Etre apprenti-chercheur en histoire

Creative commons, Pixabay.

 

De manière générale, tout le monde a déjà plus ou moins entendu parler de la recherche. Mais les gens pensent en premier lieu à celle qui concerne les sciences. En effet, j’ai été plusieurs fois confrontée à des personnes qui étaient surprises d’apprendre qu’on pouvait faire de la recherche en histoire et qui m’ont demandé ce qu’on pouvait chercher. Et même moi, avant d’arriver en master, je ne savais pas concrètement en quoi cela consistait.

C’est pourquoi, je vous propose de revenir sur mon parcours, pour quelles raisons et de quelle manière, je suis arrivée là et comment j’envisage d’entreprendre la suite.

Retour sur mon parcours universitaire : du général au particulier

A la fin du lycée, je n’étais pas encore trop sûre du domaine dans lequel je souhaitais me spécialiser. J’hésitais entre faire des études de langue (et en particulier, d’anglais) et des études d’histoire. Depuis la quatrième, je souhaitais étudier les langues, mais au lycée, j’ai eu un professeur d’histoire qui m’a vraiment donné le goût de cette discipline. Et comme toutes les matières littéraires me plaisaient, cela m’ennuyait de les abandonner tout de suite. J’ai donc décidé de faire une prépa littéraire hypokhâgne/ khâgne au lycée Saint Sernin, à Toulouse. J’y ai passé mes deux premières années d’études. Très vite, l’histoire m’est apparue comme la matière qui me plaisait le plus, et j’ai choisi, de ce fait, de me spécialiser, en khâgne, en histoire/ géo.

Arrivée à la fac en troisième année de licence, j’ai poursuivi mes études en histoire, mais comme j’avais obtenu également une équivalence en anglais, j’ai mené un double cursus histoire et anglais. Cette troisième année de licence à la fac m’a permis d’approfondir des périodes historiques que je maîtrisais moins, de me découvrir un intérêt pour l’histoire médiévale, mais aussi de renforcer ma préférence pour l’histoire contemporaine. Pour le master, j’ai décidé de poursuivre uniquement en histoire. Je souhaitais enseigner, mais je ne savais pas encore à quel niveau et j’avais envie de découvrir l’univers de la recherche. Donc je me suis lancée dans un master recherche en histoire contemporaine. Et, pour réutiliser et valoriser mes compétences en anglais, j’ai choisi de travailler à partir de sources en anglais.

Du master 1 au master 2 : l’évolution des relations entre la Grande-Bretagne et l’Europe

Après un premier mémoire sur le regard de la presse britannique sur la fin de la première candidature de la Grande-Bretagne à la CEE en 1963, j’ai décidé d’étudier les hauts fonctionnaires britanniques à la Commission européenne de 1973 à 1981. Cela me semblait intéressant d’analyser la perception de l’Europe de Britanniques qui ont choisi d’y travailler et qui œuvrent dedans, car on a tous une image d’une Grande-Bretagne assez réticente vis-à-vis de l’Europe, et ce d’autant plus maintenant. Cela me permet ainsi de donner une autre image des Britanniques : ils n’ont pas tous été et ne sont pas tous nécessairement anti-européens. Cependant, il s’agit de se demander s’ils ont vraiment été des acteurs investis et s’il y a eu une véritable volonté de faire avancer l’Europe. J’envisage aussi de réfléchir aux difficultés et aux contraintes qu’ils ont rencontrées, que ce soit au niveau des relations interpersonnelles, de l’intégration sociale, de la langue utilisée pour communiquer…

Pour ce faire, j’ai décidé de changer de type de source, en travaillant à partir de sources orales : d’abord pour découvrir un autre type de support, mais aussi parce que je ressentais une certaine lassitude face à la presse. Elle a un côté très répétitif et elle est très longue à analyser, à cause de la quantité d’articles.

C’est pourquoi, j’ai abandonné mon idée initiale qui était de compléter ma réflexion de master 1 en faisant une étude comparée de la première candidature (1961-1963) et de la deuxième candidature de la Grande-Bretagne à la CEE (1967), à partir de la presse britannique. Mon directeur de recherche m’a alors parlé d’un travail mené sur la Commission européenne de 1958 à 1986 qui a donné lieu à la publication de deux livres, dirigés par Eric Bussière, Vincent Dujardin, Michel Dumoulin, Piers Ludlow, Jan Wilhem Brouwer et Pierre Tilly : La Commission Européenne 1958-1972 : Histoire et Mémoires d’une institution et La Commission Européenne 1973-1986 : Histoire et Mémoires d’une institution. Et il m’a proposé de m’inspirer de cela pour mener ma propre enquête sur la perception de la Commission européenne par les Britanniques une fois qu’ils sont entrés dans l’Europe. L’idée m’a plu car elle me permettait de changer de perspective : nous passons d’un regard britannique sur l’Europe de l’extérieur à un regard britannique de l’intérieur, tout en restant dans la continuité de ma recherche de master 1. Cela me donne aussi l’occasion de faire de l’histoire au plus près des acteurs.

Attaquer le master 2 : la nécessite de s’organiser

Pour mener à bien cette réflexion, il s’agit de réfléchir au préalable à un planning de travail. En effet, mon premier mémoire m’a permis de me rendre compte de l’importance de l’organisation quand on fait une recherche. Il faut se connaître pour établir un programme de travail réalisable et essayer de s’y tenir au maximum. Me concernant, je prévois de consacrer mon premier semestre aux sources : leur lecture et leur analyse pour m’attaquer ensuite à l’écriture. Pour cette dernière partie du travail, je me fixe comme objectif d’y passer la fin du premier semestre et tout le second semestre, car j’ai besoin de beaucoup de temps pour écrire.

Et après, le master 2 ?

Creative Commons, Pixabay.

A l’issue de ce master 2, j’envisage de passer les concours de l’enseignement et en particulier, l’AGREG. Je ne pense pas pour l’instant poursuivre dans la recherche, mais peut-être que plus tard, une fois que j’enseignerai, j’y reviendrai.

 

 

 

Crédit image à la une : Creative commons, Pixabay.


Marie-Diane Clanet

Je suis étudiante en master 2 histoire et civilisations modernes et contemporaines à l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Après avoir passé deux ans en classe préparatoire hypokhâgne/ khâgne spécialité histoire/ géographie au lycée Saint Sernin à Toulouse, j’ai obtenu une double licence en histoire et en anglais LLCE . Je travaille actuellement sur les hauts fonctionnaires britanniques à la Commission Européenne de 1973 à 1981, sous la direction de M. Bertrand Vayssière.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search