To be continued?

Youpi, c’est les vacances de noël! L’année dernière à la même époque je passais mon temps à alterner entre séances de bronzage sur les plages chiliennes et bières à l’ombre des palmiers. Aujourd’hui, il pleut, j’ai froid, il fait nuit à 17h et je suis aussi bronzé qu’un cachet d’aspirine.

Mais bon, la fin de l’année est synonyme de bilan. Le bilan de cet exercice, de ce qu’il nous a apportés ; mais également de ce premier semestre de M2 et de mon avancement. Au cours de mon premier billet, j’avais décidé, par peur et par flemme aussi je dois l’avouer, de ne pas me fixer de planning de travail. Alors faire une comparaison avec aujourd’hui m’est un peu difficile. Ce billet va donc me permettre de faire un point sur mon avancée sur le mémoire et plus généralement sur la fac.

 

Semestre à deux vitesses

 

Bon j’exagère peut-être.
CC. Wikicommons

Vous voyez un diesel ? Baa mon semestre a été un peu pareil. J’ai mis un peu de temps à démarrer. Le premier mois, j’ai passé mon temps à juste allé en cours, sans bosser vraiment pour le mémoire. Je suis resté assez tranquille, d’autant plus que j’avais soutenu en septembre et je voulais me prendre un peu de temps de repos. Puis début octobre je me suis réveillé et j’ai commencé à vraiment bosser sur mes sources, reprendre mon mémoire de M1 pour voir ce que je pouvais améliorer, etc… Alors, je me suis mis à travailler mes sources 2h par jour, puis 4h puis 8h. Au fur et à mesure il n’y a que ça qui m’intéressait et les autres cours devenaient de plus en plus pesants. Alors oui, les divers exercices étaient assez constructifs, mais à dire vrai, plus le temps passait et plus ces exercices devenaient des obligations contraignantes que des activités pédagogiques me faisant avancer sur le mémoire.

Par contre, au niveau de ma recherche, ce semestre a été vraiment très productif. Mes 50 procès sont dépouillés, les autobiographies décortiquées, les lois digérées. Je commence à sérieusement entrevoir où je vais me diriger au second semestre, et c’est franchement cool. Je me suis vraiment beaucoup engagé dans mes archives, presque sentimentalement. Les hommes et femmes que j’y ai rencontrés sont devenus mon quotidien ; tenter de comprendre leur vie, un but. Aujourd’hui, j’ai ma première ébauche de plan, je vais pouvoir commencer à écrire incessamment sous peu et, même si j’appréhende beaucoup cet exercice, j’ai vraiment hâte de m’y mettre.

Turbulentes tribulations

 

C.C. Tribulations historiennes

Mais quid des tribulations dans tout ça ? Qu’est-ce que ça m’a apporté, comment je vais pouvoir intégrer ça dans mon travail à venir ? Tout d’abord, je me suis rendu compte que c’était un exercice assez difficile, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement car c’est un exercice d’écriture auquel je n’étais pas habitué : en effet, écrire pour une communauté plus large que mon directeur de recherche et mes camarades est quelque chose de nouveau. À travers les tribulations, j’ai pu avoir une première expérience de vulgarisation de mon travail. Et même si parfois, ces billets m’ont franchement compliqué la vie, je pense en avoir tiré de plus grandes facilités d’écriture.

La seconde difficulté est qu’il a fallu que je parle de moi. Quand je relis certains billets, je me rends compte que ce n’est pas seulement mon travail qui y est présenté mais également ma personne, mes passions, mes états d’âme, mes coups de déprime. Les quelques personnes qui ont suivi mes billets ont découvert plus que ma recherche ; ils ont découvert mon quotidien et comment j’ai appréhendé ma nouvelle vie de chercheur.

Et après ?

Et pour après, on verra bien mais j’ai déjà un plan tout tracé, faut juste espérer que tout se déroule sans accros. J’aimerais d’abord passer l’agreg d’histoire, histoire de pouvoir travailler un jour, et avant trente ans ça serait pas mal. Mais bon l’agreg est juste une étape avant ce qui me motive le plus : la thèse. Alors je sais pas trop dans quelles conditions je la ferais, où je la ferais, sur quoi mon sujet portera précisément, mais c’est une certitude, j’irais en thèse. Et ce malgré les nombreux avertissements que j’ai reçus sur la précarité de vie d’un thésard. Au pire je mangerai des cailloux. Allez à la prochaine.

 


Luka Mery

Etudiant en Master 2 Histoire et Civilisations moderne et contemporaine, parcours monde Ibérique à l'université Toulouse II Le Mirail-Jean Jaures. Sous la direction de François Godicheau, ma recherche s'oriente sur la notion de criminalité en Argentine au XIXe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *