Du Caravage au Kaiser Frederich : une historienne d’art infiltrée chez les historiens

CC, Giphy

Que peut bien motiver une jeune diplômée de master à replonger dans les méandres d’un nouveau mémoire de recherche ?

Après deux années de recherche en histoire de l’art très intenses et la ferme intention de poursuivre en doctorat, je m’accorde une année de « pause » en rempilant pour un autre master… en histoire ! Sadomasochisme ou stratégie universitaire ? Le doute persiste.

Un parcours pluridisciplinaire

Après un bac L, j’ai effectuée une première année de classe préparatoire à l’École Nationale des Chartes au Lycée Pierre de Fermat à Toulouse. Passionnée depuis toujours par l’art, faire des études dans le domaine de l’histoire de l’art est très tôt apparu comme une évidence. C’est pourquoi, après cette année en CPGE, je suis rentrée en deuxième année de licence bidisciplinaire histoire – histoire de l’art et archéologie. Cela a été l’un des moments marquants de mon parcours, d’autant plus que cette double licence a été une très bonne opportunité d’étudier deux matières qui me tenaient tout particulièrement à cœur.

Une fois la licence validée en mai 2015, j’ai décidé de rentrer en master recherche en histoire de l’art moderne et d’effectuer cette année-là un Erasmus à Rome. Une année extrêmement importante et déterminante dans mon parcours puisqu’elle a confirmé mon intention de poursuivre dans le domaine de la recherche. L’erasmus a également été une formidable opportunité de me former au contact direct des chefs-d’œuvres italiens et, en cela, ce séjour en Italie a été une véritable formation artistique. J’ai poursuivis pendant deux années mon travail de recherche, intitulé « Art et homosexualité à Rome dans l’entourage du Caravage : réseaux de protecteurs et de collectionneurs ».

Un sujet complexe qui m’a permis de bien développer les aspects purement historiques de mes recherches. Le master une fois obtenu, j’ai décidé de poursuivre mes études et mes recherches en doctorat d’histoire de l’art. Pour plusieurs raisons, notamment organisationnelles (réalisation d’un dossier pour l’entrée en doctorat, préparation des conventions de co-tutelle, etc), j’ai pris une année de pré-doctorat au cours de laquelle je réalise en parallèle un master recherche en histoire qui aborde un des aspects qui sera étudié en thèse.

Reculer … pour mieux sauter !

Antoine Pesne, Portrait du roi Frédéric II de Prusse, v. 1745. CC, Wikimedia.

Le choix de mon master de recherche en histoire « L’entourage de Frédéric II de Prusse : mémoires, genre et sociétés » découle directement de mes recherches en histoire de l’art. Mon travail consistait a étudier et analyser l’érotisme homosexuel des toiles du Caravage ainsi que l’influence de son réseau de protecteurs dans le monde artistique romain. Un tel sujet s’est très rapidement révélé complexe et demandait un travail minutieux d’analyses dans plusieurs domaines (sociologie, anthropologie, historiographie, etc).

Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, ce mémoire m’a aussi conduite en-dehors des frontières italiennes. En partant de mes recherches de mémoires et en m’appuyant sur l’intense système d’échange artistique entre l’Italie et l’Allemagne depuis la Renaissance, le cas de l’empereur Frédéric II de Prusse s’est révélé être un intéressant point d’étude pour mon travail de thèse. En effet, Frédéric II de Prusse était un homosexuel notoire, grand amoureux des arts italiens et, vers la fin de sa vie, français. Tout au long de son règne, cet érudit s’est employé à faire vivre les arts et à soutenir les artistes. C’est pourquoi il est le sujet de mes recherches actuelles en histoire, terreau de mes futures réflexions de thèse.

Ainsi, mes connaissances actuelles sur l’Allemagne, son art et sur l’empereur sont en construction et n’ont donc pas fait le sujet d’un master 1. Il me faudra donc en une année réaliser l’équivalent de deux années de travail afin de soutenir en juin 2018. Pour cela, il me faut un planning structuré, afin de répondre rapidement aux différentes exigences de cette année, et partager mes recherches entre l’université Toulouse-Jean Jaurès et les institutions parisiennes afin d’avoir à disposition un maximum d’ouvrages.


Natacha Aprile

Titulaire d'un Master Recherche en Histoire de l'art moderne, je suis actuellement étudiante en Master 2 Recherche en Histoire moderne à l'Université Toulouse-Jean Jaurès, sous la direction de Sylvie Mouysset. Mon travail porte sur l'entourage de l'empereur Frédéric II de Prusse.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search