Histoire de relations

L’Histoire commence autour d’un verre d’apéritif et de quelques gâteaux lors d’un repas de famille. J’écoute distraitement un monsieur qui me parle de l’entreprise qui s’étend sur 20 hectares sous nos yeux, à Arthès, à 6 km à l’Est d’Albi. Une relation s’installe alors avec un groupe de six Anciens de l’entreprise du Saut-du-Tarn (SDT). Le mémoire ne commence que plus tard, un été, après deux ans d’interviews et de recherche aux Archives départementales du Tarn (ADT).

Débuts d’une recherche

Les Anciens de l’entreprise métallurgique du SDT de Saint-Juéry ont vécu l’aventure de la fabrication des vannes pour l’industrie soviétique. Ils en ont gardé des souvenirs empreints de réussite industrielle, de fierté technique et de joie. Ils ont ainsi participé à l’écriture de l’Histoire du pétrole et du gaz sur la planète avec le groupe Génoyer, devenu Pentair et maintenant Lall Storm.

Ils me parlent des documents déposés au musée du SDT par les uns et par les autres. Je prends contact avec les animatrices du musée. Elles mettent des documents à ma disposition, déposés par les salariés qui les ont trouvés ici et là lors de la fermeture du site. Certains produits métallurgiques comme les limes et les râpes ont même été emballées pendant un certain temps dans les documents déchiquetés.

Salle de consultation des Archives Départementales du Tarn.

Je vais également aux ADT pour consulter les fonds du SDT déposés sous la cote 63 J. Les Archives contiennent des fonds privés comme ceux de l’entreprise du SDT. Plus le temps avance, moins les documents déposés sont nombreux.

En 1914, devant l’avancée des Allemands, un camion emporte les archives du siège du 13e arrondissement de Paris dans le sud de la France pour les mettre à l’abri. En 1918, elles ne feront pas toutes le chemin de retour depuis Pau. Même chose en 1945. Les Anciens qui ont assisté à la fermeture en 1983, parlent du camion de foie gras venus livré un commerçant qui a acheté une partie des locaux pour stocker des produits. Le camion ne repart pas à vide mais avec 20 tonnes de documents pour débarrasser le commerçant de ce qui l’encombre. Les documents ont certainement fini dans une décharge publique en Espagne.

Je n’ai pas encore fini de travailler sur les documents d’après 1968, date de la première faillite. Pour consulter les archives que la Préfecture a déposées concernant la période de 1983 et antérieure, je demande des dérogations. Les procès verbaux des Renseignements Généraux portent sur les mouvements de grève, les marches protestataires dans Albi pour sensibiliser la population à la fermeture du premier employeur du département.

Débuts de la relation

L’Histoire du SDT s’écrit avec des hommes qui ont envie de raconter. Cette petite société est nichée dans un coin du Massif Central, près d’une chute d’eau du Tarn qui saute dans le Bassin Aquitain à travers un chaos : le Saut-du-Sabo. Ces hommes veulent expliquer comment, encore aujourd’hui, elle peut fabriquer et réparer des vannes pour des installations pétrolières et gazières aux quatre coins du monde. Et, non pas seulement raconter les limes et les râpes qui datent du XIXe siècle et qui ont déjà été étudiées à l’occasion d’une thèse de sociologie.

Vanne 48 pouces.

Ces Anciens se réunissent régulièrement au Musée du SDT pour discuter, travailler sur les maquettes représentant les processus de fabrication. Ils y animent aussi des démonstrations de taille de râpes aux visiteurs. Un lieu, où je les ai rencontrés, après que les animatrices du Musée m’ait communiqué leurs numéros de téléphone. Pendant l’année qui a suivi, j’ai commencé à les contacter un à un. Certains se sont même montrés impatients, mais je manquais de temps pour fixer des rendez-vous.

Ils ont assisté à la fin de l’entreprise et certains ont continué au sein de l’une des 5 sociétés nées de ces cendres. J’ai rencontré cinq Anciens ayant travaillé à la Fonderie du SDT, avant sa fermeture, et au service des Vannes qui a perduré. Ils travaillaient dans des services différents, mais se retrouvent volontiers pour me raconter leur carrière.

 

La transcription des interviews est chronophage, mais elle m’est utile à la formulation des questions de l’interview suivante. Je demande des précisions, je repose parfois les mêmes questions et les Anciens ont la patience de m’expliquer, même de me réexpliquer. Ils le font avec plaisir, tout comme moi. Nous n’attendons rien les uns des autres, que l’envie de parler, de réfléchir et de confronter nos lectures, nos avis et notre vision de l’Histoire dont ils sont les acteurs. Nous nous sommes vus de nombreuses heures, sans jamais se lasser. Ils me confient des documents, des revues, des livres et des photographies qu’ils retrouvent chez eux.


Philippe Gausserand

Professeur des Ecoles pendant 30 ans. Professeur documentaliste en collège depuis 3 ans. Recherches en Histoire Economique Contemporaine sur l'entreprise métallurgique du Saut-du-Tarn de 1955 à 1983, date de sa fermeture.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.