4 mois et rien de neuf sous les tropiques historiens ?

Mes espoirs partant en fumée, CC Pixabay cmart29

Dans mon premier billet, j’espérais avoir terminé l’étude, tout du moins la consultation, de mes sources catholiques (témoignages oraux exceptés). Eh bien  c’est loin d’être le cas. Je vais tout de même tenter de vous livrer un bilan de ce semestre.

Même si je ne m’étais pas fixé de planning bien précis, j’avais cet objectif en tête. Mais ce vœux pieux et utopique n’est pas réalisé. Me direz-vous, à chaque début d’année on émet des vœux mais combien se réalisent ? Heureusement je ne m’étais pas fixé un objectif plus précis sinon c’était la dépression assurée !

Giphy

Quelques éléments de satisfaction ou plutôt d’espoir

CC, Flickr hannes.a.schwetz

J’ai tout de même avancé quelques éléments de mes recherches. Ainsi j’ai dépouillé presque deux années supplémentaires de Semaines religieuses (journal de l’Archidiocèse d’Albi, Castres et Lavaur pour la période que j’étudie). De plus, alors qu’un pasteur que j’avais contacté ne répondait pas, je l’ai croisé par hasard lors d’un colloque. J’ai donc pu établir un premier contact. Mais je n’ai pas encore pris le temps d’aller plus loin dans cet échange.

En outre, si mes recherches ont peu avancé c’est que j’étais occupé par d’autres travaux. Il me fallait trouver un stage pour le second semestre, c’est chose faite… Encore faut-il que les personnes concernées veuillent bien compléter la convention. Quelle joie d’envoyer et de multiplier les messages et de ne pas avoir de réponse ! Et s’il n’y avait que cette histoire de stage, je serais content. Je suis tout de même très heureux d’avoir trouvé ce stage qui me permettra de confirmer ou d’infirmer mon idée d’orientation et de construction de carrière professionnelle.

Outre ces avancées et la recherche d’un stage, j’ai pris aussi du plaisir à découvrir et à préparer le colloque de M2, à me mettre dans la peau d’un « vrai » chercheur même si la préparation de ce moment et de mon intervention m’a pris pas mal de temps. Cela m’a aussi obligé de combattre (avec plus ou moins de réussite) l’un de mes plus grandes faiblesses : ma timidité.

Du temps de perdu…

CC, Flickr pikadilly

Puisque j’évoque cette chronophagie, comme je l’ai déjà évoqué mes lectures (hors de mon sujet de recherche) m’ont pris du temps au détriment de mes recherches même si leur sujet était passionnant. Et comment ne pas évoquer la rédaction de ces billets ? Clairement, j’y perds plus de temps que je n’y prends de plaisir. Loin de moi l’idée que la communication et les réseaux sociaux ne sont pas un vecteur de transmission d’information – puisque j’ai déjà tenu un blog personnel – et un moyen de construire cette carrière. Mais encore faut-il avoir quelque chose à dire d’intéressant (ou ce qui pourrait s’y apparenter). Dans tous mes billets, exception faite de la communication de notre recherche grâce à Twitter, j’ai l’impression d’avoir parlé creux, d’avoir parlé vide. Je n’ai vu aucun intérêt à leur contenu, n’ayant qu’une très courte expérience de la vie d’historien ou plutôt d’étudiant-historien.

Cela m’amène à faire mon auto-critique. Peut-être devrais-je avoir une plus grande réflexivité vis-à-vis de ma pratique historienne ? C’est bien possible malgré le fait qu’être historien s’intègre à un sens que j’entends donner à ma vie. Mais je me demande encore comment mon sujet de recherche : le concile Vatican II et l’œcuménisme, peut intéresser une personne lambda et répondre à une demande sociale (si c’est là le rôle de l’historien). De même, je ne porte pas une attention particulière à mon style d’écriture. Cependant, j’entends éviter au maximum les tournures pompeuses et les constructions complexes qui m’ont perdu dans certaines lectures littéraires. J’ai envie que mes travaux soient accessibles au plus grand nombre. Je ne veux pas écrire pour moi, pour faire « joli » – même si c’est plaisant et que l’utile et l’agréable ne sont pas incompatibles – mais pour transmettre. C’est cela dont j’ai également pris conscience au cours de ma formation de Master.

…Mais pas que

Il aura été, tout de même, intéressant de se saisir de nouveaux outils informatiques : Zotero, Tropy, FileMaker Pro – bien que le temps consacré à ce logiciel fût à mon sens trop important sachant que je ne l’utiliserai pas vu son prix démentiel, …

Ce master m’aura permis d’apprendre à faire de l’histoire et à comprendre comment en faire, comment cela a été fait avant nous. Mais je n’ai pas la sensation que ma méthode d’analyse des sources a évolué durant ce master. Je traite mes sources avec autant de minutie et de questionnements que si je devais faire un commentaire de texte.

En revanche, l’étude historiographique m’a permis de m’interroger sur le traitement des témoignages oraux. J’ai appris à être précautionneux à leur encontre. De même, je n’arrive toujours pas à me positionner sur le fait de savoir s’ils nous en apprennent plus sur le passé que sur le présent ou vice versa. Pour autant, je ne renonce pas à leur utilisation et je continuerai de leur accorder la même importance historique qu’à des sources écrites ou iconographiques. Si je m’interroge, je compte pas arrêter, pour autant, de m’appuyer sur les témoignages oraux sinon je n’aurai aucune chance d’avoir des réponses et en plus je me priverai de sources exceptionnelles qui n’auraient peut-être pas existé autrement.

Ces dernières lignes seront, je l’espère, mes derniers mots sur ce blog. Ces mots, je veux te les adresser à toi qui a pris le temps de me lire pour te dire : merci.

Giphy

Image à la Une : Paul Gauguin, Conversation (Tropiques), CC Wikimedia Commons


Guillaume Meunier

Actuellement étudiant en Master 2 Histoire, civilisations et patrimoine, je poursuis, sous la direction de Philippe Foro, mes recherches entaméees en M1 sur l'application et la réception du concile Vatican II dans le Tarn autour de la question de l’œcuménisme.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.