Demi-teinte et maquillage

La nuit étend son emprise sur le jour, et à défaut de neige, une pluie pénible s’abat sur Toulouse. Pas de doute, nous sommes en décembre. La fin du premier semestre approche. L’heure appropriée pour un nouveau bilan, comme je l’avait fait dans mon premier billet. Je ne vais pas vous mentir : si le ciel est maussade, l’humeur de mes recherches ne l’est guère moins.

Mon absence de calendrier de travail pour le M2 a été parfaitement respecté : procrastination à outrance, remise en question incessante, suivi des cours presque assidu, implication dans le stage FRAMESPA. Un master au jour le jour, où le travail personnel pour un manuscrit à rendre au printemps trouvait difficilement une place.

Pesenteurs d’un système universitaire

Ma tendance à la procrastination n’est cependant pas la seule excuse au retard accumulé. Comme bon nombre de mes camarades, l’emploi du temps et les contraintes liées aux cours m’ont largement freiné dans la recherche. Le volume horaire, tout juste 8h, n’est pas tellement en cause, mais 8h étalées sur 4 jours ! Difficile alors de se motiver à aller aux archives, à l’autre bout de la ville, quand vous devez être en classe au beau milieu de la journée (car oui, en M2, on continue de surveiller nos absences…). Même pour les pros de l’organisation, le semestre relevait du parcours du combattant. Imaginez pour moi… 25h de séminaire à suivre en trois mois, avec des calendriers incomplets ou sortant au fur et à mesure, un premier semestre déplumé par rapport au second, et vous avez l’assurance de passer une quinzaine d’heures à vous ennuyer dans un colloque dont vous n’avez pas saisi le sujet.

CC LoKan Sardari, Flickr

Les cours d’actualité de la recherche, de qualité inégale, donnant lieu à une évaluation inutile sauf pour la sacro-sainte administration, m’ont aussi parfois fait grincer des dents. L’organisation en emploi du temps, digne du lycée, étire certaines formations. Cartographie et bases de données sont autant d’outils maitrisés trop tard malgré leur importance. Ils auraient mérités une formation plus ramassée, sur une semaine, sur un modèle de professionnel.

Vies de jeune chercheur

En parlant de professionnel, l’un des évènements du Master 2 est la réalisation d’un stage. L’idée est excellente, tant notre formation est éloignée de certains métiers. Comme mon souhait est d’entrer en thèse avant toute chose, j’ai profité du stage proposé par le laboratoire Framespa. L’objectif de mieux comprendre le monde de la recherche est atteint, au travers d’un contact dynamique motivant. Participation parfois active à un comité de rédaction, rencontres et discussions avec des doctorants, nouvelles perspectives d’avenir au CNRS, autant d’éléments me poussant à m’investir au maximum et assister à tous les évènements proposés. La hâte d’entrer en thèse, de faire réellement partie du monde de la recherche, en devient plus grande encore.

Comment je suis vu par les doctorants en stage
CC Pxhere

Bien sûr, je suis déjà, un peu, un chercheur. Un jeune chercheur. L’utilité des Tribulations Historiennes était de rendre compte de notre intégration dans ce monde. Pour toi, lecteur, que tu sois un ami, un curieux ou un chercheur plus confirmé, mais aussi pour nous, étudiants en quête d’identité et de certitudes. Les rapports réguliers, sur des sujets variés, m’ont fait comprendre que nous pouvions avoir une certaine légitimité. De plus, l’exercice est agréable, permet de travailler son style et de se défouler en cas de besoin. La lecture des billets de camarades remonte le moral, rompant la solitude du sentiment de galérer. Voilà de quoi souhaiter la prolongation de l’expérience, malgré les contraintes (pas toujours facile de trouver le temps de poser ses idées toutes les deux semaines).

Sortir de la zone rouge

Le bilan du semestre pour mon propre sujet est très contrasté, et promet des vacances studieuses. Concentré sur mes UEs, j’ai passé de longs moments sans toucher à mes recherches. Le colloque du master m’a néanmoins poussé à me remettre à l’ouvrage, avec la création de deux cartes à retravailler pour mieux les utiliser dans le mémoire. Le mois de décembre a alors été marqué par un travail intensif, permettant de maquiller la sensation de semestre vide. Désormais, deux registres de recensements de population ont été dépouillés. Suffisant pour mettre en exergue quelques schémas familiaux, faire émerger des questions et confirmer des intuitions. Autant de pistes à suivre à partir du mois de janvier, à condition de trouver une régularité. Indispensable pour soutenir avant l’été, et je l’espère, partir vers la thèse l’esprit léger. Affaire à suivre…

Crédits image à la Une : CC Kate Cox, Pixabay


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search