Le fin mot de l’histoire ?

Oyez, Oyez brave gens, voici le dernier billet ! cc, Flickr

Nous voici à peine à la fin du premier semestre que nous sommes déjà en train de boucler ce dernier billet. Concrètement, cela signifie par la même occasion que nous assistons à notre ultime et dernier cours de l’année ! En effet, si le moment des premiers écrits est vite passé, il est tout de même temps de dresser le bilan de cette aventure numérique…

Que retenir, que dire, que conclure de cet exercice périlleux, si ce n’est qu’il fut jonché d’obstacles divers et variés ? Certes, c’est peu original comme discours me direz-vous mais ça a le mérite d’être clair au moins. Effectuons un rapide retour en arrière, histoire de voir si cet enseignement m’a été profitable (spoile d’une grande importance : la réponse est évidemment positive mais…)

Flashback et remise à niveau

Et oui, six billets, ça passe vachement vite finalement. Si j’use de téléologie, je pourrais affirmer sans craintes que c’était pas la mer à boire. Je pourrais dire tout simplement qu’au final c’était pas si dure. Mais le premier billet est là pour me rappeler quand même que c’était fastidieux. Je me dit que j’aurais mieux fait si j’avais pris la peine de me fier à mon planning. Seulement, n’ayant pas réellement élaboré un emploi du temps, je me retrouve à tenter d’expliquer ma situation un peu au gré des (quelques) souvenirs et du feeling de ce premier semestre…

Déjà, il serait judicieux de voir si une quelconque trace d’évolution s’est déclarée pendant ces quelques mois. Niveau boulot, c’est assez surprenant, je n’ai que huit misérables heures qui m’occupent chaque semaine, (c’est à dire le mercredi toute la journée) et pourtant, l’espace-temps semble se résorber considérablement. Un peu comme dans le premier opus d’Indiana Jones, où celui-ci après ayant chapardé la statuette, tente désespérément de remonter d’un piège avant que la porte ne s’abaisse. Malgré ma bonne volonté (ce n’est peut-être pas le bon terme…), j’essaie coûte que coûte de me motiver pour tenir un certain rythme de travail de lecture.

Pour l’instant c’est la recherche et la compilation des sources qui a animé ces mois passés. En effet, grâce à Mehmed Efendi, j’ai eu l’opportunité de partir en vadrouille à droite et à gauche. Que ce soit aux archives municipales (Agde, Béziers, Frontignan) ou aux départementales (Carcassonne et Montpellier), le plaisir de la découverte s’est manifestée régulièrement et à laissé place à un intérêt croissant pour le trajet de ce personnage dans des bourgades inattendues.

 L’écriture au tripalium et procrastination

– « Allez au boulot feignasse, c’est le dernier billet ! » -« Zut, encore UN et après au pieu ! » cc, Pxhere

Et maintenant, quel résultat pour cet enseignement ? A coût sûr, monsieur Poublanc va s’embêter à lire ce dernier billet de l’ensemble des élèves, afin d’en retirer quelques remarques. Pour ma part, je dirai simplement que je suis encore dans la même situation que lors de lors des précédents billets. Encore à la bourre (et bien cette fois !) tant et si bien que je me retrouve de nouveau à ne pas trop savoir où donner de la tête ou tout simplement que écrire.

De même, il faut bien reconnaître que l’exercice oblige à se focaliser sur le sens et la cohérence de notre expérience estudiantine en master II. S’exercer à produire un contenu à peu près chaque deux semaine nous amène à effectuer un retour sur soi. Il est évident que certains billets furent plus agréables à écrire que d’autres, je pense au tout premier sur « le parcours » pour faire un bilan ou »Twitter » pour écrire sous la contrainte quantitative.

Autrement, c’était un exercice parfois lassant. Ne sachant que dire quelquefois, une impression constante ressort selon l’objet du billet : celle de blablater, de combler le vide tant que l’on peut. D’autre, la plume vient plus facilement et ce en raison de plusieurs facteurs évoqués lus en amont. Concernant les titres et images, même topo : certains sonnent d’emblée, les images sont attrayantes et d’autres c’est galère, galère ! A l’image d’un bon vin, le mieux est de faire maturer l’écrit comme toujours, à condition de ne pas trop dépasser.

« La fin de l’histoire et le dernier homme » (® Francis Fukuyama)

Finalement, à l’image du titre est-ce, que j’ai vraiment évolué tout au long de ces mois et billets ? La question est à traiter en plusieurs étapes : premièrement, cette transformation s’est faite depuis le master I, donc sur le temps long comme dirait Fernand Braudel. Deuxièmement, elle suit un processus logique (normalement), celui d’acquérir une méthode d’analyse, une critique et une manière de l’organisation au travers de l’expérience des archives. Par ailleurs, le questionnement de celles-ci amène inévitablement à prendre conscience de la subjectivité et de nos attentes dans la fouille.

Pourquoi s’intéresser à ce sujet, qu’apporte t-il et comment le transmettre sont autant d’interrogations qui surviennent. Outre ces questionnements philosophiques basiques, mon travail servira t-il à d’autres personnes susceptibles de s’y intéresser un jour ? Et si, sur quels critères sera t-il perçu ? L’individu qui tiendra (peut-être) mon travail entre ses mains aura t-il un outillage mental différent ou l’avenir de l’histoire est-elle inscrite dans une phase de réorientation de sa substance première ? Autant de matière à élucider qui reste encore en suspens et qui peut faire l’objet d’un autre billet : « A quoi sert l’histoire ? »

Ce n’est qu’un au revoir (et c’est pas trop tôt) !

Le plus dure reste à venir. Le ciel sera t-il clément jusqu’à la fin de mon périple ou vais-je me prendre la flotte ? cc, Pixabay

Enfin, quelques dernières belles paroles, avant que je ne m’en aille ripailler et festoyer de chocolats de Noël divers et variés. Maintenant que cet exercice arrive à sa fin, il est temps pour moi de me féliciter d’avoir tenu le pari jusqu’au bout. Par ailleurs, j’ose escompter que les futurs étudiants de Master II sauront prendre en compte les nombreux avis et conseils produits avec intérêt par ma promotion…

Dorénavant, il me faut me consacrer à l’écriture de mon mémoire, même si cela reste encore en stand-by. J’envisage concrètement de m’y mettre en janvier ou février. Les souvenirs tortueux de l’année dernière serviront à ce dessein, du moins je l’espère vivement ou je me retrouverai de nouveau dans ces billets !

 

Crédit image à la une : cc Pixabay

 


Tomás Guarisco

Étudiant en maîtrise de second cycle en Histoire Moderne à Toulouse II le Mirail. Ma thématique de recherche s'axe sur les représentations, l'interculturalité et les modalités d'application de la diplomatie au travers du passage de l'ambassadeur ottoman Mehemd Efendi, sous la direction de Mathieu Grenet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.