Dernière ligne droite

La dernière ligne droite dont on ne voit pas le fond CC Google Image

Voilà, le premier semestre de cette année de M2 s’achève déjà. Hallucinant la vitesse à laquelle il est passé ! Il faut pourtant se ressaisir, un autre commence. Et justement, avant de se lancer dans ce nouveau semestre, voyons comment s’est déroulé son prédécesseur. Comme dirait un grand poète français du nom de Booba, « Kopp A.C. Milan, j’fais le bilan ».

 

Bien ou bien ce semestre ?

 

Peut-on dire si ce semestre s’est bien passé ou non ? Plutôt bien oui, voyez vous-même : le PSG est premier en championnat avec neuf points d’avance et a fini premier de son groupe en Ligue des Champions ! Ah c’est du Master qu’il est question ? Bon ce n’est pas la même histoire dans ce cas…

Pour commencer, j’avais prévu moults visites dans différentes archives, j’en ai finalement fait peu. Je souhaitais aller aux archives du musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, mais elles sont toujours fermées alors qu’elles étaient censées réouvrir au printemps dernier (ah !). J’ai tout de même visité le musée qui était vraiment super. J’avais prévu d’aller aux archives de l’observatoire de l’espace du CNES à Paris mais manque de chance, ils n’accueillent qu’à partir de janvier 2018.

J’avais aussi écrit dans le dernier billet que je devais retourner aux archives départementales de la Haute-Garonne et voir du côté des archives du CNES à Toulouse et du groupe Latécoère, mais je ne l’ai pas encore fait. Au final, je suis surtout aller aux archives du Service historique de la Défense à Vincennes, mais j’ai été assez déçu des documents que j’y ai consulté.

CC Google Image

Je n’avais pas vraiment préparé de calendrier à respecter scrupuleusement au début du semestre, mais j’aurais peut-être dû car je n’ai pas l’impression d’avoir fait grand-chose. Bien sûr j’ai continué à chercher des sources, des articles, des ouvrages pour m’aider dans ma rédaction. Mais il est évident qu’il va être grand temps de se bouger pour la dernière ligne droite.

Evidemment, je pourrais me cacher derrière l’excuse de mon travail de surveillant. Mais ce serait trop facile, d’autant qu’il me laisse tout de même largement de temps à côté pour m’occuper de mon Master. Et puis même si je dois surveiller une bande de sales gamins, on ne peut pas dire que le lycée de Villefranche de Lauragais, où je travaille, soit un lycée difficile et que c’est un travail moralement épuisant. Certes je peux travailler pendant mes heures de travail, mais je préfère largement passer la journée à discuter avec les élèves. Car au fond je les aime bien, ces « sales gamins ».

En tout cas, la rédaction de mon mémoire n’a pas vraiment avancé et je dois donc grandement accélérer le mouvement. Seulement le mémoire n’a pas été la seule préoccupation niveau devoirs.

 

Les tribulations historiennes ont-elles un intérêt ?

 

Car oui effectivement, je dois dire que nous avons été gâtés niveau devoirs ce semestre. Entre les présentations à réaliser pour les séminaires avec notre directeur de recherche, les colloques auxquels nous devions assister pour faire un compte-rendu sur l’un d’entre eux, le grand colloque de Madame Dulucq que nous devions tous préparer, il y avait de quoi faire.

A cela, j’ajoute bien entendu les fameux billets des tribulations historiennes. La question est était-ce bien utile au fond ? Pour commencer, je ne vais pas me plaindre puisqu’en raison de mon travail, je ne pouvais pas assister au cours d’informatique. Pour ce qui est des billets en eux-mêmes, je dois dire que c’est assez inégal. Autant j’ai pris un grand plaisir à rédiger certains d’entre eux, autant j’ai un peu buté sur d’autres car plus complexes à réaliser.

Pour être honnête, ce n’est pas un travail qui m’a passionné. Mais je dois dire que cela avait tout de même un intérêt, notamment la lecture des autres billets. En effet, c’est toujours intéressant de voir à quels obstacles mes camarades sont confrontés, de voir qu’est-ce qui les a amené à faire des études d’histoire et ils progressent dans leur Master. De plus les billets n’ont pas le même style. Certains peuvent être assez sérieux alors que d’autres sont rédigés avec humour. Mais avant tout, le principal intérêt de cet exercice, c’est de pouvoir justement parler de son propre sujet, de ses difficultés, d’éveiller l’intérêt des autres pour notre sujet.

 

Rendez-vous en Enfer

 

Le semestre ne se résume malheureusement pas à la rédaction des billets des tribulations historiennes. Il y a avant tout le mémoire. Et comme je l’ai dit précédemment, ça n’a pas beaucoup avancé de ce côté-là. Alors ai-je vraiment évolué ce semestre comparé à ma première année de Master ?

Hé bien pas vraiment en fait. En première année, j’avais déjà un beau poil dans la main. Il faut dire que j’ai soutenu en septembre, soit bien après la plupart de mes camarades. Et donc j’ai validé ma première année de justesse. Ce n’est pas pour autant que j’ai pris de bonnes résolutions cette année, car le poil dans la main est toujours fidèle au poste. Bon 2018 arrive, c’est le moment de prendre de bonnes résolutions et d’avancer, sinon la dernière ligne droite va se transformer en un aller simple pour l’Enfer si le travail à faire s’accumule trop.

Sur ces bonnes paroles, mon dernier billet s’achève. Pour ceux et celles qui les liront, j’espère que ça ne vous ennuiera pas trop, voir même que ça vous arrache un sourire. Comme dirait le vénérable Giscard, au revoir !

 

Au revoir
CC Google Image


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.