Le premier jour du reste de ma vie

CC – Wikimedia – Dagonydes

Dernière semaine avant les vacances. La tension est à son comble : il faut rendre les derniers devoirs, se motiver/forcer/contraindre à assister aux derniers cours et réussir à trouver un moment de BU ouverte pour aller chercher des ouvrages afin d’avoir de quoi lire pendant les vacances. 

Cependant cette semaine a aussi une particularité forte : c’est notre dernière semaine de cours. Littéralement. Au 2nd semestre nous n’avons officiellement aucune heure de cours. Un stage de 70h et une participation obligatoire à 25h de séminaires remplissent notre emploi du temps. Officieusement, nous avons certains cours à rattraper qui rajouteront quelques heures par ci par là. Officiellement, si ce master nous apportait un boulot à la fin de l’année, je serai en train de vivre mes dernières heures de cours. Officieusement, ce n’est pas du tout le cas, l’an prochain je serai de retour sur les bancs de l’école.

Petit retour en arrière

Le début de semestre n’est pas très loin : 3 mois à peine nous séparent des retrouvailles avec notre promo. Qu’ai-je bien pu faire pendant ce temps ? En réalité, je suis assez fière de moi : j’ai réussi à tenir un rythme de travail assez régulier. Mais (oui il y a toujours ce « mais » qui blesse), je n’ai pas pu tout faire comme je l’aurai voulu. Si ma période archives a été assez productive, toutes les cotes que j’avais référencées ont été vues, mes photos sont classées, je n’ai cependant pas respecté mon programme utopique que je m’étais fixé. Qu’est-ce qui planche ? le plan détaillé : je n’ai tout simplement pas jeté un seul coup d’œil dessus !

Rassurez vous, ce n’est pas pour autant que je n’ai pas avancé dans mes recherches. J’ai juste été prise par cette envie de recherche : quand un nom, un événement apparaît dans mes archives, je suis poussée par l’envie d’en savoir plus sur lui. Voilà pourquoi je ne considère pas ce semestre comme réellement perdu. J’ai pu étendre mes connaissances, approfondir mes idées, repenser à ce qui m’a été dit lors de ma soutenance de M1. J’ai (re)travaillé mes sources, trouvé de nouvelles approches, renoué avec la recherche. Bref, j’ai avancé dans mon sujet bien qu’il n’y ai pas de retour concret.

Une procrastination subit

CC – Pixabay – MariSmithPix – Il y avait au moins 15 personnes venu nous écouter !

Lors de la réflexion sur le billet précédent, s’est posé la question de la procrastination. Un défaut très présent chez moi mais que j’ai réussi (un peu) à endiguer. Reste ce que j’ai appelé la « procrastination subit ». J’entend par là, tout ce qui est nécessaire à l’obtention du diplôme du master mais qui n’apporte rien directement à ma recherche. Il y a notamment deux exemples phares : ces billets et le mini-colloque que toute la promo a dû réaliser la semaine dernière. Préparer un exposé de 13 minutes avec PowerPoint à l’appui, ça ne se fait pas en 2 petites heures, mais plutôt en 2 ou 3 jours. La période de stress qui en découle et le soulagement après me rappelle la soutenance de M1 et me prépare à celle de fin d’année. Par ailleurs, faire un exposé sur ses recherches  valorise le travail accompli depuis plus d’un an : la construction d’un propos, la recherche d’images illustratives, la mise en place d’un plan compréhensible m’a permis de me rappeler que ma recherche est destinée a être divulguée, elle ne doit pas rester cachée dans les fichiers de mon ordinateur !

La question de ces billets est très particulière. J’ai voulu faire une liste des points positifs et des points négatifs afin d’avoir une idée précise. Et contre toute attente, j’en suis arrivée à plus de points positifs que négatifs. En bonne râleuse que je suis, je commencerai par le négatif : ces billets prennent beaucoup de temps à la rédaction. Pour certains l’inspiration vient vite, pour d’autres… la page blanche est bien présente (l’écriture, twitter, etc). Trouver des images sympathiques, illustrant notre propos et libres de droits, un vrai casse-tête ! MAIS, cette obligation d’écriture, (M. Poublanc n’a pas tort et ça me fait du mal de l’admettre), nous oblige à garder une certaine discipline, une rigueur. Par ailleurs, chaque sujet nous demande une réflexion assez poussée afin d’avoir quelque chose à dire de manière intéressante. De plus, depuis 3 mois, je peux parler de moi, faire de l’égo-histoire, sans avoir l’air de prendre la grosse tête. Et enfin, écrire ces billets me permet de les diffuser à ma famille et ils savent ainsi ce que je fais de ma vie. J’ai d’ailleurs prévu un petit questionnaire pour le repas de noël afin de voir s’ils m’ont bien lu ou non… En conclusion, cette obligation de rédaction régulière, avec ses contraintes et ses conditions, avec ses points positifs et négatifs, est devenue une expérience très formatrice !

Un futur toujours brumeux

CC0 – pxhere – domaine public

Noël approche, les fêtes, les retrouvailles, les questions des grands-parents, je me prépare déjà à devoir trouver une réponse à la fatidique : “Mais quel métier t’apporte ce Master ?” Que répondre à cela à part “rien du tout” ? Et pourtant, ce master, ce n’est pas rien. C’est même beaucoup. Il nous forme à développer notre esprit critique, à utiliser un savoir, à mener des enquêtes (parce que oui, la recherche s’apparente beaucoup à une enquête policière). Entre le 1er jour du 1er semestre du Master 1 et aujourd’hui, ma façon de voir les choses à énormément évoluée. Tout est devenu un potentiel sujet de recherche, ma tête fourmille de 10000 idées, et lorsqu’on me demande mon avis sur quelque chose de sérieux, que ce soit sur la politique, l’actualité, l’histoire, je fais fonctionner un regard critique que je n’avais pas.

CC – Wikimedia Commons – Conny – Chacun sa technique d’organisation !

Ce master m’oblige à être méticuleuse et surtout à ne pas me faire dépasser par mes données. J’ai développé une certaine organisation. Elle est loin d’être la meilleure puisque je me perd quand même dans mes fichiers, mais c’est un énorme pas en avant par rapport à ce que j’avais l’habitude de faire. Du point de vue de mes recherches, j’ai appris à ne pas me contenter de mes sources, mais à voir au-delà, à chercher toutes les informations complémentaires possibles. Voilà un des principaux points expliquant mon retard d’ailleurs. Un étudiant en recherche est toujours en retard de toute manière !

Adieu :'(

Sur ce, il est temps pour moi de conclure ce dernier billet. Ecrire ainsi a été tantôt une partie de plaisir, tantôt un vrai calvaire. Mais une chose est sûr, ce rendez-vous bimensuel va me manquer. Il m’a fait découvrir le back-office d’un blog, les difficultés à écrire quelque chose qui est destiné à être public : il faut avoir un ton assez léger mais tout en restant dans l’idée qu’une fois publié il se retrouvera à jamais sur le Web ! Mais la partie la plus trépidante du Master arrive : le 2nd semestre et l’aboutissement de 2 ans de ma vie ! Comment vais-je m’en sortir ? Quel tête aura mon mémoire à la fin de l’année ? Sera-t-il à la hauteur de mes attentes ? Tant de questions dont vous n’aurez peut-être jamais la réponse…

 

Crédit Image à la Une : CC – Pixabay – Lysons_editions


Juliette Berthier

Etudiante en Master 2 recherche, j'étudie les visiteurs des Capitouls à l'époque Moderne sous la direction de Sylvie Mouysset.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.