Point final ?

Plateforme Pixabay, licence CC

Trois mois se sont écoulés depuis la reprise des études, et le second semestre pointe déjà le bout de son nez. C’est donc l’occasion de regarder dans le rétroviseur : ai-je j’ai bien mérité mes cadeaux de fin d’année ? Comment se sont déroulés ces premiers mois de master 2, et quelles conclusions en tirer pour la suite ?

Au début de cette année scolaire, j’avais décidé d’étendre mon sujet de mémoire, initialement focalisé sur les dynamiques de coopération des pays nordiques dans le Grand Nord, à tous les pays du Conseil de l’Arctique, au nombre de huit : Canada, Etats-Unis, Finlande, Groenland, Islande, Norvège, Russie et Suède. J’espérais adopter une cadence soutenue ce semestre. L’idée étant de ne pas travailler au dernier moment, comme ce fut le cas pour mon année de M1. Je possède un avantage dans le sens où je garde le même sujet, cela me permet d’avoir une base de données solide et de poursuivre sur ma lancée.

La fameuse « to-do list » m’a bien servi dans mes démarches de recherche – plateforme Pixabay, licence CC0

A ce stade de l’année (mi-décembre), j’ai déjà rédigé 60 pages de plus, alors que mes recherches étaient très limitées au même moment l’année dernière. Je possède déjà un raisonnement et un plan général, ce qui me permet d’ajouter des informations rapidement dans les parties correspondantes. Je pense donc avoir rempli mon objectif de premier semestre, reste à conserver cette cadence les six prochains mois. Cet exercice de planification m’a permis de mieux organiser ma fin d’année, et de pouvoir adopter un rythme dont je n’étais pas familier auparavant.

Des progrès dans la compréhension

J’ai également pu apprendre de nouvelles choses qui ont fait évoluer mon raisonnement et ma façon d’appréhender mon sujet. Grâce à l’ajout du Canada, des Etats-Unis et de la Russie, de nouvelles clés de compréhension ont pu être dévoilées. La juridiction maritime est de plus en plus complexe, et demande une investigation fouillée. Les différents enjeux géopolitiques sont mis en exergue, ma passion pour le sujet décuplée. A mesure de mon avancée, le but des organisations de coopération et leur rôle deviennent plus clairs. En ce qui concerne la géopolitique, c’est tout l’inverse. Les rapports de force sont en changement continu, et chaque pays possède ses intérêts propres. Ma passion pour le sujet grandit de jour en jour, au même rythme que mon avidité pour la collecte d’informations. J’ai par ailleurs eu l’opportunité de pouvoir présenter mon sujet lors d’un colloque, dans le cadre de l’option « Valorisation de la recherche ». Nous avions comme but de préparer une présentation d’une quinzaine de minutes sur notre sujet. J’ai donc pu mettre en valeur une partie de mes idées et répondre aux interrogations du public, ce qui constitue un exercice enrichissant.

Affiche du colloque « Fragments d’histoire » – site Internet de l’UT2J

« A’tchao bonsoir » !

Malgré le nombre conséquent d’informations recueillies, il me reste encore beaucoup à apprendre. Mon sujet s’avère complexe, puisqu’il concerne les rapports de force entre pays dans un cadre récent. Cependant, l’histoire immédiate constitue un sujet d’étude formidable, qui renvoie au rôle premier de l’histoire, celui de raconter des faits dont on est contemporain. J’espère pouvoir continuer sur ma lancée, et délivrer un travail de qualité en juin prochain. Mes tribulations historiennes s’arrêtent officiellement ici. Elles continueront cependant officieusement toute l’année scolaire, et pourquoi pas trois ou quatre ans de plus ?

giphy – Simon LESENECHAL

Image à la une : ours polaire, plateforme Pixabay, licence CC


Simon Lesénéchal

M2 recherche histoire (patrimoine de l'aéronautique), Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *