Quel bilan à l’issue de ce premier semestre ?

Dans le cadre de mon dernier billet, je vous propose de vous dresser un bilan sur mon travail de recherche mais aussi de vous donner mon avis sur l’écriture de ces billets. Effectuer cet exercice maintenant, même si l’année scolaire n’est pas terminée, peut paraître surprenant…

Mais il s’agit d’une synthèse intermédiaire pour me situer entre le travail accompli et le travail restant. Et le cours d’humanités numériques touchant à sa fin, le moment semble opportun pour réaliser un retour dessus.

Retour sur ma recherche : quelle évolution ?

Creative Commons, Pixabay, Stevepb

Si l’on compare ce billet avec mon premier billet, ma recherche n’a pas connu d’évolution majeure. Je continue toujours à lire et à analyser mes sources. Mais je n’ai pas encore complètement terminé. Je crains, par conséquent, de prendre du retard. Cependant, j’ai commencé à réfléchir à l’écriture. J’ai déjà écrit le plan détaillé de l’introduction même s’il faut le remanier. Et je travaille actuellement sur le plan du mémoire. Donc, je reste dans les temps par rapport à mon planning initial, mais je ne peux pas en perdre plus.

De manière plus générale, ma pensée demeure globalement la même depuis le début de mon mémoire. Je n’ai pas connu de grand retournement de situation dans ma manière d’appréhender mon sujet. Toutefois, elle évoluera probablement plus et s’affinera au second semestre quand je me mettrai vraiment à rédiger. Le passage à l’écriture constitue, en effet, un moment de redécouverte des sources, comme je m’en suis aperçue en master 1. Ma méthode d’analyse n’a pas évolué à l’échelle du semestre. Mais depuis le master 1, j’ai gagné en rigueur. Je travaille plus efficacement et je m’organise mieux.

L’écriture de ces billets, un exercice formateur

Au début, écrire un billet tous les quinze jours m’embêtait, car je souhaitais surtout me consacrer à mon mémoire cette année et ne pas « perdre de temps » avec des travaux annexes. Mais, finalement, cet exercice se révèle très enrichissant. Il permet de garder l’habitude d’écrire. J’espère, ainsi, me lancer plus facilement dans la rédaction du mémoire. Ces billets aident aussi à améliorer notre style, comme nous les corrigeons grâce à des relectures par petits groupes en classe.

De plus, nous découvrons de nouvelle manière de pratiquer l’histoire, en apprenant à rendre notre travail de recherche plus accessible, à le vulgariser. La présentation de nos sujets de mémoire en minimum quinze tweets en constitue un bon exemple. Elle restait bien plus abordable, pour le grand public, que notre mémoire. Rédiger ces billets s’avère, d’ailleurs, moins contraignant que prévu, car nous jouissons d’une certaine liberté concernant la forme et le fond, sauf pour les deux derniers billets.

Enfin, j’apprécie de pouvoir parler de mon ressenti et de mon vécu de chercheur. Je peux ainsi réfléchir sur moi, sur mon travail et sur ma manière de le réaliser. En outre, par le biais de nos articles, les futurs étudiants de master peuvent mieux s’imaginer leur future réalité. Et ils se sentiront probablement moins seuls quand ils devront affronter les premières difficultés.

Cependant, mes appréhensions initiales n’étaient pas infondées. Ecrire ces billets prend du temps et nous en manquons. En effet, on nous en demande également beaucoup par ailleurs et le mémoire en pâtit en peu, surtout en cette fin de semestre. De plus, certains thèmes ne m’inspiraient pas du tout comme le billet sur l’écriture et le rapport à l’histoire. D’ailleurs, de manière plus générale, rédiger reste, pour moi, un exercice pas toujours facile. Enfin, le côté public de ces billets ne me plaît pas trop. Je préfère garder une certaine invisibilité sur internet.

Moi sur internet, Creative Commons, Pixabay, AdinaVoicu.

Crédits image à la une : Creative Commons, Pixabay, Geralt.

 


Marie-Diane Clanet

Je suis étudiante en master 2 histoire et civilisations modernes et contemporaines à l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Après avoir passé deux ans en classe préparatoire hypokhâgne/ khâgne spécialité histoire/ géographie au lycée Saint Sernin à Toulouse, j’ai obtenu une double licence en histoire et en anglais LLCE . Je travaille actuellement sur les hauts fonctionnaires britanniques à la Commission Européenne de 1973 à 1981, sous la direction de M. Bertrand Vayssière.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *