L’angoisse entre deux cravates

CC Tuxboard, La vente aux enchères du Cri d’Edvard Munch

L’observation le dit d’elle-même. Trainer les pieds. Fumer plus lentement la cigarette de la pause. En fumer peut-être deux ou trois. Echapper au contrôle des caméras dans l’atelier, s’asseoir un instant. Aménager des espaces de conversations avec les autres. Echanger quelques blagues. Dire du mal du tôlier. En dire du bien. S’assurer que sa vie n’est pas l’entreprise. S’assurer de faire partie de la vie de l’entreprise. Etre responsable au boulot. Déléguer les responsabilités. Regarder l’heure qui tourne, qui se fige. Regarder par la fenêtre, s’il y a une fenêtre. Penser à l’heure de sortie. Penser au réveil le lendemain matin. Attendre le dimanche. Redouter le dimanche. Taire un peu de soi pour mieux accepter le bruit autour. 

La vie salariale est basée sur un paradoxe : travailler bien pour préserver sa carrière et son éthique personnelle, travailler mal pour préserver son identité et ses nécessaires rébellions. Le travail de ce mémoire propose d’identifier cette contradiction – à première vue intemporelle – dans un contexte historique bien situé : l’industrie aérospatiale à Toulouse dans les années 70.

Quelques pistes de recherche…

Les années 70 sont une période charnière pour le monde du travail. En mai-juin 68, les usines ont été à majorité occupées et les syndicats ont su – c’est le cas de l’Aérospatiale toulousaine – organiser le travail de maintenance de la production. Le patronat est effrayé ; la démonstration de son inutilité a été faite. La conception d’un ordre social rigide et hiérarchique s’effrite de toutes parts. Il lui faut donc organiser une riposte, car le marché qui s’ouvre à l’internationale renouvelle ses exigences de compétitivité et de productivité. Les années 70 sont un moment de réinvention de l’organisation du travail : on voit apparaître au niveau international des commissions d’experts chargés d’innovation (telle la Trilatérale), les entreprises font appel à des organismes de formation de cadres et d’agents de maitrise (comme la SOGIC), le management se veut science performative. Le but est de créer un véritable esprit d’entreprise, à tous les échelons de celle-ci. Parallèlement à ce mouvement d’adaptation à la crise contestataire, il existe un mouvement plus offensif qui s’illustre par la chasse aux syndicats un peu trop rouges. On retrouve dans toutes les grosses firmes industrielles des récits de discrimination, d’humiliation, de chantage, parfois de maltraitance. C’est particulièrement vrai dans l’Aérospatiale, sorte de “Laboratoire” (pour reprendre le titre du documentaire de Nadine Mahé consacré à l’étude de ces méthodes).

L’étude de ce processus a déjà été faite, à travers le dépouillement des archives syndicales. Cette époque de « centralité ouvrière » (terme inventé par Xavier Vigna) suscite beaucoup d’intérêt pour l’historiographie sociale. Pourtant, si le récit de l’insubordination de la classe ouvrière et de l’apparition de nouvelles techniques de management a été écrit, le quotidien du travail, lui, avec ce qu’il porte de résistance et de résilience, n’a pas retenu toute l’intention. J’espère donc amener quelques précisions à ce sujet.

CC, cabinetroom, Concorde en construction

Comment pense t-on à des trucs pareils?

Les formes de l’insoumission et les formes prises par l’ordre m’intéressent depuis mon entrée dans les études supérieures. Après deux ans à Sciences Po Lyon, puis une année d’échange avec le Chili, l’idée d’un Master 1 sur la grève générale de Mai 68 me saisit. Peut-être parce que je suis issu d’une culture militante. Peut-être parce l’indignation face au monde, particulièrement ressentie au Chili, posaient des questions, et que l’étude historique semblait amener des réponses convaincantes. Je ne parle pas de l’étude partisane des révolutions déjà mortes, ni celle politique des organisations ; j’ai eu envie de faire l’histoire des gens, en étant persuadés que ceux-ci sont toutes et tous traversés par des éclairs de révolte. J’ai vu à Santiago, dans une société implacablement décomposée par les années de dictature néolibérale, qu’ils se frayaient toujours des chemins de bonheur, alors que ceux-là semblaient bien souvent illicites. J’ai voulu comprendre par dessus tout comment ces élans personnels se coagulent au sein de groupes organisés.

Mon mémoire de M1, premier exercice d’écriture massive (effrayant, gigantesque et pourtant rassasiant), portait sur l’occupation d’usine Sud Aviation à Toulouse en mai-juin 1968. Il s’agissait de porter un regard au ras du sol sur les méthodes employées par les organisations grévistes pour structurer le mouvement, sur le comportement des salariés et des militants, percevoir les conflits entre les différents groupes, identifier les techniques de répression et d’intox employées par la Direction, etc… En d’autres termes, j’ai tenté de décrire la composition de l’ordre usinier, puis sa destruction, puis sa recomposition en ordre gréviste. Cette approche microhistorique (que je trouve avant tout belle et plus à même de saisir la réalité humaine) m’a permis d’appréhender un dynamisme plus englobant, à savoir le mouvement d’adaptation de l’ordre capitaliste à la crise contestataire de 68. C’est ce point que j’ai tenté de défendre à ma soutenance, le 1er juin dernier. Avec les critiques émises par Alain Boscus (mon directeur de recherche) et Claire Judde, j’ai repensé légèrement mes orientations. Je m’étais perdu, en fin de compte, dans des considérations conceptuelles, historiographiques et politiques, certes utiles, mais au final éloignées du réel. J’ai donc rectifié le tir cette année en basant mon corpus de sources sur des témoignages (que j’espère réalisé au nombre d’une quinzaine, et non m’arrêté à deux comme l’an passé). J’espère par cette méthode faire du récit des résistances un récit tangible.

Programmer “l’improgrammable”

Cette année, je dois me rendre deux mois au Chili à partir de novembre, ce qui m’éloigne beaucoup des archives… Avant mon départ, j’ai prévu de rassembler un maximum d’informations, de photos, de bibliographie, de témoignages. La première phase de mon travail est donc la collecte. Une fois à Santiago – où je serai sans matériel autre que celui que j’aurais amené dans mon sac – j’imagine travailler les axes problématiques de mon mémoire, de réfléchir au plan, d’étoffer mes bases théoriques par des lectures. A mon retour, peut être aurais-je consolidé suffisamment certaines idées pour me lancer dans l’écriture. De là commencera le vrai travail, quand les mains dictent au cerveau. Mais tout cela reste spéculatif – pourtant il faut l’écrire pour rentrer dans les consignes de cet exercice – parce que la recherche, d’après l’expérience de l’année dernière, c’est bien mieux dans le désordre. Il faut laisser les idées faire comme elles font : elles s’isolent, s’évadent, exigent, s’impatientent, disparaissent.

Puisqu’il nous faut également parler de nos projections, voici les miennes. Au meilleur des cas, je validerais cette année (même si d’autres séjours au Chili sont prévus, ce qui limite considérablement le taux de réussite…). Ce que j’en ferais, je n’en sais rien. Tout porte à croire que personne n’en sait jamais rien au final. Peut-être cumuler les petits boulots et tenter le doctorat. Peut-être devenir mécanicien, ou bien prof. Le plus probable est de ne pas faire ce que l’on espère faire, parce qu’apparemment, être historien, c’est tout faire sauf de l’histoire. Peut-être la Corée du Nord lancera son missile, peut-être que l’Elysée sera prise d’assaut par des fainéants et des cyniques enragés, peut-être que les Pyrénées s’écrouleront ; on n’a du mal à comprendre le passé, alors comprendre son propre futur, quand on fait de l’histoire… Laissons-cela à Asimov.

Finalement arrive “l’angoisse entre deux cravates”. Entre celle qu’on a peur de porter par obligation et celle de l’écriture de ce mémoire. Entre l’obligation à la vie salariale et le cordage embarrassant et serré des mots qu’on écrit cette année. Entre l’impossibilité du futur et le récit des passés disparus. Il s’agit juste de ne pas oublier notre présent…


Tom Dufour

Je travaille actuellement sur le quotidien des travailleurs de l'Aéronautique toulousaine dans les années 70. Par là j'essaie de montrer les mécanismes d'adaptation du capitalisme à la contestation des années 68. Mon directeur de recherche est Alain Boscus.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.