C’est une bonne situation ça chercheur ?

La pluie et le froid ont élu domicile à Toulouse, les rues sont illuminées par des décorations, les magasins débordent de clients, l’odeur de l’aligot et des mets préparés au marché de Noël embaume la ville, l’année 2017 touche déjà à sa fin, et l’heure du bilan a sonné !

Une fois n’est pas coutume, je n’ai pas respecté mon calendrier de travail, et l’angoisse commence à monter… Je me suis laissée en quelques sorte dépasser par les événements, et peut-être faudrait-il revoir mon organisation… j’ai donc décidé pour ce post de ne pas vous parler de mes avancées (car je sens venir la crise de panique, et les gens autour de moi vont me prendre pour une folle !) mais des côtés positifs et parfois négatifs de ma brève vie de blogueuse !

De l’utilité des tribulations.

J’ai réfléchi un long moment avant d’écrire ce post. Il m’a fallu prendre du recul pour comprendre si cette expérience avait eu un aspect bénéfique sur ma recherche. Et la réponse est oui ! Même si cela fut très frustrant de devoir écrire des billets alors même que mon mémoire me demande beaucoup de temps… Toutes les choses que je dois faire et qui n’ont pas de liens directs avec l’écriture de mon mémoire me paraissent comme une perte de temps… Je m’entends ! Je ne pense pas que cela ne sert à rien, mais une petite voix dans ma tête me dit qu’à la place je pourrais avancer le dépouillement de mes sources, ou la lecture de ma bibliographie !

Néanmoins, cet exercice m’a beaucoup apporté. Il m’a permis de découvrir une autre manière d’écrire sur mon travail et mon expérience en tant qu’apprentie chercheuse. C’est très agréable de pourvoir s’exprimer sans avoir sans cesse en tête les formalités de rédaction d’un document scientifique ! Cela fait un bien fou ! C’est assez libérateur !

C’est très S-T-I-M-U-L-A-N-T !

Et puis, écrire ces billets m’a également permis de revenir sur mon parcours, chose que l’on oublie bien souvent de faire et qui pourtant, peut donner un coup de fouet à son travail et remonter le moral dans les moments de déprime hivernale ! Faire une rétrospective du semestre écoulé (et même de l’année !) et regarder en face son évolution est assez gratifiant ! J’ai vu tout ce que j’avais accompli et d’où j’étais partie et je dois vous avouer qu’un sentiment de fierté m’a envahit !

Après une longue période l’année dernière à écrire matin et soir, l’idée de devoir me remettre aussi rapidement sur mon clavier me réjouissait guère, mais comme dit le dicton : l’appétit vient en mangeant ! Je me sens donc fin prête à me remettre tout doucement sur le chemin de la rédaction.

Si je devais résumer cette expérience par un adjectif je crois que ça serait : STIMULANT !

UE HI00905V : Outils numériques pour historiens !

Mes congénères me trouveront peut-être un peu lèche-bottes d’écrire sur le cours qui encadre ces tribulations, mais à vrai dire ce chapitre n’a rien d’intéressé (même si une bonne note fait toujours plaisir !). Si je devais être honnête, ce cours est celui qui m’a le plus servi dans ma recherche.

En effet, j’ai pu y découvrir nombres de logiciels aussi utiles les uns que les autres pour m’aider dans mon travail et me faciliter un peu la tâche. Étudiant le langage de miliciens espagnols, je dois faire des tableaux de données pour analyser les mots qu’ils utilisent et dans quel contexte. La tâche est assez longue et rébarbative (d’autant que j’ai plus de 200 lettres à étudier) ! Ces logiciels m’ont aider à gagner du temps et à mettre en forme une autre méthode d’analyse de sources qui n’existait jusqu’à présent que dans ma tête.

La rédaction !

Les chercheurs et notamment en histoire, sont un peu déconnectés des outils numériques, ils travaillent surtout sur du papier : d’abord avec les documents qu’ils étudient, les livres qu’ils lisent et les prises de notes qui suivent ces lectures. Le clavier et l’ordinateur arrivent bien souvent en dernière position, au moment de rédiger leurs conclusions et hypothèses. Mais, le dépouillement de sources ce n’est pas simplement une lecture approfondie des documents. Il faut quantifier les sources, les classer, les mettre en lien les unes avec les autres ! Et l’œil de l’historien, même aguerrit, ne peut pas toujours tout voir, il lui faut des outils pour percevoir l’invisible et l’indicible !

De la même manière un chercheur seul ne sert à rien…. si ce n’est qu’à lui même ! Certes, la recherche à quelque chose d’exaltant pour l’individu qui la pratique, elle stimule ses neurones, apporte une certaine ouverture sur le monde, le fait voyager dans des contrées inexplorées, et parfois lui éveille l’âme ! Mais, comment réaliser cette recherche sans aide ? Sans financement ? Sans regard de ses pairs sur ces travaux? Et puis, même si la recherche sert d’abord à soit, à quoi bon étudier le passé si personne ne peut lire nos travaux et s’ils ne font pas avancer (même à toute petite échelle!) l’histoire en général ? Certains préféreront surement rester des loups solitaires…. mais si j’ai bien appris une chose ce semestre, c’est qu’il faut apprendre à communiquer sur son sujet, à s’ouvrir au monde ! Les réseaux sociaux par exemple sont un bon moyen pour se créer un réseau, communiquer avec des personnes du métier et parfois avoir des opportunités !

Vous l’aurez compris, c’est un bilan plutôt positif que je signe ici (malgré mon perpétuel retard dans mon travail….). Il ne me reste donc plus qu’à souhaiter bonne chance à mes camarades et à vous dire adieu…

 


Lisa Albassier

Etudiante en Master 1 d'Histoire à l'université Toulouse II -Jean Jaurès, je travaille sous la direction de Mr François Godicheau dans le cadre du master Histoire, civilisations et patrimoine. Mes recherches portent sur la révolution espagnole de 1936 et plus précisément sur la vision qu'en avaient les acteurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.