Ecriture de l’histoire

Chacun a son avis sur les causes des faillites. Tous les anciens du Saut-du-Tarn que je rencontre ont travaillé dans les entreprises qui succèdent au SDT et sont passionnés par ce qu’ils ont vu et fait pendant leur activité. Nous nous interrogeons sur la désindustrialisation de la France et la disparition de la Sidérurgie en France. La relation de la Fonderie et des Vannes au SDT dans le redémarrage de l’activité en 1969 et la faillite définitive en 1983, après le non-renouvellement des contrats commerciaux avec l’URSS, constitue le fil conducteur de nos discussions.La plupart sont de jeunes retraités. Certains ont déjà collaboré à des mémoires de Master ayant pour sujet cette entreprise métallurgique. Ma curiosité me pousse à m’intéresser aux fonds des archives privées du Saut-du-Tarn (SDT) sous la cote 63 J, déposés aux Archives départementales. Avec mes témoins, on parle surtout de la période entre 1968 et 1983, années des deux faillites.

Débuts d’un documentaliste

Dans le cadre de la Licence de Documentation, je visite des CDI (Centre de Documentation et d’Information) dans des collèges et des lycées pour comprendre la collecte, le classement, l’indexation et la préservation des documents. Je fais la connaissance d’une collègue documentaliste. Elle me pousse à passer le concours de documentaliste pour devenir professeur dans le Second Degré. La solution, c’est une directrice d’école primaire qui me la donne : passer dans le second degré par liste d’aptitude grâce à ma Licence de Documentation fraîchement obtenue.
Je fais ma demande de passer dans le Second Degré de l’Education Nationale, pour enseigner l’Histoire-Géographie, ou la Documentation. Les syndicats de l’enseignement ne me laissent pas beaucoup d’espoir : beaucoup de candidats, peu de postes donc peu d’élus. Une réunion au Rectorat à Toulouse m’apprend qu’il y a peu de besoin en professeur d’Histoire-Géographie sur l’Académie. C’est pourquoi un conseiller me suggère de m’inscrire en Master de Lettres. Tout le monde peut se tromper : je suis déjà en Master d’Histoire.

On me reproche de cumuler deux demandes, Histoire-Géographie et Documentation, c’est-à-dire de courir deux lièvres à la fois, au risque de n’en obtenir aucun. Je commence l’année sans savoir si je suis pris en Master ou dans le Second Degré. En fait, personne ne m’a informé que je suis accepté aux deux.
Après trente ans passés dans le Premier Degré, je suis ravi de découvrir le Second Degré avec d’autres habitudes de travail, le CDI, les cours que je donne aux différents niveaux sur des sujets très variés. J’enseigne beaucoup d’Histoire et de Géographie, soit seul, soit avec des professeurs, grâce à des expositions, des vidéos ou des documents écrits.

Débuts d’un chercheur

En 2014, je m’inscris en Master 1 d’Histoire contemporaine. Il m’a fallu un moment pour chercher un professeur qui veuille bien m’accepter déjà armé de mon sujet. En plus, celui-ci avait déjà été traité par des étudiants de Licence. La désindustrialisation ce n’est pas porteur, les documents peuvent être rares. Finalement, monsieur Jean-Michel Minovez s’intéresse à moi, seulement il prend la présidence de l’Université et a moins de temps à m’accorder. C’est monsieur Boscus qui m’accepte, étudiant salarié, avec son sujet. Je dispose de peu de temps disponible pour assister aux cours en présentiel, car je préfère le consacrer à réaliser des recherches.

L’année 2014-2015 est une année riche en rencontre, tant au niveau des témoins du SDT que du collège de Carmaux où je suis professeur stagiaire. Je n’avance pas beaucoup dans mon travail de recherche sur les documents des Archives. Je fais le Master 1 en deux ans : je passe les Unités d’enseignement (UE) la première année et je présente le Master la deuxième année. Je suis épuisé car le changement de poste pour Labruguière où je suis nommé, ne m’arrange pas pour poursuivre mes recherches aux Archives.

Plus le temps passe et moins il reste d’archives au SDT. L’entreprise conserve peu de documents après 1945 et mon travail ne s’en trouve pas facilité. Les interviewés m’apportent des témoignages oraux principalement sur la période après 1968. Cette année 2017, je dois encore corriger mon Master 1 et cela me prend beaucoup de temps. Je ne peux pas présenter le Master 2, je le ferai en 2018. En plus, les Anciens m’ont emmené visiter les ateliers de fabrication de vannes du SDT, alors que jusqu’à présent, il n’était pas possible d’y entrer. Tout se ligue contre moi. Cette année, un seul but : passer les UE de Master 2 qu’il me manque.


Philippe Gausserand

Professeur des Ecoles pendant 30 ans. Professeur documentaliste en collège depuis 3 ans. Recherches en Histoire Economique Contemporaine sur l'entreprise métallurgique du Saut-du-Tarn de 1955 à 1983, date de sa fermeture.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.