Avancer sans toujours prendre le chemin prévu

En cette fin de semestre, où je me rends compte que j’ai travaillé bien moins que ce que j’avais prévu, l’heure est au bilan !

Je n’ai toujours pas commencé à réécrire mon mémoire, alors même que cela me paraissait essentiel en octobre. Je continue à prendre des notes sur les livres que je lis alors que je ne les lirai pas, et que je réemprunterai les livres pour ma rédaction. Pourquoi un tel acharnement à conserver des habitudes de travail qui n’ont pas fait leurs preuves ? Et alors que je voulais entrer dans un travail monographique, je suis allée travailler aux archives nationales !

Avoir un regard sur son parcours

Ce travail de rédaction de billets de blog a été utile pour observer ma manière de saisir mon sujet de recherche. Et puis il est toujours intéressant de confronter son parcours à celui des autres. Parfois, on est un peu stressée de voir l’investissement de ses camarades de classes qui se lit dans leurs articles. Mais ça peut aussi être une source d’idée pour son propre travail. Personnellement, ça m’a également permis de prendre parfois à la dérision mon propre travail : en comparant notamment mon évolution entre le M1 et le M2. Puis de voir que finalement  » on est tous dans la même galère  » !

Que faire sans l’agenda ?!

Ce travail permet aussi d’apprendre à gérer son temps dans la rédaction. En effet, alors que je perdais beaucoup de temps dans la rédaction des premiers billets de blog, m’efforçant à faire un travail complet et plutôt riche, les échéances m’ont obligée à apprendre à écrire plus vite. Pour les derniers billets de blogs, je me suis fixé un temps à respecter pour ne pas empiéter sur le travail que j’avais à fournir pour mon mémoire et pour les autres UE. C’est certainement le seul point négatif que je noterai sur ce travail de rédaction de billet de blog par ailleurs. C’est qu’il est assez chronophage et que l’on ne peut pas s’appliquer sur tous les billets que l’on doit faire. Ca peut être parfois frustrant, mais il faut alors à apprendre à faire en fonction de son emploi du temps en calculant les priorités.

Une pensée qui n’a pas vraiment avancé ?

Comme je le disais auparavant, j’ai conservé mes habitudes de travail. Concernant ma pensée, elle a cependant évolué. Ayant fait beaucoup de travail bibliographique sur le M1, il me semble que mes principaux axes ne bougent pas vraiment. Pourtant, de nombreuses idées viennent se greffer à ceux-ci, les éclaircissant ou les enrichissant. Mon travail dans les archives nationale m’a permis d’enrichir ma réflexion sur la rationalisation de la gestion de la main d’oeuvre étrangère féminine. Les sources du SMOA (Service de la Main d’Oeuvre Agricole) vont me permettre de démontrer que cette rationalisation a ses propres logiques concernant les femmes qui sont passée par ce service… Avec des preuves cette-ci fois, et de nombreux exemples pour illustrer !

J’ai aussi fait plus de ponts entre les politiques d’immigration françaises et leur lien avec les relations internationales. Certains dossiers dépouillés, toujours aux AN, me permettent de rattacher avec plus de précision, certains choix politiques (répression de la traite des blanches, surveillance des bureaux de placement privés etc.) à la SDN naissante des années 1920. Ainsi, bien que je n’ai pas vraiment approfondi vers une étude monographique, ce travail de mise en relation avec un contexte historique plus large, ne me sera pourtant pas inutile.

Enfin, ayant participer à des journées d’étude ou conférence en lien avec mon sujet de recherche, j’ai approfondi mon travail historiographique, notamment sur Rolande Trempé qui s’est avérée être un pionnière dans ces études. Mais j’en ai aussi profité pour renforcer ma culture générale sur l’histoire de l’immigration en ne participant pas seulement à des conférences précises sur mon sujet, mais en brassant large : visite du musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration (que j’attendais avec impatience !), participation à une journée sur les migrations au cinéma à l’ENSAV organisée par l’IHS, etc.

Conclusion, certes je reste un peu désorganisée, mais cela n’empêche pas pour autant à ma réflexion d’avancer, même en prenant des chemins que je n’avait pas toujours prévus.

 

Image à la une : salle des colonnes du Conseil d’Etat, wikimedia commons

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search