Gérer sa journée en master, vous avez dit facile?

http://memes.com/img/652645. Tout droits réservés

La journée type de l’étudiant de master change grandement par rapport à nos journées classiques de licence. Nous avons moins de cours à suivre mais une quantité de travail personnel, à savoir l’avancement de notre mémoire, à fournir bien supérieure.

Moins de cours, plus de travail ?

Bibliographie en arrière plan. L’essentiel du travail du premier semestre au premier plan. Je précise qu’il ne s’agit pas de moi sur la photo.
Cc Creative Commons CC0

Qui dit moins de cours dit tendance à « la glande ». Se dire qu’on a le temps et qu’on travaillera un peu plus tard dans la journée peut vite se retourner contre nous. Il faut donc s’astreindre à une certaine discipline pour garder un cap de travail efficace par semaine. J’ai plusieurs façons de travailler selon la période de l’année. En début d’année lorsque le temps est propice aux recherches pour défricher le sujet et emmagasiner les connaissances je n’ai pas vraiment d’horaires fixes. Le premier semestre surtout en M1 est majoritairement consacré à la lecture d’ouvrages pour rédiger notre historiographie et bâtir notre bibliographie qui nous servira pour la rédaction. Cette partie de l’année n’est donc pas vraiment structurée en terme d’horaires.

A l’inverse pour la rédaction du mémoire, et surtout pour ceux qui sont légèrement en retard ( oui je parle de moi ) les journées se succèdent et se ressemblent. Ayant mal organisé mon temps en amont il a fallu pour les derniers mois que je m’astreigne à une discipline spartiate. Levé tôt et début de la journée de rédaction jusqu’a généralement 22h le soir, en comptant 3h de pause dans la journée repas compris. Un sorte de marathon que je me suis imposé avec le retard accumulé.

Travailler avec les autres, vraiment, je suis obligé?

Guillaume et moi même dissertant de nos avancées respectives. Ici encore les photos sont non contractuelles
Cc Harless Todd, USFWS

J’ai l’habitude de travailler seul. Mais vivant en collocation j’ai l’an dernier fait l’essentiel de la rédaction en présence de mon colocataire actuellement argentin. L’important dans le fait de travailler seul pour moi vient de la concentration dont j’ai besoin et le fait qu’il me faut généralement de la musique pour me motiver. Mon cher colocataire a su s’adapter à ma façon de travailler et nos deux méthodes de travail ne se gênait absolument pas en fin de compte. J’ai aussi trouvé des avantages insoupçonnés en travaillant à plusieurs. Les temps de coupure et de pause étaient plus agréables à passer à plusieurs pour parler de notre avancée mais aussi de choses variées.

Comme expliqué dans les billets précédent la majeure partie de mes recherches s’est faite en compilant les prises de notes que j’avais accumulées tout au long de l’année. Une nouveau fichier intitulé rédaction final a vu alors le jour et reprenant progressivement mes notes j’ai construit la rédaction autour.

Travailler sa recherche, quelle méthode

Actuellement je dépouille mes sources pour l’année en cours. Je travaille donc en écran partagé la moitié présentant les photos prises lors de ma visite aux archives l’autre étant dédiée à une page de traitement de texte sur laquelle je note les informations qui me semble pertinente et relie les éléments entre eux.

J’évoque ma recherche avec de nombreuses personnes mes parents, ma copine et mes amis. Chose plutôt agréable qui permet d’avoir une diversité de points de vue et de prendre du recul par rapport à son sujet. Certaines discussion ont fait émerger des pans de traitement du sujet et se sont donc relevées précieuses. Les camarades de promotion avec qui je discute présentent l’avantage de suivre une formation identique, il est donc plaisant et utile d’évoquer son sujet afin de voir si les pistes sur lesquelles je me penche leur semblent pertinentes par exemple. Les non-initiés présentent évidemment aussi des avantages en ce sens qu’il me permette de me fixer une jauge de compréhension.

Parler de son sujet, une épreuve

Prise de note. Cc Paul Duponchel

Si la lecture d’un travail de recherche est à la portée de tous ( seule le démarche de la lecture est nécessaire ), la compréhension quant à elle est moins aisée et c’est bien normal au vu du déséquilibre des outils de compréhension à la disposition du lecteur. L’idée que je me fais d’un bon travail de recherche est celle d’une étude compréhensible dans sa majeure partie. Elle se doit également de nous donner des clés pour approfondir nos lectures et/ou connaissance si on le souhaite. C’est ce que je cherche à obtenir comme réaction quand j’évoque mon travail avec mes amis ne faisant pas d’histoire.

La compréhension de mon étude est sujette à divers réaction. La présentation que j’en fais, à savoir les mécaniques d’engagement d’un intellectuel de l’après guerre ( car David Rousset n’évoque aujourd’hui plus rien à personne ) reçoit en généralement comme réponse quelque chose du style « oh cool », « intéressant » qui me semble traduire une part d’incompréhension ou du moins une compréhension incomplète. Celle-ci est probablement due à l’explication que je fais du sujet, pour entrevoir l’ensemble de ce que représente un sujet de recherche en histoire je pense qu’il est difficile d’en faire une présentation rapide.

L’histoire c’est des dates et du par cœur

De même pour l’histoire, sorti de l’environnement universitaire la réponse la plus commune lorsque l’on annonce qu’on fait de l’histoire est : « t’es motivé d’apprendre toutes ces dates ». L’histoire est encore confinée, à mon avis, à la vision scolaire que l’on a d’elle des années collège, lycée. Les gens ne perçoivent pas l’histoire comme étant autre chose qu’une matière qui s’étudie par cœur

En terme de visibilité sur le web je pense n’en avoir aucune, excepté le site des tribulations sur lequel je publie les billets et les 15 tweets qui nous ont été imposé. J’estime actuellement ne pas être suffisamment au point dans mes recherches pour me permettre de m’exposer à un public spécialiste. En revanche j’ai déjà eu de nombreux contacts avec des chercheurs principalement au sujet de questions qui traitaient de leur ouvrages, j’ai apprécié le fait qu’ils répondent, rapidement qui plus est pour la plupart, et le fait qu’ils ne se contentent pas de répondre vaguement aux questions mais qu’ils m’ouvrent de nouvelles pistes pour progresser dans mon travail.

Crédit image à la une : http://cliparts101.com/free_clipart/74662/Messy_Desk


Paul Duponchel

Etudiant en Master 1 d'Histoire à l'université Toulouse II Jean Jaurès, je suis sous la direction de Jacques Cantier dans le cadre du master Histoire, civilisations et patrimoine. Mon objet de recherche porte sur David Rousset et son itinéraire, enfin répond-il aux critères de l'intellectuel engagé

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.