Ai-je tenu mes engagements ?

Gaspar Melchor de Jovellanos par Goya, CC Wikimedia

Dans le premier billet nous devions établir un emploi du temps. Il s’agit cette fois de confronter les attentes à la réalité.  Les indications organisationnelles étaient plutôt vagues, il était convenu de réunir et lire les sources de fin septembre à janvier et d’avoir un plan détaillé mi-février. Fin février, nous devions commencer la rédaction du mémoire.

Cependant la différence entre la théorie et la pratique est toujours importante. De ce fait, on peut se demander quel est le bilan de ce premier semestre.

Un emploi du temps respecté ?

Tout d’abord, il faut avoir l’honnêteté de le dire : l’emploi du temps n’a pas été respecté. En effet, le premier semestre n’a pas été très productif par rapport au mémoire. Tout d’abord, les difficultés sont liées aux réalités et aux revers inattendus. Il faut être honnête c’est aussi lié à la procrastination.

Mais c’est surtout à cause de l’organisation du master. En effet, le premier semestre est divisé en unités d’enseignement (UE). Comme le master 2 ne permet pas de compensation entre les UE et entre les semestres, on ne peut pas se permettre de délaisser des UE, pire encore nous sommes obligés d’avoir minimum 10 sinon nous ne validons pas notre master, même si nous avons 19 pour notre mémoire. Il est donc important de travailler toutes les UE et entre l’actualité de la recherche où nous devons suivre les séminaires des enseigants, les 24 heures de séminaires FRAMESPA, la préparation du mini-colloque et la rédaction de ces billets, le mémoire passe en arrière-plan.

Caïn, jardin des Tuileries, CC Wikimedia

Le premier semestre  disperse notre travail et même si nous n’avons pas beaucoup de cours (10 heures), les déplacements récurrents et le travail à la maison nous empêchent de nous centrer sur le mémoire et d’être efficace. Ainsi, je compte beaucoup sur le deuxième semestre, où nous n’avons pas cours, pour rattraper mon retard.

Que penser des billets ?

Les billets que nous rédigeons sur ce blog ont de bons et de mauvais aspects. Tout d’abord commençons par les mauvais. Ces billets participent à la dispersion de notre travail et soyons honnête, en master notre priorité est le mémoire et parfois rédiger ces billets nous donne l’impression de perdre un temps précieux.

Par ailleurs, ces billets nous forcent aussi à travailler régulièrement et à garder un lien avec notre recherche. De plus, ils nous confrontent aussi à la diffusion de notre recherche et nous poussent à nous interroger sur notre parcours, nos pratiques et notre organisation. Enfin, on peut se rendre compte de notre manière de travailler et si elle est pertinente ou pas.

Évolution de la pensée et de la méthode

Comme je l’ai dit, ces billets permettent de montrer une évolution dans la manière d’aborder l’organisation de l’année. Et en parlant d’évolutions, profitons-en pour nous interroger sur les évolutions de la pensée et de la méthode entre le M1 et maintenant. La méthode s’est bien établie, la première année nous a permis de savoir quelles sont les priorités pour rédiger le mémoire. Par exemple, l’an dernier, j’avais perdu trop de temps en voulant lire de manière approfondie la bibliographie. Cette année, je me suis fixé une date limite : mi février à partir de laquelle je passerai à la rédaction, évidemment des lectures bibliographiques pourront être réalisées si nécessaire mais elles ne constitueront pas la majorité de mon travail.

Concernant la pensée, il y a un sentiment de légitimité qui s’est installé. L’an dernier, je n’ai pas osé contacter des spécialistes car je manquais de confiance et j’avais peur que, malgré ces aides, je produise un mémoire de mauvaise qualité. Cette année, après avoir soutenu et validé mon M1, je me sens plus légitime pour consulter des spécialistes. Ce qui a changé, est aussi lié à l’organisation du mini-colloque. Entre la L3 et le M1 nous étions passés d’étudiants en histoire à historiens, avec le mini-colloque nous avons confirmés notre statut de chercheur grâce à la diffusion. Pour une fois dans un séminaire, nous étions du côté des chercheurs qui communiquaient leurs recherches. Bien évidemment, cet exercice était intimidant, et je ne prétends que nous pouvons être considérés comme des doctorants, des maîtres de conférences ou des professeurs des universités. Cependant, nous pouvons maintenant considérer participer à tous les aspects de la recherche : de sa production à sa diffusion.

L’adieu à la mer de Pushkin, CC Wikimedia

Crédit image à la une : Le serment des Horaces, CC Wikimedia


Ewan Jouannic

Étudiant en Master 2 à l'université Jean-Jaurès Toulouse, je travaille sous la direction de Jacques Cantier sur les cinq années de captivité de l'écrivain Georges Hyvernaud pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.