Deux saisons pour une recherche : Il est bien court le temps des raisins…

CC Pinterest Mucha Alphonse

Le premier semestre touche à son terme. Voici venue l’heure des comptes et des mécomptes de mes tribulations automnales et hivernales. Ais-je su respecter le planning élaboré au mois de septembre ? Qu’ais-je appris en publiant un billet toutes les deux semaines en fonction des thèmes proposés par M. Poublanc ?

Pour filer la métaphore des saisons ma réponse sera mi-figue mi-raisin. Enfant, ma grand-mère me fredonnait souvent, de sa petite voix forgée aux cantiques et aux répertoires de Réda Caire ou de Charles Trenet, « qu’il est bien court le temps des cerises ». Cette année, j’ai trouvé que le temps des raisins l’était plus encore. Mon corpus a pris forme mais, aujourd’hui, son exploitation demeure en friche et les sillons tracés peu profonds. Cependant, ne nous affolons pas. Silence, ça pousse ! L ’automne, nous enseigne Goethe, connaît la simultanéité du fruit et du germe (« Willst du nach den Früchten, Eilig nimm dein Teil davon!, Diese fangen an zu reifen, Und die andem Keinem schon / Si tu veux recueillir des fruits, Prends-en hâtivement ta part !, Ceux-ci commencent à mûrir, Et les autres germent déjà »).

Un nouveau chantier s’ouvre

La recherche menée à l’Inathèque, dans le cadre de l’unité d’enseignement « valorisation de la recherche », a considérablement renforcé mon intérêt pour les archives audiovisuelles. Béotienne, j’ai commencé par consulter sur internet le catalogue du dépôt légal de l’Ina qui fournit des notices documentaires simplifiées des programmes de radio et de télévision, des spots publicitaires et des clips collectés par l’Institut après le 1er janvier 1995. Il me faut maintenant parfaire ce corpus en poursuivant mon exploration des différentes bases de données, trier l’information, rassembler une documentation complémentaire, étudier le contenu des séries et reportages retenus mais aussi questionner la réception de ces émissions et faire l’histoire des « Figures du public, ce monstre aux millions de têtes ».

Feuilles automnales et hivernales : Des billets utiles mais complexes à rédiger

CC Pinterest

La publication bimensuelle des billets des tribulations historiennes m’a permis de m’atteler à des exercices réguliers de rédaction. J’ai aussi mis des mots sur mon vécu d’étudiante. Pour ce faire, il m’a fallu interroger mon parcours, me pencher sur l’écriture de l’histoire avant même de rédiger mon mémoire, exposer mon exploitation des archives audiovisuelles, présenter ma recherche en 15 tweets et, enfin, évoquer mon quotidien. L’entraînement a été riche, formateur mais a néanmoins achoppé, parfois, sur des consignes pensées dans la continuité d’un master 1 et centrées sur le « je ». Or, « nul ne parvient aisément à ordonner sa propre mémoire. Comment se dire ? Ce sentiment que j’ai d’impuissance est pénible » (Georges Duby, Mes égo-histoires). En outre, la conception solitaire de cette production écrite a pu, de temps en temps, s’avérer pesante. Et ce d’autant plus qu’en 2015-2016, j’ai intégré, dans des conditions similaires, un master 2 de sociologie où la coopération tenait une place non négligeable. Construire un dossier ou rédiger un texte de façon collaborative dans le contexte d’une formation diplômante pousse à se dépasser avec humilité, amène à apprendre des autres, à partager des pratiques et enrichit considérablement le regard porté sur les sujets étudiés. En dépit de ces remarques et regrets personnels, l’élaboration de ces billets a joué un rôle important dans l’évolution, et notamment la formulation, de mon travail de recherche.

CC Pinterest

De la nécessité des définitions provisoires pour mieux exposer une recherche

Relater son sujet en 150 caractères et 15 tweets sur twitter: une gageure lorsque le travail engagé est encore balbutiant. Cette contrainte est arrivée à point nommé pour m’inciter à mieux cadrer les tenants et les aboutissants de mon projet qui traite de l’autorité et du genre à l’école depuis les années 70.
Le questionnement conduit inclut les dictionnaires et encyclopédies, outils usuels et incontournables d’une recherche quel que soit son niveau d’avancement. Il n’est, alors, pas anodin de constater que l’entrée « Autorité » du dictionnaire Le Petit Robert de la langue française 2017 propose les définitions et exemples suivants : « Pouvoir de se faire obéir. Avoir de l’autorité, beaucoup d’autorité. Ce professeur n’a aucune autorité sur ses élèves. Manquer d’autorité / Supériorité de mérite ou de séduction qui impose l’obéissance, le respect, la confiance. Cet homme a une grande autorité/ Faire autorité : s’imposer auprès de tous comme incontestable, servir de règle dans un domaine. Un historien, un savant qui fait autorité / Personne qui fait autorité. Ce chercheur est une autorité dans ce domaine ».
Nous retrouvons dans les éléments mis en avant un thème récurrent de la période historique étudiée (la perte d’autorité des professeurs) et une vision androcentrée de l’autorité (qui s’ignore?).

Dès lors, une part importante du travail engagé cet automne et poursuivi cet hiver, a consisté à préciser et justifier les termes employés mais aussi à réfléchir à leur signification pour les contemporains et pour moi-même. Et cela n’a pas été, et n’est toujours pas, une mince affaire ! En effet, « constamment tiraillée entre l’approximation conceptuelle et l’instrumentalisation idéologique, la notion d’autorité requiert un usage particulièrement prudent. D’un côté, elle fait l’objet d’une acception lâche par le sens commun, qui l’emploie indifféremment comme synonyme de pouvoir, de force, d’influence ou encore de domination. De l’autre, elle est mobilisée par les analyses contradictoires soutenues dans le cadre du débat sur la crise des valeurs : les diverses solutions, permissives ou réactionnaires, prônées pour remédier aux effets délétères sur le lien social de son déclin supposé dans les sociétés démocratiques l’invoquent toutes. En fait, seul le détour par l’histoire permet une juste évaluation de cette notion complexe et délicate qui relève d’une longue tradition de pensée, à la croisée de la philosophie politique et des sciences sociales » (Éric Letonturier, docteur en sociologie, maître de conférences à l’université de Paris V-Sorbonne).
La diversité des sens que le concept d’autorité a pris au fil du temps constitue elle-même un élément de la recherche. Ainsi, par exemple, l’analyse des définitions proposées par l’Encyclopaedia Universalis de 1968 jusqu’en 2017 (Publication en volumes papier de 1968 à 2012, édition numérique hors ligne 2002-2017 et abonnement annuel forfaitaire en ligne pour des établissements scolaires, des bibliothèques, médiathèques et centres de documentation depuis 1999) met à jour la perception que pouvaient en avoir les contemporains. Un travail d’enquête sur les définitions propres aux décennies retenues et selon les acteur-trice-s qui m’intéressent (personnels de l’éducation nationale, élèves, cadres de la fonction publique d’État mais aussi politiques, journalistes, checheur-e-s exploitant, à divers titres, la thématique de l’autorité à l’école) permet de déconstruire leurs catégories. Ici, les quatre dimensions analytiques du concept de genre (construction sociale, processus relationnel, rapport de pouvoir, intersectionnalité – le genre est imbriqué dans d’autres rapports de pouvoir) apportent un autre regard sur le concept d’autorité.

En guise de conclusion : la synthèse demandée constitue une pause bienvenue permettant de mesurer le chemin parcouru. Il s’agit de s’arrêter un instant, de faire le point, de considérer les tâches accomplies, même les plus modestes, puis de se remettre en marche au second semestre afin d’achever la formation engagée. « C’est parce qu’on s’imagine tous les pas qu’on devra faire qu’on se décourage, alors qu’il s’agit de les aligner un à un » (Marcel Jouhandeau).

CC Pinterest Alphonse Mucha

Crédits image à la Une: CC Pinterest Alphonse Mucha


Catherine MULERO

En reprise d'études dans le cadre du Master d'histoire moderne et contemporaine. Mon projet de recherche, sous la direction de Sylvie Chaperon, porte sur l'autorité et le genre à l'école depuis 1970.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.