Le travail de recherche au quotidien

Résultat de recherche d'images pour "livre commons"

creative commons

Le master recherche est l’occasion de se forger ses habitudes de travail, et de découvrir une totale autonomie. En effet, alors qu’en licence, le rythme est marqué par l’échéance des partiels à la fin du semestre, en master, le travail s’étend sur une année universitaire.

L’expérimentation de la construction d’un travail sur du long terme me pousse alors à me questionner sur les habitudes de travail que j’ai prise, et qui sont bien différentes de celles que j’avais en licence.

Trouver le rythme et le cadre idéal

Le meilleur cadre pour travailler

Pour travailler, contrairement à la licence où un créneau de 2h me suffisait, j’ai maintenant besoin de savoir que j’ai au moins tout une demi journée de disponible devant moi. en effet, le rythme de travail est plus lent. Le travail de la relecture des sources nécessite beaucoup de patience car les dossiers sont souvent denses. Le travail sur la bibliographie également car un livre nous envoie souvent à un autre et ainsi de suite. Je suis beaucoup plus concentrée le matin que l’après-midi, je privilégie donc les matinées. Et souvent quand je n’ai pas pris le train en route dès le matin, j’ai du mal à m’y mettre également l’après-midi.

En ce qui concerne les lieux de travail, j’ai une préférence pour mon petit cocon chez moi. Je peux créer un environnement où rien ne peux me déranger (après c’est assez théorique, et nous le verrons par la suite). Je peux également me servir du thé quand je veux, où travailler emmitouflée dans mon plaid quand j’ai un peu froid. C’est difficile d’avoir autant de confort à la BUC. Pourtant il m’arrive d’y aller. Car si mon chez-moi est confortable, je suis vite tentée de passer des coups de fil, faire un brin de ménage, faire mes papiers, vider mes réserves de gâteaux… Bref, toutes sortes d’excuses pour procrastiner. Donc si je vais à la BUC, c’est parce que je sais que je ne suis pas vraiment motivée et qu’il me faut un cadre où je peux difficilement me distraire. La plaie, même à la BUC, reste facebook, qui à cause de ses vidéos de chats, peut transformer une pause de 5 minutes en une pause de 30 minutes… Je préfère aussi rester seule. Etant très bavarde, les personnes deviennent aussi très vite un prétexte pour ne pas travailler !

Valoriser son travail

La pochette jaune du M1 vs le cahier rouge du M2

Concernant les prises de notes, j’essaie de rentrer la plupart sur mon ordinateur. Pour les livres, il est quand même plus simple de les prendre à la main. L’année dernière, j’empilais mes brouillons dans une pochette jaune. C’est après avoir passer tout le temps de la rédaction de mon mémoire à fouiller dans les méandres de cette pochette que je me suis décidée à acheter un petit cahier pour le M2 avec plusieurs chapitres à l’intérieur. L’un est pour la recherche dans les dépôts, les cahiers étant souvent tolérés en salle de lecture. Le deuxième chapitre est pour la prise des différents contacts pour ma recherche de témoignages. Le troisième est celui où je prends les notes pour les séminaires avec ma directrice de recherche avec un sous-chapitre de bibliographie pour la méthodologie. Le dernier se nomme “Idées en vrac”, car il faut bien laisser un petit espace de bazar quelque part !

La diffusion

Au début, je parlais énormément de mon sujet de recherche à mes amis, tout enthousiaste ! Mais j’ai assez vite compris que même si ça les intéressait, ils ne souhaitaient pas non plus que je fasse un plan détaillé de l’avancée de mes travaux à chaque fois que l’on se voyait ! Donc maintenant, je parle beaucoup de mes problèmes d’organisation ou des évènements comme les journées d’étude ou colloques qui m’ont intéressés. Mon père, passionné d’histoire me demande parfois comment ça avance. Il me sollicite beaucoup plus pour participer aux événements de l’Institut Tarnais d’Histoire Sociale, et ce que j’y apprends m’aide toujours de près ou de loin pour mon mémoire.

Il m’arrive de mettre en avant ma recherche sur Facebook. J’étais assez fière de partager l’événement facebook créé pour la Journée d’Etude Passage et Frontières en Aquitaine dans laquelle je suis intervenue ! Je partage toujours les événements en lien avec mon sujet de recherche : la journée autour des migrations au cinéma organisée à l’ENSAV par l’IHS, l’exposition itinérante de l’association Génériques, quelques photos du musée national de l’Histoire de l’immigration etc. Et quand je découvre quelque chose d’intéressant dans un livre, il m’arrive également de le partager.

 

Image à la une : Bibliotehque, wikimedia commons


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.