Alors ton master ?

Giphy

L’année dernière je débutais, plein d’espoir, un master recherche. Aujourd’hui, à la veille de mon ultime semestre, de ma dernière année tout ne s’est pas exactement passé comme prévu. Allez, assieds-toi, prends un café, l’heure du bilan est arrivée.

Comme une bonne dissertation de troisième année je vais te présenter en trois axes et une conclusion le dernier épisode de ma vie d’étudiant en master recherche.

Un semestre à perdre du temps ?

Dans le tout premier billet, j’ai expliqué que je devais me mettre à rédiger fin janvier début février. Les lectures devaient être clôturées fin janvier, comme le dépouillement. Mon planning me paraissait parfaitement huilé et il n’y avait aucun moyen, mais alors vraiment aucun, pour me retrouver avec du retard. Or, tu connais les aléas du direct, je n’ai pas réellement respecté mon planning.

Giphy

Là tu dois te dire « avec tes journées BU d’une efficacité relative et les quelques soirées par-ci par-là, ne vient pas te plaindre ». Et, tout comme ma mère, tu as raison. Mais, ici, je veux davantage te parler du manque de temps pour réaliser ma recherche. A la rentrée le leitmotiv était d’ouvrir le plus largement possible notre champ d’études. La curiosité est donc de mise, mais encore faut-il avoir le temps d’être curieux. Je m’explique. En première année je n’étais pas débordé par le travail et avais tout le temps nécessaire pour lire et dépouiller. Pourtant je ne connaissais ni la méthode ni les outils pour le faire. Ce premier semestre tout a changé. Je dois assister à des cours dont j’ai toujours du mal à percevoir l’utilité dans mon travail de recherche. J’ai parfois regretté de ne pas être resté à la BU lire et dépouiller afin d’avancer sur mon propre sujet. Je dois également participer à 24h de séminaires. En début d’année j’étais motivé par cette perspective. Elle pouvait me permettre de découvrir de nouvelle recherche, faire avancer mon sujet sur des terrains que je ne connaissais pas. Or souvent, dans la pratique,  les séminaires auxquels j’assiste sont moins  choisi pour leur sujet que le nombre d’heures que cela fera sur ma fiche de présence.

Mais tout n’est pas aussi sombre. Certaines des interventions auxquelles j’ai participé m’ont permis de renouveller la façon dont je percevais mon sujet, de l’enrichir avec de nouvelles méthodes d’analyse ou de nouveaux questionnements, que je n’aurais pu trouver seul. J’ai découvert des travaux ou des sujets de recherche que je ne connaissais absolument pas. Je regrette juste que nous n’ayons pas plus de liberté de choix pour axer davantage notre année sur notre travail de recherche.

Joindre l’utile à l’agréable ?

Cependant, le constat en demi-teinte ne doit pas, comme je viens de te le dire, faire oublier ce que ce premier semestre m’a apporté. Pourtant je dois t’avouer que pour le moment j’ai plutôt du mal à percevoir ces apports, notamment concernant la rédaction des billets que tu as lus (assidument, je n’en doute pas). Bien sûr, un tel travail m’a permis de me remettre assez tôt à rédiger après un été très éloigné de ce genre d’activités. J’ai également travaillé ma propre façon d’écrire afin de condenser mon propos et être le plus clair possible en un minimum de mots. Mais surtout, comme tu l’as constaté, les billets ont pour sujet notre travail de recherche. De fait, j’ai pu, tout au long du semestre, réfléchir et débriefer mes différents choix, que ce soit en termes de problématique, de méthode de travail ou d’analyse du sujet. Toutefois, cet exercice, parfois ludique, ne se fait pas en deux heures, du moins me concernant. Il me prend même beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps. Toute la question est de savoir pourquoi. Pour le moment, à part ce que je viens de te dire, je ne le sais pas encore. J’ai donc décidé de croire que ce travail me sera utile pour ma rédaction et ma soutenance. Je ne pourrais pleinement répondre à cette question qu’à la fin du semestre prochain.

Une progression qui stagne

CC, Flickr, PhilippeFabry

Tu l’as compris le constat sur cette dernière année de master est quelque peu difficile à établir, mis à part sur un point : l’évolution de ma pensée et de ma méthode de travail. Je n’ai pas l’impression que, l’une ou l’autre, aient beaucoup progressé. A tel point que dans certains cas je ne parviens plus vraiment à remodeler ma réflexion pour l’adapter à de nouveaux outils de recherche.

En effet alors que cette année nous avons appris à constituer une base de données sur le logiciel FileMaker (perso j’y suis pas arrivé). Après avoir travaillé pendant un an sur un tableur Excel (instrument logique par excellence), je n’ai pas retrouvé cette même logique derrière FileMaker et ne suis donc pas parvenu à l’utiliser. Certains de mes camarades y sont parfaitement arrivés, mais je m’interroge quand même : pourquoi ne pas construire notre objet de recherche selon les principes de base de données « FileMaker » dès la première année ? On aurait alors un an pour adopter le fonctionnement du logiciel. Cette année je me suis donc retrouvé avec une base de données à créer sur un logiciel dont je ne saisis toujours pas le fonctionnement. Après plusieurs tentatives infructueuses, mon choix a été vite fait, je suis revenu à Excel. On se refait pas !

Conclusion

L’année dernière, à la même période, je lisais le billet d’une étudiante qui dressait un bilan plutôt sombre des premiers mois passés en M2. Alors en première année, faille spatio-temporelle où tout est beaucoup plus beau qu’en réalité, je ne l’ai pas cru. J’étais même en train de m’imaginer partir en thèse pour continuer à travailler sur les guerres en Irak et l’aviation. J’aurais dû voir que c’était trop beau pour être vrai. Maintenant que j’en suis au même stade, je ne peux lui dire que : « t’avais carrément raison ». Même si la recherche en histoire me plait beaucoup, aucun doute là-dessus, cette année m’a totalement démotivé d’aller plus loin. Entre déception du master et besoins d’un avenir moins précaire que celui que semble me promettre la recherche, comme disent mes potes « on va peut-être stopper le tir ? » Il me semble que c’est plus sage.

Giphy

Image à la une : CC, Flickr, patrick2211(ex Drozd1)


Matthieu Gayrin

Etudiant en Master 2 recherche, je travaille, sous la direction de Monsieur Jean-Marc Olivier sur "l'efficacité et les limites de l'utilisation de l'arme aérienne dans les conflits en Irak (1990-2004)".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *