Il y a encore du pain sur la planche…

Au revoir, CC, Pixabay

Nous voici arrivés à la mi-décembre, synonyme de fin de semestre. Cette année est très particulière puisque nos cours, en tant que Master 2, s’arrêtent aussi ce semestre. Si tout va bien nous serons diplômés en juin ou juillet 2018 et nous dirons, pour la plupart, définitivement au revoir aux bancs de l’université.

Avis de tempête sur mes perspectives de travail

Ce semestre est passé à une vitesse affolante… C’est comme si c’était hier que nous faisions notre dernière rentrée et pourtant, pour moi, cela a commencé avec un séminaire le 14 septembre (si mes souvenirs sont bons). Pleine de bonne volonté et motivée par un Master 1 satisfaisant j’avais alors tenté d’établir un planning de travail mais, malheureusement, tout ne se passe pas toujours comme prévu.

Ma première année de Master avait été éprouvante avec la défection en milieu d’année de mon premier maître de recherches. Pourtant, il me semble, au final, que je m’en suis bien sortie. Je dois beaucoup à de bons contacts et à une certaine rigueur.

Cette rigueur, j’avais souhaité la mettre en place aussi cette année et c’était bien parti ! Le mois d’octobre a démarré sur les chapeaux de roues, j’avais la documentation, les sources et surtout le temps pour les exploiter. C’est à partir de la mi-novembre que les choses se sont dégradées.

Travailler en parallèle de ses études, comme le sait tout étudiant dans cette situation, n’est pas toujours chose aisée mais quand en plus votre hiérarchie vous met des bâtons dans les roues, cela devient plus qu’ardu. Je ne souhaite pas m’épancher trop sur le sujet, mais ça fait aussi parti du quotidien de certains étudiants : la difficulté de tout concilier.

Burn out, CC, Pixabay

En résumé, disons simplement que j’ai été embauchée pour travailler 30 heures par semaine mais que mes horaires sont rapidement passées à 38 voire à 40 heures. Le rythme est devenu très compliqué à suivre. Etre étudiant ce n’est pas seulement aller en cours ou travailler sur notre mémoire, c’est tout un rythme de vie. Lorsqu’on rentre le soir, vers 21 heures en ayant travaillé 9 heures, on n’a pas forcément envie de mettre le nez dans les bouquins.

Pour palier à cette fatigue devenue quasi chronique en semaine et au stress, j’ai réussi à maintenir des séances de travail notamment le dimanche après-midi. Ainsi, même si je n’ai pas particulièrement avancé mon mémoire, je suis parvenue à répondre à tous les impératifs des cours.

Aller à l’essentiel et ne pas baisser les bras

Pour ce qui est du mémoire en lui-même, je reconnais que ce semestre cela n’a pas été ma priorité. Pourtant, je ne l’ai pas totalement abandonné non plus.

Salle de lecture du Caran, CC, Wikimedia Commons

J’ai développé une nouvelle approche des sources. L’année dernière, je me suis souvent éparpillée, notamment lors de mes visites au Service historique de la Défense, à Vincennes. Je me laissais facilement emporter par les paroles des militaires dont j’écoutais les témoignages.

D’un côté, le manque de temps m’a conduit à mieux préparer mes déplacements. Ainsi, j’ai commencé à mieux « éplucher » les inventaires de sources mis à ma disposition afin d’isoler seulement celles qui me concernaient directement. Sur les témoignages très longs, j’ai fini par trouver des pistes plus intéressantes que d’autres. Cependant cela a demandé un travail minutieux en amont pour être sûre de ne rien occulter.

Magnétophone, CC, Pixabay

D’autre part, je me suis progressivement rendue compte que les sources que je recherchais étaient aussi plus proches que ce que je pensais. C’est l’avantage certain d’avoir principalement recours à des témoignages pour une période récente.

Les anciens parlent et sont ravis que l’on s’intéressent à eux et ce même s’ils ne souhaitent pas nécessairement être cités dans nos travaux.

La guerre d’Algérie est un sujet sensible, en particulier pour les anciens parachutistes. Vis-à-vis de ceci aussi, j’ai du changer d’approche par rapport à l’année passée.

Je connaissais l’histoire de ce conflit mais je n’avais pas pris conscience du fait que le sujet était encore très sensible. La plupart de mes interlocuteurs sont d’anciens soldats à qui on avait promis une victoire militaire et certains étaient même en faveur du putsch des généraux qui a eu lieu en 1961.

Il a fallu que je devienne plus subtile dans ma manière de les approcher pour les amener à m’en parler plus facilement.

Essayer de se dévoiler sans trop en dire

Les anciens ont leur manière à eux de se dévoiler et le fait de parler de soi est aussi le sujet de cet exercice. S’ouvrir ainsi n’est pas facile pour tout le monde et d’autant plus lorsqu’on aspire à un métier ou la discrétion est de mise.

Parler, Voir, Ecouter, CC, Pixabay

Il y a un certain temps que je sais que je ne veux pas faire de l’histoire toute ma vie et un certain temps aussi que je sais ce que je veux réellement faire.

Au début de l’année, je voyais les cours qui allaient m’être dispensés comme des heures de gaspillées. Je le dis sincèrement, pour moi il s’agissait de cours qui s’adressaient surtout aux futurs historiens de la promotion et c’est bien normal.

Alors, ai-je changé d’avis? Eh bien plus ou moins. Je persiste à dire que ce que j’ai mis en pratique lors de ces cours ne sera pas nécessairement réutilisé dans ma vie future.

Cependant, et le cependant est important, je reconnais que l’écriture de ces billets m’a fait évoluer.

En effet, pour les rédiger, il a déjà fallu que je fasse plus attention à ma manière d’écrire, que je fasse attention à éviter les répétitions ou les phrases trop lourdes et longues. Il a aussi fallu que je revois la mise en page, la comparaison avec le premier billet est d’ailleurs criante.

Par dessus tout, il a fallu que je travaille sur moi-même afin de m’ouvrir un minimum. Etaler sur le net mon quotidien d’historienne en herbe appelée sous les drapeaux n’avait rien de naturel et m’a demandé de considérables efforts. D’une certaine manière, je crois que c’est une bonne chose.

Enfin, si les cours touchent à leur fin, notre travail n’est pas terminé pour autant et je crains que nous restions encore quelques mois durant des historiens disons dans la … « panade ».

Crédits image à la une: The End, CC, Pixabay


Marion Ferré

Après avoir validé une licence en histoire, je travaille actuellement, sous la direction de Mr Jean-Marc Olivier, sur les engagements des régiments parachutistes entre 1944 et 1962.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.