Chercheur : un métier

Le travail de recherche est un travail de fourmi. Inlassablement, je consulte mes documents un par un, pour en tirer des éléments qui s’imbriquent avec les autres. Je lis les documents des Archives départementales à partir des photographies que j’en ai prises. Une façon de m’éviter d’y retourner trop souvent. Mon quotidien est occupé par mon métier : en fait, depuis le début du Master il y a 3 ans, je suis documentaliste dans un collège. Je ne consacre pas assez de temps à mes recherches.

       Organisation

httplabophilo.blogspot.fr201711le-travail-cours-1.html_.gif

Le début du Master me semble loin. J’ai pu obtenir deux ans pour faire chaque année du cursus de Master.  La première année, j’essaie d’avoir les UE et la deuxième année, je présente mon travail. C’est une tâche de longue haleine, qu’il me faut mener sans se décourager : j’avance trop doucement à mon goût. Mais, comment allez plus vite ? Quand le personnel des Archives départementales me voit arriver, il me demande mes dérogations pour consulter tel ou tel document, car ils ont pris l’habitude que je revienne vérifier une de mes photographies inexploitable ou une page oubliée. J’ai mon crayon à papier dans sa pochette plastique avec la carte de lecteur et quelques feuilles de brouillon avec les cotes des documents. J’y vais les yeux fermés, enfin pas tout à fait, pour pouvoir prendre les photographies. L’ordinateur et sa clé usb pour multiplier les sauvegardes sous le bras, je demande la place toujours loin du soleil pour être tranquille.

 

        Rituel

Les documents photographiques sont chaque fois meilleurs. Se rendre aux Archives est un rituel même  s’il s’espace un peu cette année, car avec le temps, ma méthode est opérationnelle. Mais il faut que je m’y tienne. Un autre sacerdoce : inlassablement, je cite les sources, je résume les pages trop longues déjà rédigées pour mon mémoire, je réorganise les informations dans le plan correspondant aux mêmes sujets. Je vais quelques fois à l’université pour suivre des séminaires, mais les grèves la paralysent un peu chaque année. Alors, j’hésite à aller et venir à Toulouse pour éventuellement me retrouver sans cours ou sans séminaire. Je fatigue un peu. Je me laisse aller à oublier de rendre les documents pour certaines UE. C’est vrai que le fait de chercher, de lire, de comparer et d’analyser, même peu de pages chaque semaine ou chaque mois, sont pour moi, un plaisir que je goûte et me permet de garder le moral et continuer.

        Solitude

https://directinfo.webmanagercenter.com/2013/05/14/emploi-et-droit-de-greve/

Je travaille seul. Je suis seul – Menteur me dit ma partenaire, je ne vais faire pleurer personne. Elle est là, à côté de moi, relisant ce que j’écris, et m’aide comme elle peut, en se moquant de moi parfois, lorsqu’on n’est pas d’accord. Le directeur de recherche n’est pas toujours d’accord avec ce que je fais, lui non plus. Surtout, après le M1. Il me soutient tout de même, et reste près de moi pour me témoigner sa confiance : on a le temps, on prend le temps et on avance. Les anciens de l’entreprise du Saut-du-Tarn sont toujours là eux-aussi, même si je ne les vois plus. On s’est rencontré il y a un an, je voulais qu’ils puissent lire le M1. Nous en avons profité pour visiter la fabrique de vannes qui nous était interdite jusqu’alors. Un changement de propriétaire nous a permis d’y entrer. Nous étions trois et nous avons pu tout voir, poser toutes les questions. Pour les anciens collègues, c’était très émouvant de reconnaître leurs outils de travail et ceux encore en activité, à faire les mêmes produits même s’ils ont évolués et ont pu s’améliorer.

          Procrastination

Je reporte souvent au lendemain, au mois suivant, au trimestre suivant… J’ai toujours autre chose à faire. Mon métier me passionne au collège, enseigner aux élèves me motive : c’est varié, vivant et prenant. Autant de raisons qui font que le Master n’avance pas vite. Le temps est pour l’historien un allié quand il ne s’y noie pas. Je suis un peu perdu parfois, mais dès que je me replonge dans mon sujet, je retrouve rapidement le fil de mes idées et je découvre ce que je ne sais pas encore. J’avance… Pourtant, il me faudra réduire la centaine de pages qui constitue, assurément, une masse d’informations trop importante.


Philippe Gausserand

Professeur des Ecoles pendant 30 ans. Professeur documentaliste en collège depuis 3 ans. Recherches en Histoire Economique Contemporaine sur l'entreprise métallurgique du Saut-du-Tarn de 1955 à 1983, date de sa fermeture.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.