Les ornements de Noël

 

Ornement de Noël, CC Pixabay

Qu’on se le figure : j’ai passé autant de temps à travailler sur ces billets que sur les entretiens menés au mois d’octobre. J’ai préféré me consacrer aux figures de style alambiquées plutôt qu’au fond historique de mon travail. Ces dernières semaines, depuis que le sapin de Noël occupe la moitié de l’espace dans cette petite maison chilienne, on dirait que j’ai fait le choix de l’ornement.

On le connaît tous, de plus ou moins près, ce sapin. Grand, petit, avec ses lumières ou ses boules, ses crèches et ses choses, l’attente du réveillon se vit selon un absurde enthousiasme : décorer, garnir, colorer. Même dans l’hémisphère sud, on barbouille sa maison en tôle d’improbables « papas noël et de ses rennes » sous un soleil de plus de 30°C.

A l’approche de la neige

Fin septembre, j’avais juré de sculpter la chaire de l’histoire. J’avais juré d’écrire un mémoire avec pour seul but raconter le quotidien des salariés de l’Aéronautique française, dans le climat répressif des années post-68. Je pensais être capable de produire un récit, en m’appuyant sur mon bagage conceptuel acquis l’année dernière, mais sans nommer celui-ci, sans même le mentionner. J’espérais suggérer mes entrées théoriques à travers une écriture plus ou moins romancée.

Or, les années 70 sont particulièrement épaisses et profondes en ce qui concerne l’analyse historique : c’est l’apparition de nouvelles techniques de management, c’est le commencement de la désyndicalisation et ce sont les prémisses de l’informatisation. Elles représentent en d’autres termes une rupture bien particulière et l’amorce d’un nouveau paradigme salarial. Le capital est un système résilient : il a su s’adapter aux vagues contestataires des années 68, suffisamment fortes pour effrayer les organismes pensants du système. Aussi, à une époque d’ébullition intellectuelle du patronat, en quête de stratégies et d’experts, à une époque où l’on cherche à rénover structurellement l’organisation du travail, comment, en tant qu’apprenti chercheur, ne pas succomber aux tentations théoriques ?

Fin décembre, après avoir privilégié les sources, les témoignages, les documentaires vidéos, j’ai finalement « péché ». Le retour aux idées était inévitable. Paradoxalement, je souhaitais utiliser mes deux mois au Chili pour contourner les nouveaux obstacles historiographiques qui se présenteraient. Or, je n’ai rien contourné du tout. De nouveau je me sens pataugé dans cette sorte de neige trop fraiche, celle où l’on s’enfonce dès qu’on essaie de comprendre un phénomène social. De nouveau mon écriture est opaque, trop évasive, trop dense, trop « j’écris-pour-ne-rien-dire ». Je me suis écarté lentement des acteurs réels et de leurs histoires, jusqu’à reproduire dans mon mémoire l’envie frénétique de décoration de Noël.

La plus belle des étoiles 

A vouloir trop décorer, on oublie que parfois la simplicité fait la beauté. On se presse. On vise à tout prix l’étoile en haut du sapin : il faut qu’elle brille, qu’on la voie, qu’on s’y réfère ! On en oublie le lent travail, plus minutieux, d’isoler chaque branche pour y ajuster un bibelot.

Depuis l’année dernière j’essaie de prouver que l’être humain moderne est spontanément révolutionnaire. J’essaie de montrer que le capitalisme est un système qui « se pense », qui se construit et qui se maintient en conséquence contre nos insubordinations. C’est à travers l’étude microhistorique des conflits dans l’industrie aéronautique française (d’abord en mai-juin 1968 puis tout au long des années 70), que je comptais parvenir à légitimer mes allégeances théoriques. J’ai voulu placer une étoile rouge et noire tout en haut du sapin.

Une belle étoile en haut du sapin, CC Wikicommons

Il me manquait sans aucun doute l’humilité. Or, à l’approche de Noël, dans cette frénésie du « meilleur cadeau », du « plus beau sapin » et bien sûr « du meilleur rabais », j’ai pris en horreur ce mot : « meilleur ». Pas de « belle étoile » pour l’année qui vient, donc, mais faire un récit au plus proche de ce qu’il est ; passer Noël sans arrogance, en somme.

Interroger les fonctions du mémoire…

Poser les limites d’un travail qui n’a pas pris forme peut paraître étrange. Il est pourtant utile de dissocier nos envies de recherche et leur potentielle réalisation. Tout bien considéré, le véritable problème ne se situe pas dans les archives (leur manque, leur rareté, leur imprécision) sinon dans leur diversité et surtout dans la manière de les traiter. Nous sommes confronté à un travail de problématisation parfois trop lourd pour qu’il soit réalisable en une année.

Ma volonté d’ajouter un grain de sable à la théorie sociale sur la spontanéité révolutionnaire est réelle, mais elle entre bien trop souvent en contradiction avec un travail d’historien. C’est pour cela que la limite se pose en terme d’objectif : quel est le but de ce mémoire ? Faire un récit du quotidien de l’Aérospatiale ? Faire un écrit militant sur les formes de résistance ordinaire ? Prouver que le réaction patronat a réagit consciemment après 1968, et par là démontrer que le « marché » n’est pas un acteur réel mais qu’il existe à travers une organisation du travail pensée, rationalisée, appliquée ? Comment interpréter les informations collectées ? Vais-je présenter un travail d’archiviste solide, implacable sur l’Aérospatiale des années 70, ou bien un travail plus bancal, mais plus critique ? Qu’est ce qui est le plus utile, le plus novateur, le plus apprécié? J’espère que ce sera la rédaction qui déliera cette pelote, car au fil de la plume se dessinent les réelles motivations.

… et les fonctions de ces tribulations historiennes.

A quoi sert d’écrire des articles sur notre routine d’étudiant ? A quoi sert cet exercice dans le fond ? Bien sûr il y a l’intérêt pédagogique de l’équipe enseignante qui, à la lecture des billets, peut s’adapter à nos méthodes de travail sans cesse changeantes. Bien sûr il y a l’impératif académique de l’UE et des crédits. Bien sûr il y a l’intérêt personnel de l’apprentissage de l’écriture, selon des délais et des consignes.

A ce sujet, une amie historienne chilienne me raconte qu’elle trouve cette initiative formidable ; en corrigeant des copies de l’équivalent de notre « licence », elle m’explique que très peu d’étudiants de là-bas savent écrire, parce qu’aucune formation ne leur est dispensée. En comparant les deux systèmes universitaires, on arrive donc à la conclusion que nos billets ont une réelle utilité en ce qui concerne : le travail introspectif, le détachement par rapport à nos sujets, l’affutage de notre style.

Néanmoins, après avoir lu quelques articles de mes camarades, je me suis rendu compte que ce travail de billet qu’ils me situent dans mon époque.

Issus du même moule

CC Wikicommons

CC Wikicommons

Comment dire ? A première vue, chacun d’entre nous présente un objet de recherche original. Depuis les coiffeurs toulousains au XIXème siècle jusqu’à l’histoire de l’excision en Afrique coloniale, on peut a priori penser que la diversité est ce qui définit notre promotion toulousaine. Or, en tant qu’apprenti(e)s historien(ne)s, comment ne pas se penser comme une génération, avec plus ou moins le même parcours intellectuel, la même formation académique, une même culture scolaire ? Comment ne pas voir dans les récits de nos quotidiens des méthodes de travail et des pratiques intellectuelles identiques? Des habitus qui nous sont communs, en quelque sorte ?

Déjà, on nous a imposé le respect de critères et l’utilisation de certaines formes ; nous écrivons donc dans un cadre délimité. Aux contraintes similaires s’ajoutent des suggestions collectives : par exemple, l’usage répété et massif de gifs témoigne d’un sens de l’humour partagé.

Une camarade travaille sur l’enseignement de l’histoire sous la IIIème république ; ne peut-on pas envisager une histoire immédiate de l’enseignement contemporain ? L’ensemble de ces billets numérisés représente un fonds archivistique novateur, qui permet d’appréhender, entre autres, l’usage de l’informatique par la jeune communauté universitaire et sa manière d’écrire, ses projections professionnelles et son rapport au passé, sa politisation et son individualisme, bref, des composantes essentielles de ceux et celles formé(e)s à devenir « médiateurs et médiatrices de l’Histoire ».

Au final, ce qui rend à chacun ses spécificités réside dans l’usage de l’écriture, que ces billets contribuent à libérer. On peut y déchainer tout ce que des années d’études ont entrepris à entraver. Ici, je peux par exemple écrire ceci : « nous sommes des biscuits fondus dans le même moule et brûlés dans le même four, alors, dans un espoir d’individualisme, on se colore, on se massepain, on se praline ».

Un Noël comme les autres

Voilà également ce que je ressens dans cette fin d’année 2017, longue et ponctuée de deux mémoires. On n’échappe jamais au bilan. L’université nous ordonne la synthèse pendant que le capital nous impose l’affection, emballée dans un papier-cadeau et déposée sous le sapin.

Quand à répondre à la consigne de ce billet, soit faire un résumé du semestre (tant au niveau de l’évolution de notre pensée que de notre ressenti), me vient à l’esprit une expression chilienne : dar color, littéralement « donner de la couleur », à savoir enjoliver, grossir, remplir un fait ou une action d’une intensité inutile. Elle résume bien la quête de l’originalité, qu’on retrouve dans la décoration de Noël ou dans la rédaction de ces billet, et elle correspond parfaitement à ma manière d’écrire. Dar color, c’est ma manière à moi d’être original, soit dans l’étalement et le coloriage, puisque le fond est plat et inconsistant.

Que dire de plus dans une synthèse ? Simplement que nous allons passer un Noël comme les autres.

Crédit à la une : Un Noël du Pacifique, CC Pixabay


Tom Dufour

Je travaille actuellement sur le quotidien des travailleurs de l'Aéronautique toulousaine dans les années 70. Par là j'essaie de montrer les mécanismes d'adaptation du capitalisme à la contestation des années 68. Mon directeur de recherche est Alain Boscus.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *