que la réflexion qui s’élabore au gré de l’avancée dans le mémoire induit sur ma propre façon d’appréhender toutes choses, mon sujet de recherche modifie mon regard sur le monde. A travers l’histoire des mouvements écologistes c’est donc ma façon complète de comprendre le temps présent qui est bouleversée.

Aux origines du présent

« À force de vouloir rechercher les origines on devient écrevisse. L’historien voit en arrière ; il finit par croire en arrière« . (F. NietzscheLe crépuscule des idoles).

Mon intention n’est pas de dresser une éloge à la philosophie, ni à son représentant cité ci-dessus. Il ne s’agit pas non plus de stigmatiser une discipline en présentant les tares qu’elles renferment. Je souhaite seulement vous faire part de mes interrogations car elles n’eurent de cesse de me remettre en question depuis quelques années : Quelle est la fonction de l’historien ? Quel est son rôle dans la cité ?

Sans rentré dans un débat sans fin sur la subjectivité qu’incombe une telle approche, je pense qu’il ne faut pas perdre de vue les motivations premières de l’entrée en la matière. Bien qu’il s’agisse sûrement d’une démarche purement personnelle, je me souviens que ma volonté initiale à faire de l’histoire était d’étudier l’écologie, un sujet contemporain. De ma petite cervelle de citoyen, pas même française, je souhaitais comprendre autant que faire se peut les enjeux qui animent notre société contemporaine. Je n’irai pas jusqu’à prétendre faire du militantisme. Néanmoins, je suis persuadé que derrière les travaux d’un chercheur se cache un individu qui peut exercer un engagement sans que cette situation n’amoindrisse la pertinence de ses propos scientifique.

Dans cette perspective, la discipline n’est qu’un outil dont les méthodes proposent une vision sur le monde présent. A ce propos, Michel de Certeau écrivait dans L’écriture de l’histoire : « L’écriture de l’histoire vise à créer dans le présent une place à remplir, un devoir-faire […] Ainsi peut-on dire qu’elle fait des morts pour qu’il y ait ailleurs des vivants ». En d’autres termes, ne soyons pas des écrevisses !

 

        

 

Crédits image à la une : Une belle écrevisse, CC makamuki0, Pixabay.

 


Martin Hazard

Après une Licence d'Histoire à Toulouse, je continue mon parcours d'étudiant en Master Histoire Moderne et Contemporaine. Le choix de la recherche en science sociale me permet ainsi de travailler la thématique de l'écologie, sa diffusion et sa représentation dans la ville de Toulouse pendant les années 1970-80.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search