La synthèse du vide

Le point rouge, c’est Tioumen. Et oui, cette ville est si petite que j’ai moi-même dû l’indiquer…

Comme pour le billet sur le quotidien, proposer une synthèse me met dans une position délicate. Ce semestre a été, comme je l’ai expliqué précédemment, très peu consacré à mes recherches. C’est pourquoi je prends mon courage à deux mains avec quelques jours de retard pour tenter de synthétiser cet avant dernier semestre. 

Soutenir en mai ? Oui, mais… !

Nous pouvons le dire : les objectifs que je m’étais fixé au début du semestre semblent compromis. Le principal était de soutenir en mai. Un petit challenge que je voulais tenter d’accomplir. Si je ne l’abandonne pas car ce genre de but me permet de rester motivée, je relativise en me disant que les probabilités de réussite sont minces. Mes lectures n’ont pas avancé depuis la soutenance du master 1, il me reste des archives à dépouiller… Bref, entrer dans la rédaction en janvier me semble un peu ambitieux. Mais je garde en tête la méthode enseignée par ma directrice qui consiste à écrire coûte que coûte, même s’il faut revenir ensuite, corriger et restructurer. Je dois me faire violence et délaisser quelque peu au semestre prochain, mes cours de russe. Ah oui, au fait, après le master,  je pars pour Tioumen !

Les tribulations historiennes, une douce contrainte

Il arrive souvent que nous autres, étudiants de master recherche, nous plaignons de devoir rendre des travaux – type compte-rendu de lecture ou de séance – en parallèle de nos recherches. Cela donne en effet parfois l’impression de devoir travailler uniquement pour obtenir une note, chose qui devient de plus en plus absurde au fur et à mesure que l’on avance dans les études. Cependant, je dois bien admettre que ce genre d’exercice nous permet de faire autre chose. Et faire autre chose, si vous avez lu mes billets – et sinon, je vous le dis – j’adore ça ! Je m’éparpille, j’aime bien. 

L’exercice des tribulations historiennes est original en ce sens. Il s’agit à la fois d’un travail contraignant car il ne fait pas directement partie de nos recherches. Et en même temps, rédiger des billets de blog reste un travail de plaisir. D’une part, cela nous permet de parler de nos recherches et de prendre éventuellement du recul par rapport à notre travail. D’autre part, il n’y a pas une écriture plus plaisante que l’écriture de soi (je suis une égocentrique assumée, coucou). Et je vous quitte sur cette révélation qui va certainement défrayer la chronique.

Ce billet est un peu court sur pattes, non ?

Et pourtant, je pense avoir dit tout ce que je pouvais dire. Mais puisqu’il faut conclure, je dirais la chose suivante : merci à Monsieur Sébastien Poublanc pour cet exercice (je sais, c’est émouvant). Et désolée pour mon manque de ponctualité. Merci aux lecteurs (rares, non ? Je ne sais pas. Peu importe. Comme je l’ai dit : je me satisfais de ma propre écriture dans mon bain d’égocentrisme). J’espère moi-même trouver le temps de lire tous les billets de mes camarades de master. Certains ont une superbe plume, d’autres sont marrants même lorsqu’ils écrivent. Et enfin surtout, j’apprécie ce moyen détourné de connaître les gens sans leur poser trop de questions (Ah oui car il est une autre chose qui me passionne en dehors de moi-même, ce sont les autres).

Bon, je crois que le destin de ce billet est d’être trop court alors je vous quitte – véritablement cette fois-ci –  et m’en retourne à mes passionnants cours de grammaire. Adiou !

 

CC pixabay

 

 

Image à la Une : Pixabay


Adeline Chaverot

Etudiante en Master 2 en Histoire contemporaine à l'Université Jean Jaurès (Toulouse), je m'intéresse à Ella Maillart, voyageuse suisse du XXème siècle, et tout particulièrement à ses voyages en Union Soviétique. Je travaille avec Natacha Laurent. En parallèle, j'étudie le russe dans le cadre d'une licence en littérature et civilisation étrangère.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.