A la recherche du temps perdu

CC, Pixabay,
Auteur : heymatthew

Nous voilà arrivés au terme de notre petite discussion. Ceci sera donc le dernier billet que je publierais. C’est l’heure de dresser un bilan de ce premier semestre de M2.

Si je me retourne un instant pour évaluer le chemin parcouru depuis le jour, pas si lointain, où, fébrile, je cherchais désespérément les mots pour composer ma première tribulation, quel constat puis-je faire ?

I/ Que de chemin parcouru… ou pas ?

Commençons par le commencement : le dépouillement des sources. Eh bien, à la vérité, il est loin d’être terminé. En même temps, ami lecteur, il faut me comprendre : brasser ainsi 50 ans d’histoire d’un département implique d’étudier de nombreux documents, beaucoup de documents, sans doute trop de documents. Si l’on peut estimer que les sources administratives sont globalement dépouillées, il me reste un nombre considérable de pièces de procès à analyser puis une base de données digne de ce nom à constituer.

Il me faut donc me résoudre à cette dure réalité : je ne terminerai pas le dépouillement fin décembre comme prévu initialement, tout au plus puis-je espérer l’achever fin janvier-début février. Un petit soulagement tout de même : l’entreprise est simplifiée par le fait qu’il ne m’est plus nécessaire de me rendre aux Archives Nationales, celles du département comblant largement mes attentes.

Ah j’oubliais ! Pour compléter ce tableau par trop déprimant, la bibliographie est au point mort. Fort heureusement, les deux semaines de « vacances » de Noël vont suppléer à ce petit problème. De grands moments studieux en perspective.

II/ Il est venu le temps du bilan

Puisque l’heure est au bilan, je vais maintenant dresser celui de cet exercice des tribulations historiennes. Disons le tout net : lorsque je commençais la rédaction du premier billet de cette série, il y’a de cela plus de 3 mois, c’était à contrecœur et, pour être honnête, sans envie ni passion. A la vérité, je n’en saisissais pas l’utilité immédiate, ni lointaine d’ailleurs… Ce travail m’apparaissait alors comme une perte de temps, ce temps pourtant si précieux dont nous avions tous, moi comme les autres, grandement besoin. Alors, rédiger un article qui serait, somme toute, consulté par un très faible nombre de personnes relevait plus d’un exercice nombriliste et d’introspection que d’un véritable projet de communication.

Oui ces mots sont durs mais ils reflètent mon état d’esprit d’alors. Et aujourd’hui ? Pour être franc, j’ai un peu révisé mon jugement si catégorique du début. Je veux bien admettre qu’en nous astreignant ainsi à des billets périodiques, l’exercice a au moins le mérite de maintenir chez nous ce souci de l’écriture qui fait parfois cruellement défaut lorsque vient le temps de s’attaquer à la rédaction finale du mémoire. Oui, de ce point de vue, je suis prêt à reconnaître une certaine utilité.

Je regrette néanmoins la place trop importante accordée durant les cours au logiciel FileMaker auquel nous avons consacré, selon moi, une attention démesurée au détriment d’autres probablement aussi utiles, sinon plus.

III/ La dernière ligne droite

Au terme de cet ultime billet, je dois dire que ma méthode de travail a fort peu évolué par rapport à ce qu’elle était au début de l’année. Je dirais que ce cours m’a tout de même appris l’utilité et surtout la manière de constituer une base de données suffisamment complète et détaillée. Certes, j’avais déjà, dans le cadre de mon M1 produit une telle base mais elle restait, je l’avoue, assez simpliste.

Enfin, je ne te cache pas, ami lecteur, une certaine forme de soulagement à l’heure d’achever désormais la dernière de mes tribulations historiennes. Cette aventure se termine et je lui dois, au moins, d’avoir exercer mon aptitude à la rédaction. Quant à toi qui me lit, je te remercie d’avoir pris un peu de ton temps pour te pencher sur les états d’âme et les épreuves traversées par un jeune apprenti chercheur.
finish line design GIF


Damien FRANCHINI

Mon champ d'étude débute à la Révolution française puis s'étend tout au long de la première partie du XIXème siècle. Etant originaire de Toulouse, je fus particulièrement et naturellement attiré vers l'histoire régionale du Sud-ouest durant cette période ce qui explique ma thématique de recherche, à savoir les troubles en Ariège de 1789 à la Révolution de 1848.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.