Prospection : rétrospective et perspective

Time flies, CC Flickr, ep_jhu.

Le semestre file, je me revois encore début septembre à regarder mon calendrier d’un œil torve, pensant aux douze longues semaines de cours à venir. Et puis, nous voilà : à J-3 des vacances de Noël, sans même avoir pu dire « ouf » et les tribulations touchant déjà à leur fin. Tu me pardonneras la blague de mauvais goût mais la période on ne peut plus propice m’y oblige : « ça sent le sapin » !

Et oui, dernier billet rime aussi avec dernière occasion de déployer mon attirail d’expressions désuètes (de vannes lourdaudes). Pour notre ultime virée je te propose de faire un point sur les premiers mois de M2 mais surtout un petit bilan de l’exercice mené à bien sur le blog : autrement dit de la reprise en souplesse de l’écriture…

Une montée crescendo

Maîtrise parfaite de l’art de faire l’autruche.

L’écriture : parlons-en. Suite au marathon-rédaction subi à la fin du M1, je dois bien l’avouer, l’idée de la confrontation nouvelle à mon clavier ne me réjouissait guère. Entre faire l’autruche ou prendre l’ennemi à bras le corps, mon cœur balançait… Et il balancerait surement encore si les Tribulations n’avaient pas tranché pour moi en m’intimant l’ordre de me remettre promptement à l’écriture.

Au début, je ne vais pas te mentir, la machine bien grippée peinait à fonctionner : la rédaction du premier billet s’avéra ardue et laborieuse. Pourtant, les propos tenus dans les lignes des six articles publiés sur le blog des Tribulations présentaient des atouts majeurs : et notamment celui de ne pas être tenus par la rigidité de l’écriture scientifique à laquelle se doit de s’accorder tout bon chercheur. Finalement, le fait de poster sa prose à intervalle régulier sur un support inédit – le blog – permettait la transition en douceur et somme toute nécessaire pour reprendre les bonnes vieilles habitudes rédactionnelles. « Tribuler » signifiait donc avant tout, pour moi, de profiter pleinement du blog comme d’un exutoire puisque j’ai pu y aborder l’écriture de façon plus décomplexée avant de me frotter à la rédaction du M2…

Des acquis jamais assez acquis ?

De toute évidence, je mentirais si je te disais ne pas redouter ce moment. Pourtant je garde en tête l’expérience vécue en M1. J’essaye de relativiser en notant le chemin parcouru depuis l’année dernière.

Moi en seconde année de Master, allégorie.

Je m’octroie notamment plus de souplesse dans mon travail. Il ne s’agit pas d’une exigence moindre, mais plutôt d’une prise de recul somme toute assez bénéfique à mon travail et ma productivité. J’évite à tout prix de me mettre la rate au court-bouillon. Dorénavant je sais à quelle sauce je vais être mangée et l’exercice familier ne m’impressionne plus : alors pourquoi s’en faire ?

Pourtant, à trop prôner le « lâcher-prise » on glisse sans nul doute lentement mais surement vers le terrain miné – ou peut-être devrais-je dire le bourbier infernal – de la procrastination. Car j’ai eu beau te déclamer tout un laïus à propos de l’organisation millimétrée nécessaire lorsque l’on s’essaye à la recherche, mais moi-même je peine parfois à faire preuve d’autant de rigueur…

Le mental à l’épreuve

Dans la morosité ambiante de l’automne, la perspective hautement plus réjouissante du samedi soir à fouler le dancefloor prend vite le pas sur celle, hautement moins excitante, du week-end studieux. Alors oui, je dois le confesser, face à l’ennemi impitoyable, la recherche est parfois mise à rude épreuve (par « ennemi impitoyable » j’entends bien sur toute activité annexe et autres tentations distrayantes quelqu’elles soient).

Saturday Night Fever, CC Flickr, Michael Brown.

Or, il me faut toutefois rester sérieuse et ne pas perdre de vue mes objectifs. Lorsque je jette un oeil sur mes travaux de M1, je ressens à la fois la satisfaction d’une tâche vaillamment accomplie mais aussi le potentiel d’un chantier encore largement exploitable. Ne pas perdre de vue l’ensemble de ces perspectives reste donc avant tout mon moteur principal, la motivation me poussant à continuer d’avancer. Prospecter dans ce champ de recherche, mien depuis un an seulement, et dans lequel je m’avance chaque jour un peu plus, me permet de prendre conscience de l’immensité du domaine. Derrière les multiples terrains de recherche se profile surtout une silhouette caractéristique : celle de l’Histoire ; une discipline « inachevée » car sans arrêt renouvelée.

Non sans émotion et sur cette pensée hautement philosophique lectrice, lecteur, je te quitte. L’heure est venue pour moi de rendre mon tablier ou plutôt de délaisser mon clavier pour mieux partir m’empiffrer allègrement de foie gras et de bûche au chocolat.

Je te souhaite donc une fin d’année aussi enthousiasmante (riche en calories) que la mienne et te remercie, si tel est ton cas, d’avoir pris le temps de lire ma contribution aux Tribulations. Et si tu as supporté ma prose et si tu en redemandes, pourquoi ne pas revenir faire un saut sur le blog d’ici un an ? J’ai comme l’impression qu’une saison 3 commence d’ores et déjà à se préparer…

Perspectives « noéliques » réjouissantes

Crédits Image à la une : Time flies, CC Flickr, ep_jhu.


Talissa Piboubès

Étudiante en M2 recherche en histoire moderne mon parcours fluctue entre théorie et création. Le centre de gravité, lui, reste le même : la mode et les vêtements. Après un baccalauréat STI Arts Appliqués au lycée des Arènes à Toulouse, la petite provinciale monte poser ses valises dans la capitale le temps d'un BTS Design de mode à l'école Duperré. Le stylisme c'est pas si futile, et si pour créer je voulais m'étoffer de connaissances historiques ? La suite du projet est toute tracée. Retour dans le midi, je rentre à l'Université Toulouse II Jean-Jaurès pour étudier l'histoire et plus précisément celle de la mode. Ma thématique de recherche dans le cadre du Master se centre sur les vêtements et la culture des apparences à Toulouse au XVIIIe à travers les inventaires de biens après décès, sous la direction de Sylvie Mouysset.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *