L’art de décortiquer son travail !

The Passion of creation, Leonid Pasternak, 1892, CC wikipédia

Nous voilà à la veille de Noël, la moitié de l’année est donc quasiment passée. Faire un bilan à cette période paraît quelque peu inévitable pour chaque étudiant, pas toujours plaisant mais inévitable ! C’est toujours le moment où chaque instant perdu semble irrécupérable, ou chaque journée sans lecture semble être un véritable drame. Mais c’est aussi le moment où, après avoir réfléchi à mon sujet des mois durant, de nouvelles perspectives s’ouvrent,  l’approche du sujet est affinée et peut être plus complète. Les heures entières accoudées à mon bureau ne sont donc pas vaines !

Entre planification et ajustements

En tout début de semestre je m’étais fixée comme objectif de réaliser mes lectures bibliographiques ainsi que de dépouiller mes sources imprimées pendant le premier semestre. Tout cela pour me permettre de commencer rapidement ma rédaction après m’être déplacée à la BNF courant janvier. Il est donc temps de briser ce suspens insoutenable et de révéler où j’en suis. Il faut bien avoué que mon planning ne fût pas parfaitement respecté me je ne m’avoue pas vaincue pour autant ! Les sources imprimées que j’ai en ma possession ont été lues, ainsi que les articles en ligne de ma bibliographie et les ouvrages sur la noblesse et le XXe siècle. Ouf. Mais il me reste encore un bon nombre de lectures spécialisées à faire, la formation d’une identité sociale ou bien encore l’histoire du royalisme me dissimulent toujours quelques secrets !

Ces contretemps s’expliquent via plusieurs raisons. La plus évidente de toute est bien entendu le retard accumulé tout au long du semestre : une après midi de repos par ci, une soirée entre ami.e.s par là et le tour est joué. Mais il n’est pas question d’être défaitiste, l’année n’est pas finie et mon organisation est loin d’être réduite à néant. D’ailleurs, comme je l’ai déjà dit la temporisation n’est pas l’unique raison de ces écarts. Entre les sources que je pensais utiliser en début d’année et celles que je souhaite désormais utiliser il faut bien dire que l’affinage de mon corpus a induit des transformations. Je travaille sur les discours de la noblesse sur elle-même, ce qui compte c’est donc la date de production du discours en question. Mes bornes chronologiques ce sont donc déplacées de 1945 jusqu’à la fin du XXème siècle. Du coup, tout un tas d’articles et de mémoires, jusque là inexploités pendant mon master 1, s’ouvrent à moi ce qui me prend tout de même un peu de temps, juste un peu… heureusement que le thé est toujours là pour me réconforter.

Penser son sujet encore et encore et encore

CC giphy

Depuis que je travaille sur la noblesse française à l’époque contemporaine mes réflexions sur le sujet peuvent s’apparenter à un véritable ruminage intellectuel. Permanence nobiliaire, transmission, identité, mémoire collective, usages nobiliaires et bien d’autres concepts et idées tournent en boucle dans ma petite tête jusqu’à ce qu’un beau jour comme par magie ou suite à d’intenses réflexions une idée ou un lien nouveau émergent !

Depuis le début du semestre ma façon de penser mon sujet a donc évoluée. Alors que je voulais tout d’abord travailler sur les discours de la noblesse sur elle-même sans plus de précisions, j’analyse désormais plus spécialement la façon dont à travers ses discours la noblesse pense et présente son rôle dans la société. Cela recentre  mes recherches et me permet d’interroger la capacité et les modalités d’auto représentation de la noblesse française dans un domaine particulier. De plus, comme je l’ai précisé plus haut mes bornes chronologiques ont changé, ce qui n’allait pas forcément de soi, j’aurai pu choisir de travailler sur des discours produits entre 1870 à 1945 et donc garder la même délimitation que l’an passé. Ma méthode d’analyse s’adapte donc et prend en compte des aspects nouveaux tel que par exemple le lien entre la situation de la noblesse dans la seconde moitié du XXème siècle et les discours que cette dernière produit ou bien encore les modalités d’expression de ces discours, leur champ respectif (politique, littéraire, autobiographique, mondain etc.). Pour résumer de façon simple, les choses évoluent et les sujets aussi !

Quid des tribulations historiennes ?

J’en viens maintenant aux fameuses « tribulations historiennes ». Je dois bien avouer que dès le master 1, en sachant ce qui m’attendais l’année d’après, je me demandais ce que j’allais bien pouvoir raconter dans ces petits billets… Mon année de M2, ses étapes clefs et ses péripéties sont-elles vraiment intéressantes ? Pour qui ? Vais-je avoir des choses à dire ? Vais-je réussir à les dire ?

Toutes ces interrogations étaient peut-être un peu exagérées, finalement quand on se retrouve face à son clavier avec son sujet de la semaine en tête les choses se débloquent assez rapidement, il suffit d’un peu de prise en main, de confiance et de légèreté. Enfin… c’est un peu facile à dire. Parce qu’entre les lectures, les séminaires, les révisions de langue, la volonté de commencer la rédaction et autres activités parfois moins studieuses se prendre en main et commencer sont billet ne va pas forcément de soi, et le moins qu’on puisse dire est que je manque parfois d’entrain. Le rythme me paraît parfois un peu trop soutenu dans la mesure où ce premier semestre de master 2 demande déjà un investissement assez important il est parfois un peu difficile de se concentrer sur les billets.

L’art de rester zen en toutes circonstances, CC giphy

Cet exercice quotidien a pourtant des mérites même s’il est parfois pénible de s’y mettre et courant de râler contre cette tâche récurrente. Ces billets sont comme une introspection guidée et publique de son travail et de ses démarches. Certes le caractère non volontaire de la chose fait que parfois on n’a tout simplement pas envie de s’interroger sur l’organisation de son travail aux archives mais il n’empêche que les questionnements soulevés nous forcent à prendre conscience de notre façon de faire de l’histoire. Ce qui n’est quand même pas mal du tout quand on doit effectivement faire de l’histoire. J’en conclurai donc brièvement que dans le tourbillon de tâches, de choses à faire, à planifier et à repenser qui forment le premier semestre les billets sont à la fois source de travail en plus mais ont aussi un côté cadrant et formateur qui est plutôt rassurant. Et puis, de toutes façons, quoiqu’il advienne il convient de rester calme, tout va bien se passer, ce n’est pas quelques billets et des tonnes de lectures qui me font peur.

 

Image à la une : CC pexels


Lola Latcher

Je suis actuellement étudiante en master 2 d'histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès après avoir fait deux années de prépa lettres supérieures Ulm (option géographie puis philosophie) au lycée Pierre de Fermat et une L3 d'histoire à la sorbonne (Paris IV). Je m'intéresse particulièrement aux questions liées à la noblesse au XIXe et XXe siècles et travaille sous la direction de Catherine Valenti.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *