L’œuvre du temps

Reconstruction du campus Toulouse II (Mirail puis Jean-Jaurès), Wikimedia Commons

Voilà déjà la fin du semestre… Même si j’ai passé de nombreuses années à l’Université Jean Jaurès, suffisamment pour qu’elle ai changé et de nom et d’apparence, je reste toujours impressionnée par la vitesse à laquelle les semestres défilent.

Et s’il est vrai que la rentrée a généralement lieu fin septembre, mes études en Histoire ont filé vite car elles m’ont surtout passionnée.

 

Ne rien lâcher !

Lorsque je relis mon premier article rédigé au début de ce semestre, je réalise que j’ai suivi la ligne directrice que je m’étais fixée, avec peut être un peu plus de procrastination que prévu. Mon intérêt pour le travail que je réalise n’est pas altéré. Je me passionne toujours autant pour mes recherches mais les cours et devoirs ont aussi pris plus de place que prévu dans mon emploi du temps. Ces cours restent indispensables dans la formation à la recherche et je suis heureuse de m’y être investie. Le mois de novembre a aussi été le mois de toutes les épidémies et je n’y ai pas échappé. Maintenant immunisée, je vais pouvoir passer aux choses sérieuses : profiter des vacances qui arrivent pour travailler… Depuis quatre ans à l’Université, travailler pendant les vacances de Noël est devenu une habitude. J’en suis venue à penser que sans cette contrainte je serais désemparée et je profiterais bien moins des fêtes les 25 et 31 décembre !

Travailler à Noël

Si la recherche de nouvelles sources n’a pour l’instant pas vraiment avancé, j’ai renforcé ma bibliographie, nécessité absolue pour répondre à la critique faite lors de ma soutenance pour mon travail de contextualisation et d’analyse. J’ai maintenant toutes les armes pour affronter l’examen de mes documents, et envisager d’ici peu la rédaction et la finalisation de mon mémoire !

Ces articles, même s’ils avaient pour objet des thématiques précises, furent en quelque sorte le journal intime de notre quotidien de chercheur. Relire ces billets se révèle être utile pour plusieurs raisons.

On n’est jamais si bien servi que par les autres

L’occasion est souvent rare de parler de nos parcours, lorsqu’elle se présente il faut la saisir. C’est un exercice personnellement satisfaisant de pouvoir faire un peu d’égo-histoire. Écrire ces articles donne la sensation d’une considération de notre travail et de l’intérêt à notre cursus.

Je pense que ces rédactions permettent également aux étudiants qui souhaiteraient s’inscrire en Master d’avoir une idée du travail à fournir et ainsi de s’y préparer. Pour les professeurs ou les lecteurs extérieurs au Master, les billets permettent de mieux cerner les parcours et les personnalités de chacun, ce qui rend plus vivants les divers sujets de mémoire.

Souvent, connaître l’historien, ses habitudes, ses intérêts, ouvre une autre dimension dans la compréhension du sujet et donne des grilles de lecture différentes.

Travailler en équipe, CC Pixabay

Du point de vu personnel, la rédaction de ces articles oblige à un certain détachement vis à vis de ses études. Ce qui est difficile lorsque notre univers mental et nos habitudes sont conditionnées à se penser à travers ses études. La lecture des écrits des autres étudiants du Master, permet de découvrir nos points communs et nos divergences et ainsi d’en apprendre davantage les uns sur les autres. Lors des séances prévues pour mettre en ligne les articles, nos relecture avec ma camarade Talissa Piboubès m’ont permis de constater certains points communs et de discuter les méthodes de travail. Un exercice rassurant et motivant. Ces retours permettent aussi de m’interroger sur mon écriture et d’avoir l’avis non pas d’un enseignant mais de sa semblable, une élève.

Je constate ainsi l’évolution de mon travail, qui depuis le M1, chemin faisant, a déjà beaucoup progressé. Les rencontres, les discussions avec historiens et enseignants ont permis de constituer de solides bases bibliographiques à ma recherche et d’améliorer mes analyses depuis le M1. A moi maintenant de mettre tous ces outils au service de mon mémoire.

Image à la Une : Sablier, CC Pixabay


Jeanne Garcia

Etudiante en deuxième année de Master en histoire contemporaine à l'université Jean Jaurès-Toulouse II. Mon travail, mené sous la direction de Sophie Dulucq, professeure d'histoire contemporaine et spécialiste de l'Afrique Subsaharienne à l'époque coloniale, porte sur les mutilations sexuelles féminines en Afrique du XIXe siècles jusqu'aux indépendances.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search