Combats (personnels) pour l’Histoire

CC Pixabay / Erika Wittlieb

Dernier billet pour Clio-l@nd …. où il s’agira de proposer un bilan sur une expérience numérique particulière. Des avantages aux inconvénients, je vous dirais tout !

Cette petite synthèse des cinq billets écrits au cours du semestre sera l’occasion de tirer des leçons. Si l’une des finalités de l’exercice était de prendre le temps d’interroger les manières de communiquer, voire d’écrire l’histoire, il me semble que d’autres objectifs ont été atteints. Expliquer mon rapport à la discipline et mes méthodes d’investigation, décrire mon sujet de recherche, raconter sans fard le quotidien … des sujets pour lesquels il fallait vraiment se creuser les méninges ! Pourtant, le jeu en valait la chandelle….

Les mots de l’historien

Grâce à ce cours, « outils numériques pour historiens », j’ai pu exercer mon écriture. Contrairement à l’année de M1, il n’y a pas eu durant le semestre de temps mort rédactionnel. La production de billet, étalée d’octobre à décembre, permet de ne pas laisser le clavier (ou la plume) se rouiller. Cette continuité me semble primordiale : loin de me reposer sur mes lauriers, je suis obligée de m’exercer et par conséquent, de remettre en question mon écriture. En effet, après la soutenance initiatique du premier mémoire l’un des risques était de survaloriser mes compétences littéraires. Or, grâce à cette UE, j’ai compris deux choses : d’abord, l’écriture est toujours perfectible ; ensuite, l’historien doit maîtriser plusieurs niveaux de langage.

CC Pixabay / Wokandapix

Expérimenter d’autres formes de communications écrites s’avère être un entraînement enrichissant. Si la recherche universitaire est principalement lue par un public averti, elle doit aussi se mettre au service d’un lectorat plus large. Les billets, notamment celui concernant le sujet de master, jouent ainsi un rôle de médiation pertinent et décloisonnent la sphère académique. Cette ouverture est fructueuse en tout point de vue. D’ailleurs, cet exercice m’a donné envie de consommer d’autres formes d’histoire comme par exemple les billets du blog de Claude Guillon.

De ce « vis ma vie de chercheur en histoire », découle un avantage non négligeable : la possibilité d’opérer une mise à distance entre l’étudiant et son objet de recherche. Je me rends bien compte de l’intérêt obsessionnel que je porte à la seigneurie de Pointis-Inard. Il est donc salutaire de prendre de la hauteur, de faire un retour sur soi-même et d’observer autrement son travail universitaire. L’écriture de ces billets et la réflexion qui les précède amènent à critiquer le quotidien (organisation de la pensée, du temps de travail, procrastination active…). Par le biais de cette introspection, j’entrevois des points positifs mais aussi des éléments négatifs. Se poser, prendre le temps d’apprécier ce qui va bien et ce qu’il faut corriger me semble tout à fait profitable. Cela devrait permettre d’améliorer globalement ma recherche et l’écriture du mémoire de M2.

CC Pixabay /Parentrap

Ce billet de synthèse me donne l’occasion d’exprimer quelques remarques moins agréables sur cet exercice. D’abord ne l’oublions pas, il relève de la contrainte. Ces productions ont un caractère obligatoire puisqu’elles déterminent une note d’évaluation. Je n’ai donc pas écrit de mon plein gré ! Et puis comme j’aime fournir le meilleur de moi-même, j’ai été obligée d’y passer du temps, soit pour trouver des idées, soit pour la rédaction ; or le temps est précieux pour l’apprenti-historien ! A cela s’ajoutent les exigences drastiques du professeur responsable de l’UE : des titres percutants, des phrases claires et précises, pas de « ce, cela, qui, que », des images, des gifs …. autant de consignes parfois difficiles à satisfaire. Bien sûr, je suis une personne raisonnable donc je vois tout l’intérêt de telles instructions. Elles participent de l’amélioration progressive de mon écriture et par conséquent de ma capacité à communiquer. Ainsi, de la contrainte émerge du positif.

 

De la connaissance historique

Au terme du semestre, un bilan, somme toute provisoire, s’impose. Malheureusement mes travaux ont peu avancé, tant du point de vue du dépouillement des sources que des lectures. Si j’ai consulté plusieurs liasses d’archives et lu quelques ouvrages, le minimum syndical n’est pas atteint ! Je risque donc de trouver des verges sous mon sapin de noël. En même temps, l’étudiant aura beau se fixer un calendrier, il ne peut pas tout prévoir. A ce titre, j’ai découvert il y a peu des documents seigneuriaux d’importance (des comptes d’exploitation) : il faut absolument les intégrer à ma réflexion, ce qui va nécessairement ralentir mon programme. Évidemment, elle s’en trouvera enrichie. Entre le planning fixé en début d’année et la réalité du terrain, des aléas viennent parfois se glisser et tout chambouler. Dans ce cas précis il s’agit néanmoins d’une bonne nouvelle. D’ailleurs, grâce aux outils numériques proposés par les différents professeurs (S. Poublanc et N. Marqué), ces sources vont faire l’objet d’un meilleur traitement puisque j’ai appris à mieux maîtriser les bases de données et la cartographie.

CC Pixabay / GDJ

L’accompagnement de ma directrice de mémoire (V. Sottocasa) est également un élément majeur dans l’analyse du corpus de source et la définition d’une problématique pertinente. Elle constitue le pivot essentiel par lequel ma recherche s’enrichit. Lors des séminaires nous discutons des pistes archivistiques à explorer et/ou des concepts à approfondir, sa dernière recommandation étant de questionner la micro-histoire et ses méthodes pour enrichir mes analyses sur la seigneurie de Pointis-Inard. Si je m’empare des conseils donnés par les uns et les autres, je n’oublie pas non plus de réfléchir ! Surtout, j’essaye de garder l’esprit critique afin d’éviter d’être « phagocytée » par mon sujet. Récemment, j’ai eu l’occasion de me tester.

En effet, grâce au dépouillement d’une liasse concernant des avances de sacs de farine réalisées par les seigneurs à différentes personnes, j’ai constaté qu’en fonction des années ils fournissent une plus ou moins grande quantité aux demandeurs, ces derniers étant dans le besoin. J’en déduis que les seigneurs jouent un rôle économique important auprès des habitants. Néanmoins, lorsque les demandes abondent, cela correspond à des périodes d’instabilité agricole durant lesquelles les grains viennent à manquer. Or dans ces cas là, le prix du sac avancé par les seigneurs est plus élevé qu’à l’ordinaire. En analysant ces éléments, il faut bien relativiser leur philanthropie. Si mon questionnement cherche à interroger sans a priori le régime seigneurial, en montrant quels sont les points de rencontre entre la seigneurie et ses habitants, il ne s’agit pas non plus de policer à outrance les rapports socio-économiques. Cet exemple permet d’entrevoir le rôle joué par la formation en master. Elle nous apprend à adopter une attitude scientifique et à questionner notre rapport personnel à l’histoire, in fine, à notre sujet de mémoire.

En écrivant cette synthèse, j’ai pris le temps de réfléchir aux apports des différents cours proposés ce semestre. Entre l’UE « outils numériques pour historiens », l’histoire numérique, les séminaires et le mini-colloque, nous avons la possibilité de traduire par des mots, des images, des tableaux et des cartes notre objet d’étude. Cette diversité enrichit notre réflexion, améliore notre questionnement : en déplaçant la focale, le sujet de recherche est mis en lumière différemment ; à terme, cela devrait concourir à étoffer notre travail. Cet encadrement universitaire permet aussi de se sentir intégrée dans une communauté. A titre personnel, cela impacte positivement ma capacité à communiquer sur mon sujet et à m’ouvrir aux autres. Alors oui, j’ai pesté contre le rythme de production des billets, contre certains travaux à rendre pour d’autres cours mais finalement, ces obligations sont de bonnes choses. Tout obtenir sans trop d’efforts n’est pas possible et de toute façon, peu satisfaisant. J’apprends donc à combattre mon penchant (naturel et humain) pour la facilité car on ne badine pas avec l’Histoire !

Juste parce que Noël arrive à grands pas ! CC Giphy

Image à la Une: CC Pixabay / Erika Wittlieb


Nouvel Xénie

Titulaire d'une Licence d'histoire obtenue à l'Université de La Rochelle (17), je suis actuellement en Master 2 Histoire moderne et contemporaine à l'Université Jean Jaurès (31). Travaillant sous la direction de Valérie Sottocasa, j'étudie une seigneurie commingeoise au XVIIIe siècle en intégrant son devenir lors de la Révolution française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *