Tribulations d’un français en Argentine

Museo Histórico Provincial de Rosario Dr. Julio Marc. Rosario, Santa Fe, Argentine.

Depuis le mois de juillet, j’ai posé mon ordinateur et mes livres en Argentine. Après de courtes vacances, j’ai pris en marche la vie estudiantine locale à Rosario, ville située dans la province de Santa Fe. Ici l’année universitaire arrive à sa fin alors qu’à Toulouse se remplissent les campus, les bibliothèques et les verres vides.

Cet entre-deux est pour moi l’occasion de partager mes découvertes locales et mes projets pour l’année qui commence (ou se termine… à vous de voir, moi j’abandonne). Face aux des étudiants argentins j’ai dû me confronter à plusieurs défis. Le premier est bien évidement la langue, mais bon … la fête est un langage universel qui m’a permis de franchir cette barrière. Ce qui d’ailleurs est devenu un nouveau défi : résister à l’appel quotidien de mes nouveaux camarades. En effet l’argentin a la particularité de trouver, presque chaque jours, une bonne raison pour boire un coup. Que ce soit le jour des enseignants, ou celui des employés de commerce, ou encore le jour des étudiants, sans oublier le jour des enfants, sans omettre non plus le jour de l’électricité, mais aussi le jour des taxis et bien sûr le jour des arbitres de football.

Et oui… le football…

Blasons de Central et de Newell’s. Montage personnel

Stade Gigante de Arroyito

Stade Gigante de Arroyito

J’ai atterri dans la ville la plus fanatique de football du pays le plus fanatique de football au monde. La particularité de Rosario est que deux des clubs les plus importants du championnat (la ligue A, équivalente de la ligue 1 française) sont originaires de cette ville : Club Atlético Rosario Central et Newell’s Old Boys. La ville est partagée entre les deux clubs. La zone nord est le territoire des canallas alors que la zone ouest est sous la domination des leprosos (respectivement canailles pour Central et lépreux pour Newell’s, une autre histoire que je vous raconterai peut être un jour…). Si je prends le temps d’expliquer ceci, ce qui peut paraitre complétement déplacé pour tout bon lecteur, c’est qu’ici c’est réellement important ! J’ai dû m’intéresser au foot et apprendre les différentes équipes du tournoi et leurs histoires pour pouvoir comprendre les argentins. Car ici, le foot c’est tout le temps et pour tout. L’habituelle discussion sur le beau temps que nous pouvons tenir avec le boulanger du village, ici, prend la forme de blagues ou commentaires sur l’une ou l’autre des équipes. Chaque jour, on peut écouter les fines analyses -toujours ponctuées par des expressions fleuries- du match de la veille par un supporter. Le rosarino se distingue par son absence totale d’objectivité en matière de football. Si son équipe gagne c’est qu’elle est la meilleure; si elle perd, elle est toujours la meilleure, c’est juste que les autres ont eu de la chance et ont profité d’un arbitrage avantageux. Le football à Rosario est une manière de se parler et de se rencontrer sans se connaitre. Si dans le stade les supporters frôlent le fanatisme, dans la vie quotidienne, ce sport est toujours l’occasion d’entamer une discussion passionnante autour d’un café, d’une bière ou d’un maté. On pourrait me rétorquer que cela existe aussi en France, en effet, seulement ici et particulièrement à Rosario, cela concerne tout le monde, sans exceptions. Qu’importe d’où on vient, si on habite ici on se doit de se positionner en faveur de l’une ou de l’autre équipe. Le lien entre les supporters et leurs clubs relève plus du lien familial que de la passion pour un sport. Un argentin ne choisit pas un club pour ses couleurs, ses joueurs ou son palmarès. Non, c’est une réelle socialisation. Généralement la localisation géographique est le critère le plus important, on est hincha (supporter) de l’un des clubs de sa province d’origine, ou de celle de ses parents. En effet la « tradition familiale » est le second critère d’élection du club vu que dès l’enfance, les enfants peuvent admirer leurs géniteurs pleurer et sauter de joie devant le poste de télévision familial. Ah oui … j’oubliais, les matchs ne se regardent pas dans les bars. Depuis le début du siècle, les retransmissions télévisuelles sont gratuites. Ainsi on se réunit avec ses amis qui supportent le même club. Connaissant plus les habitudes du rugby, j’ai été surpris que les argentins ne se réunissent pas avec leurs amis qui supportent un club différents pour regarder un match qui oppose leurs deux équipes. Pour moi, ça pourrait être l’occasion de faire des blagues au perdant. A cette question, j’ai eu en guise de réponse : « Non parce qu’on pourrait s’énerver et en venir aux mains. » Depuis que je suis arrivé, je n’ai pas encore connu un jour sans entendre parler de football…

Mais, ¿ porque argentina ?

Patio de la faculté des humanités de l’Universidad Nacional de Rosario

L’altérité que propose l’argentine face à mes habitudes et manières de vivre m’a amené à réfléchir autant à ma propre manière de penser qu’à ma vision de l’histoire et à mon parcours universitaire passé et futur. J’ai dû répondre, et je le dois encore, à la question simple : pourquoi l’argentine ? Rien dans mon parcours personnel n’aurait pu indiquer ce départ pour le nouveau monde. Le seul lien que j’ai avec l’Amérique m’a été transmis par l’université en troisième année de licence. J’ai en effet suivi un cours de découverte de l’histoire de l’Amérique du Sud. Sur un coup de tête j’ai choisi comme futur directeur de recherche le professeur qui animait ce cours. Et je me suis retrouvé avec un sujet de mémoire dans les bras. Un objet flou qui parlait de mots et de concepts mais aussi d’Argentine et un peu d’histoire. Les lectures de la première année de master ont permis de découvrir ce qu’est le travail d’historien, elles m’ont aussi permis de comprendre que le chemin pour y parvenir n’est pas de tout repos. J’ai donc pu affiner mes idées pour enfin proposer un sujet sur l’ordre public dans la province de Buenos Aires durant la première moitié du XIXe siècle. J’ai défendu devant un jury cette toute première expérience d’écriture en juillet dernier. La soutenance est le lieu de confrontation entre un an de découverte et de recherche et la lecture critique mais constructive des deux historiens qui composent le jury. Les commentaires, qui n’ont pas manqué, ont confirmé les défauts que je me connaissais, découvert de nouveaux problèmes et surtout m’ont aidé à avancer. C’est donc avec des espoirs régénérés que j’ai entamé cette nouvelle année. Le séjour en Argentine a pour objectif d’aller à la rencontre de sources pour étendre le terrain d’analyse en gardant les questionnements autour de ce qu’est l’ordre et le public. Rechercher ce que représentait l’ordre public pour une personne qui était en charge de le conserver, de l’assurer ou de le protéger dans le contexte de création de formes de gouvernements nouvelles à la suite de l’indépendance. Si la découverte de ce pays me prend beaucoup de temps, j’essaye d’en conserver pour avancer sur le mémoire. Les premiers mois ont été consacrés à la lecture ; étant sur place, je peux accéder à de plus nombreux ouvrages. Une expédition aux archives générales de la nation à Buenos Aires est prévue d’ici novembre. Le mois de janvier sonnera l’heure de mon retour en France et, si tout se passe bien, se sera le moment de commencer la difficile tâche qu’est l’écriture pour ensuite prétendre à la soutenance qui clôturera ces deux années de master.

En attendant ce jour, le travail ne manque pas. Il ne me reste que quelques mois pour rencontrer un maximum d’archives et bien sûr profiter de ce magnifique pays. Ainsi, j’essayerai de mêler à ces billets des petites présentations -totalement subjectives- de ce qui compose la vie d’un habitant de Rosario.

 

 


Guillaume Balfet

Je suis étudiant en seconde année de master Histoire, Civilisations, Patrimoine à l'époque contemporaine à l'Université Toulouse II Jean Jaurès. Je travaille sur l'ordre public en Argentine au XIXème siècle sous la direction de François Godicheau.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search