Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin.

Quand tu as encore oublié de faire ton article

Nous voilà enfin arrivé au dernier billet de ma série. Ce petit exercice me laisse un sentiment indéfini. Non seulement stressant, surtout quand on s’y prend à la dernière minute comme moi, mais aussi très intéressant il faut l’admettre.

Réfléchir sur sa méthode de travail n’est pas une chose aisée, et nous sommes rarement amené à le faire. Qu’est-ce que m’a apporté cette série d’article ? Beaucoup de choses. Peut-être pas ce qu’aurait voulu notre professeur parfois, mais beaucoup de choses tout de même.

Un exercice original. Pesant, mais original

Le fait d’avoir à rendre un devoir écrit et élaboré à la virgule près, quand on travaille près de 30 heures par semaines peu s’avérer extrêmement lourd à coté de toute les choses qui nous sont demandé. De ce fait j’ai eu beaucoup de mal à m’y mettre et j’ai régulièrement oublié de faire mes articles au fur et à mesure qu’on approchait de la fin. Si le premier j’y ai mis tout mon cœur et j’étais réellement motivée, la qualité a bien baissé au fur et à mesure que mon temps pour le faire diminuait. Je le regrette.

Pourquoi je le regrette ? Tout simplement parce que c’est un super exercice. On est loin des sempiternelles compte rendus ou fiche lectures qu’on nous oblige à faire dans chaque cours depuis une an et qui sont dénué d’intérêt. Là non, on nous laisse une relative liberté, les sujets parlent de nous et de notre vécu ce qui est plus facile à faire que de parler de la domination masculine de Bourdieu (ne le lisez pas. Ou si lisez le si vous êtes du genre insomniaque. Désolé Monsieur Bourdieu).

Et en plus on peut mettre des Gifs. Moi quand je parle de mes archives

Une bonne réflexion sur la manière de travailler

Plus que de l’intérêt de la facilité de l’exercice, il est intéressant de voir comment chacun et chacune travaille et voit les choses. Même si il en ressort quelques idées générales et communes, il y a parfois au milieu du lot quelques idées qui ressortent et qui nous font réfléchir à notre manière à nous de travailler.

Finalement on fini par s’analyser et essayer de comprendre pourquoi. Pourquoi je fais ça comme ça plutôt que d’une autre manière ? Pourquoi je n’utilise pas ce logiciel comme les autres ? Bien sûr, les caractères de chacun et ses intérêt sont évidement à prendre en compte. Si je travaille autant sur les écrans c’est surtout parce que quelque part j’y suis un petit peu accro et que mon mode de vie est fait ainsi. Et aussi parce que, étant un peu désorganisée dans le rangement, si je devais tout écrire sur des feuilles volantes et les ranger ensuite, je n’écrirai jamais mon mémoire, je serai encore en train de chercher les feuilles manquante de l’année précédente.

Néanmoins je pense que ce n’est pas la seule chose à prendre en compte.

Mais surtout… Une bonne rétrospective de l’année

Plus que cela, j’ai réalisé grâce à ça, en partie, que je n’étais pas faite pour cela et qu’au final, mon intérêt pour la recherche et ses méthodes se limitaient à mon sujet. Et encore, pour être tout à fait franche, seul le sujet de l’an dernier m’intéressait. Celui de cette année, que j’ai dû choisir face au manque de source du premier, ne me donne franchement pas envie. J’en avais conscience au fond de moi déjà, mais ce travail d’analyse me l’a confirmé. En lisant mes camarades et en écrivant moi même par la suite, j’ai remarqué que le ton n’y était pas.

Au fond, pourquoi je ne fais pas ça comme ça ? Mais tout simplement parce que je n’y trouve aucun plaisir, aucun intérêt à le faire. La recherche n’est pas pour moi. Comme je suis butée j’irais probablement au bout, mais mon mémoire n’est définitivement pas ma priorité cette année encore. Donc un grand merci à notre professeur, Monsieur Poublanc, pour m’avoir aidé en quelque sorte, à comprendre que encore une fois, ce n’était pas mon chemin et que j’étais encore en train de foncer dans un mur.

 

Sur ce, bonnes fêtes tout le monde

 

Citation de titre : « Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais, c’est peut-être la fin du commencement » Winston Churchill

Image à la une : Pixabay, CC, wezlo


Océane Larousse

Je suis étudiante en master histoires et civilisations modernes et contemporaines sous la direction de Philippe Foro à l'université Jean-Jaurès de Toulouse. Mes domaines de recherches se portent sur l'histoire des Juifs et plus particulièrement celle des Juifs de Toulouse

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *