En tout cas on vous le souhaite

Magnifique création personnelle

Il est venu le temps de la synthèse. En effet ce billet annonce la fin de cet exercice bimensuel dont l’objectif était de parler de son travail sous forme de petits articles. Une bonne expérience d’écriture régulière et de réflexions sur sa pratique et son quotidien. Pourtant, amusons nous à en faire la critique, non pas par mauvaise intention sinon par simple esprit de contradiction.

 

En réalité, il n’y a pas beaucoup d’aspect négatif à reprocher à cet exercice. En effet nous sommes poussés à écrire régulièrement, ce qui ne peut que nous améliorer dans cette compétence. S’il y a des instructions pour chaque billet, elles sont là pour nous aider à nous orienter, les sujets peuvent vite dériver des premières consignes pour couvrir d’autres aspects. Point de censure non plus, les traces écrites que nous, étudiants, produisons sont un témoignage de ce que nous vivons et éclairent nos enseignants et le public sur notre quotidien. Ainsi, si les billets respectent les règles de la décence littéraire, nous pouvons partager librement notre point de vue sur notre formation. Alors, quelle critique adresser à cette entreprise ? Je n’en ferai qu’une seule,  c’est une exagération de notre situation, je n’appelle pas au boycott de ce travail.

L’identité numérique

L’identité numérique est notre existence sur la toile, que ce soit des informations visibles : ce peut être une photographie ou un article de blogs tout autant que des métadonnées comme un profil de consommateur sur un site d’achat ou sur une plateforme de consultations de vidéos.

Big Brother, personnage du roman nommé 1984, de l’écrivain anglais Georges Orwell. (Image Wikipédia)

Quel est le rapport avec les tribulations historiennes ? Nous sommes obligés de publier sur internet des articles sur notre ressenti d’étudiants et incités à les partager sur les réseaux sociaux. La démarche de l’exercice est louable : nous apprendre à nous médiatiser; autrement dit, à se faire connaître et entendre sur internet. Pourtant, nous pouvons nous demander si continuer la pratique déjà existante du publish or perish est réellement une bonne perspective d’avenir autant personnelle que collective. La soumission aux lignes éditoriales des grandes revues et la pratique de l’autocensure en vue d’être publié nous parait en contradiction avec ce que nous avons pu apprendre de la pratique de l’histoire. À ce moment-là on peut me signaler qu’il existe une grande différence entre la publication d’articles scientifiques et la mise en ligne bimensuelle de billets sur un blog. Ce qui est indéniable, les sujets comme la qualité d’écriture sont aux antipodes. Et c’est là où ma critique se porte, je ne suis pas totalement enjoué à l’idée de publier des articles narcissiques dont la rhétorique douteuse s’exprime à l’aide d’un écrit maladroit. Non que je n’aime pas parler de moi (la modestie est l’une de mes nombreuses qualités), je ne souhaite pas que mon identité numérique, c’est à dire ici l’image que je renvoie sur la toile, soit marquée par ces écrits hésitants. Déjà que mes comptes Facebook et LinkedIn ne sont pas à mon avantage…

 

Synthétiquement vôtre

Ce dernier billet marque aussi pour moi la fin de mon séjour en Argentine, le bilan est donc à faire. À vrai dire, je ne sais pas quoi en penser et je n’ai pas envie de le faire. D’un côté, j’ai appris une langue, une culture et j’ai approfondi ma compréhension et mes connaissances de l’histoire du Río de la Plata ; de l’autre, j’ai l’impression de ne pas avoir beaucoup avancé, de ne pas avoir accompli ma « mission ». Une impression qui prend la forme de peur quand je pense à ce qui me reste à écrire. Une peur qui peut se transformer en honte quand possiblement, on me dira que mon séjour n’a pas été assez productif. Certes, certes… Pourtant je suis convaincu du bien que m’a procuré cette expérience. J’ai appris à regarder différemment les choses, l’histoire bien sûr mais aussi la société dans laquelle nous vivons. Je reviens donc avec des problématiques renouvelées et des critiques aiguisées. Sans avoir suivi à la lettre mes objectifs de ces six derniers mois ( je laisse de la place pour les détours quand je trace un chemin), j’ai tout de même pu avancer dans la construction de mon sujet. Malgré toutes les routes que j’ai suivie, à tort ou à raison, le travail se précise.

Il me tarde de retrouver ma chère université, le Mirail à jamais ; la consommation frénétique de café à 40 centimes qui troue l’estomac, les discussions sur la passerelle entre deux sessions de B.U., l’écoute attentive de séminaires au troisième étage de la maison de la recherche ou encore les rendez-vous angoissants avec son directeur de recherche.

Mais pour l’heure, préparons les fêtes de fin d’années sous ce si beau soleil.

Bonne année à tous, en tout cas on vous le souhaite !

Réjouissances nocturnes anti-réforme des retraites à Rosario. 18/12/2017.
https://redonline.com.ar/noticia/12459/masivo-cacerolazo-en-rosario-llego-al-monumento                                                                                        Que se vaya el gato !

 

 


Guillaume Balfet

Je suis étudiant en seconde année de master Histoire, Civilisations, Patrimoine à l'époque contemporaine à l'Université Toulouse II Jean Jaurès. Je travaille sur l'ordre public en Argentine au XIXème siècle sous la direction de François Godicheau.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.