Le voyage d’une Japonaise continue…

« Voir le monde avec une vision différente… » CC0 Creative Commons

Donc il est le moment à synthétiser mes progrès au cours du master. Je me sens toujours un peu étrangère dans ce domaine, mais il est certain que j’avance petit à petit malgré la difficulté.

D’abord, ma vision, au début du master, était loin de celle de l’historien. Ma manière de penser était plus similaire à celle de politologue. Je n’étais pas consciente de ce que c’était l’ « histoire ». Il était difficile à ôter les théories des relations internationales de ma tête même quand je devais faire un plan du mémoire. Cependant, comme la rédaction du mémoire avance, j’ai commencé à réaliser que l’histoire n’est pas un jeu de théorie mais quelque chose qui raconte une histoire. Une histoire fondée sur les preuves. C’est peut-être évident pour mes camarades qui avaient étudié l’histoire depuis leur licence. Pourtant, pour moi, avoir une vision d’historien était un des progrès importants durant ce master.

Ce que je vois après un brouillard…

« On avance, pas à pas, le chemin dans le brouillard. » CC0 Creative Commons

Il y a aussi des progrès au niveau méthodologique. Au début, il ne m’était pas claire comme je devrais organiser mon travail. Devrais-je lire les sources ? Devrais-je faire déjà le plan du mémoire ? J’ai travaillé le plan du mémoire en lisant les livres pour l’historiographie, mais quand je devais enfin entamer la rédaction, j’avais moitié de mes sources qui n’a pas été encore étudié sur mon bureau. Je l’étudierais en écrivant, ai-je pensé, mais une fois que la rédaction commença, j’ai renoncé à cette idée. C’était donc avec un regret que j’ai appris que les sources ne pourraient pas être exploitées si elles n’ont pas été lu. Si ce n’était pas moi, je dirais que c’est ridicule à devoir apprendre une telle chose évidente.

Mais rétrospectivement, je me suis égarée parce que je n’ai pas pu faire une priorité : lire pour l’historiographie, lire les sources, faire un plan du mémoire, écrire l’introduction, l’historiographie et l’étude de cas, tout me paraissait important et urgent. Maintenant, les choses me paraissent un peu plus claire. D’abord, il faut absolument lire, surtout les sources. Pour moi maintenant, c’est la priorité numéro 1. Pourtant, pour lire les sources avec l’efficacité, il me faudra une grille de lecture. Donc, avant la lecture des sources, il faut lire quelques livres historiographiques pour clarifier la problématique. La problématique servirait comme une grille de lecture. Cependant, la problématique pourrait se modifier ou se renouveler en lisant actuellement les sources ou en écrivant le mémoire, alors il ne faut pas traîner dans cette étape préparatoire. Il ne faut pas tenter de comprendre la problématique parfaitement, parce que ça se clarifierait en étudiant les sources. Faire une problématique, étudier les sources et écrire avec mes propres mots. Il faut répéter ces trois étapes, en y trouvant des nouveaux problèmes et en les améliorant chaque fois. Il ne faut pas essayer de les faire dans un coup.

« Un spectacle réservé pour ceux qui n’ont pas renoncé à avancer. » CC0 Creative Commons

Donc maintenant, je dirais qu’il était peut-être nécessaire que je me sois foncé dans un brouillard l’année dernière pour apprendre le poids d’importance de chaque étape. Il était aussi important que j’ai appris ma limite. Je ne peux pas faire ni une introduction ni un plan extraordinaire, même si j’y réfléchi pendant une année. Écrire un mémoire doit alors être une activité plus physique que mentale, pour une apprentie comme moi. Il faut voir ce que les autres font. Il faut lire ce qui est en face de moi. Il faut écrire et être corrigée. Il est facile à dire, mais on verra ce que je ferai !

Et ce blog ?

« Se connaître soi-même sert à régler sa vie. » – Blaise Pascal/CC0 Creative Commons

Personnellement, j’ai aimé écrire ce blog. Bien que c’était parfois dur à réfléchir et écrire sur moi-même, surtout quand j’avais beaucoup de devoir à faire, c’était une occasion de penser à mes progrès et mon rapport à l’histoire. Comme notre travail est souvent sur quelqu’un ou quelque chose d’autre, écrire une sorte d’autobiographie était une expérience intéressante et en même temps enrichissante. Et on ne ferait pas ce type d’exercice si ce n’était pas obligatoire ! Il n’est pas mauvais, voire chanceux, après tout, qu’on a quelqu’un qui nous force à faire quelque chose de nouvelle, et qui nous guide à avancer.

Crédit image à la une : CC0 Creative Commons/Pixabay


Yuka Kodate

Après avoir fini l'Akita International University (AIU) en 2013, j'ai quitté le Japon pour apprendre la langue française. En 2016, j'ai été admise au Master de l'histoire contemporaine à l'UT2J. Sous la direction de Professeur Bertrand Vayssière qui est un spécialiste de l'histoire européenne, je travail sur la naissance de souverainisme dans le paysage politique française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *