Il faut faire histoire pour aller dans la police ???

Le premier lanceur français, Véronique. CC CNES.

Alors qu’à l’avenir, je souhaiterai plutôt entrer dans la police, j’ai pourtant opté pour des études d’histoire. Rien à voir l’un et l’autre me direz-vous. Il faut dire que mes premières années d’études furent assez chaotiques, car j’ai d’abord choisi un cursus plus adapté à la fonction de policier : les études de droit !!!

 

Pourquoi aller en histoire dans ce cas ?

 

Lors de mon année de terminale, j’ai enfin une idée de ce que je souhaite faire plus tard. Et si j’intégrais la police ? Il me paraît alors logique de m’orienter vers le droit si je veux mieux connaître la loi et mettre toutes les chances de mon côté. Je débarque donc à l’Université Toulouse I Capitole, et j’obtiens ma L1 de justesse. C’est en L2 que les choses se compliquent puisque j’y végète un certain temps.

Je fini par me rendre compte qu’il serait souhaitable de changer d’orientation, je choisi alors d’aller en histoire. En effet, pour le concours que je vise dans la police, il faut être titulaire de n’importe quelle licence. La licence de droit est compromise mais celle d’histoire est certainement plus à ma portée. Il se trouve que j’aime l’histoire depuis très longtemps et que j’avais mes meilleures notes dans cette matière, de l’école primaire jusqu’au lycée. Je dois certainement cet intérêt pour l’histoire à mon père, lui-même professeur d’histoire. J’intègre donc l’Université du Mirail, directement en L2 d’histoire. Je passe ensuite en L3 et alors que je pensais m’arrêter à la licence, je choisi finalement d’aller en M1. La police attendra…

 

Un Master « spatial ».

 

Certains cours de mes années de licence favorisent mon intérêt pour l’histoire des conflits, je pense notamment au cours de guerres et sociétés et celui de l’histoire de l’Espagne moderne. Je m’intéresse aussi à l’histoire des inventions qui ont permis de réinventer la guerre et ont permis d’autres avancées. Cela tombe bien, Monsieur Jean-Marc Olivier me propose de rejoindre le Master histoire, civilisations, patrimoine, dans lequel je serai susceptible de voir plus en profondeur ces deux aspects de l’histoire.

Je rejoins donc ce Master, plus précisément le parcours aéronautique. En effet lors d’un rendez-vous avec Monsieur Olivier, je lui fais part de ma passion pour la conquête spatiale. Il m’oriente alors vers un sujet très franco-français : les débuts du programme spatial français (ce qui est bien pratique étant donné que je ne suis pas très doué en langues étrangères). Ne connaissant pas grand-chose au programme spatial français en dehors des fusées Ariane, cela m’a tout de suite intéressé.

Après ma soutenance de M1, mon sujet est resté le même mais beaucoup de choses sont à revoir sur la forme. Le changement le plus notable que je dois réaliser est celui de mieux incorporer les parties sur les travaux allemands. J’en parle car les Allemands ont obtenu des progrès rapides et importants dans le domaine spatial dans la première moitié du XXe siècle, et surtout ils ont joué un rôle dans l’émergence du programme spatial français. Mais comme mon sujet n’est pas une analyse comparative entre Français et Allemands, je dois mieux intégrer les passages sur les travaux allemands. Il est également apparu que je dois parler davantage des sommes engagées dans les recherches de l’époque, d’évoquer plus longuement les matériaux et produits étudiés et utilisés pour les fusées. Donc de faire une sorte d’histoire de la chimie et de la physique dans le cadre de la recherche spatiale en France. Dire que j’ai fait un bac ES…

Le but du sujet est donc de présenter les travaux et études françaises en matière de fusées depuis le début du XXe siècle jusqu’au début des années 50. Jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale, les études sont très théoriques et le but est avant tout de maîtriser la technologie du moteur-fusée. Les chercheurs français ont hélas peu de budget et n’obtiennent donc pas de résultats satisfaisants. On dit que l’argent est le nerf de la guerre, c’est également celui de la recherche ! Après la défaite de 1940, les seules recherches qui se poursuivent sont menées dans la clandestinité et l’Occupation ne permet pas de réaliser de lancements.

Une fusée française dans les années 1930. Il y a du boulot avant d’arriver à Ariane 5 !
CC 3AF.

De leur côté, les Allemands font des progrès plus rapides, ils sont mieux organisés et équipés, et ont des financements plus conséquents. Cela leur permet de créer le V2 durant la guerre. A la fin de celle-ci, les Français mènent des expéditions en Allemagne afin de récupérer du matériel allemand et surtout de recruter des scientifiques et ingénieurs allemands pour travailler sur les fusées. Des organismes et infrastructures sont crées en France, ce qui permet la réalisation de plusieurs fusées, notamment la première fusée-sonde et premier lanceur français au début des années 50, qui porte le doux nom de Véronique. Il est donc important d’évoquer les travaux allemands du fait du rôle qu’ils jouent dans l’émergence du programme spatial français. Il faut donc mettre en lumière cette collaboration entre les deux pays et aussi le changement de mentalité du gouvernement et de l’armée française quant aux fusées.

 

Quel est le programme de cette année et de l’avenir ?

 

Pour cette année, il convient de retourner visiter les archives. Je prévois notamment d’aller à Paris pour revoir les archives du côté du Service Historique de la Défense à Vincennes. Il faut aussi que je vois du côté des archives du musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, ainsi que celles de l’observatoire de l’espace du CNES à Paris.

Pour ce qui est des archives sur Toulouse, il s’agit d’aller revoir les archives départementales de la Haute-Garonne. Il faudrait également que j’aille jeter un coup d’œil du côté du CNES ainsi que du groupe Latécoère, qui sait peut-être ont-ils des choses intéressantes.

A la fin de ce Master, je n’irai pas plus loin, la thèse et le doctorat, très peu pour moi.  J’ai dit que je compte entrer dans la police, plus particulièrement via le concours de lieutenant de police. Mais alors toutes ces études d’histoire auront été vaines ? Bien sûr que non ! Elles m’ont permis d’apprendre beaucoup de choses du point de vue historique et d’enrichir ma culture personnelle. Et puis sait-on jamais, si finalement la police ne m’intéresse plus ou que j’échoue à l’intégrer, je reprendrai peut-être le flambeau de mon père et la boucle sera bouclée !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search