Des bancs du Mirail aux terres nordiques … et ensuite ?

Cadran solaire de l’église Saint-Vincent d’Urrugne (Pyrénées-Atlantiques, Aquitaine, France). (Source : Wikimedia Commons)

Tout débute après l’obtention d’un Bac ES et le choix de s’orienter vers l’histoire, ayant toujours eu de l’intérêt pour cette discipline. L’arrivée sur les bancs de la Fac pour une Licence, les hésitations quant à la suite de ce cheminement puis le décollage pour la capitale norvégienne … Jusqu’au retour à l’Université Toulouse Jean Jaurès pour une dernière année de Master. Voici la genèse de mon parcours universitaire.

Place à la Licence 1, ses fameux cours dans les préfabriqués de l’ancien département d’histoire et bien sûr la découverte approfondie de cette vaste discipline. Certains cours sont déjà très intéressants, d’autres rappellent un proverbe latin : « Vulnerant omnes, ultima necat » (Chaque heure nous meurtrit, la dernière tue). A la fin de cette année au bilan très mitigé se pose la question d’une réorientation, finalement c’est la poursuite en deuxième année de Licence. Une décision non regrettée puisque les possibilités de cours se diversifient, permettant d’approfondir notre intérêt sur certains sujets. Il en est de même pour la L3, représentant une année de transition avant le Master. Elle est d’autant plus importante dans mon cursus car je fais le choix d’effectuer la première année de Master à l’étranger (ce qui à concrètement motivé mes idées de poursuite d’études).

Hvordan går det ?

Dans le nord de la Norvège …

Le M1 débute avec un décollage vers la Norvège et de nouvelles aventures, accompagné d’un camarade de Master qui est, finalement, devenu un fidèle ami. Et en parlant de décollage, cela permet d’approfondir un peu … Master Histoire et civilisations modernes et contemporaines, parcours Histoire et patrimoine de l’aéronautique de l’espace. L’histoire contemporaine, car je ne me vois pas étudier les autres grandes périodes de l’Histoire et qu’elle est à mes yeux la plus intéressante. Des goûts et des couleurs, on ne discute pas. Ce parcours spécifique car la planification du départ en Norvège m’amène à rencontrer Jean-Marc Olivier (qui devient alors mon directeur de recherche), avec lequel nous discutons d’un sujet de recherche de M1. Ayant de l’intérêt pour l’histoire de la globalisation et des échanges contemporains, le choix se fait : l’étude porte sur le développement de l’aviation civile et des infrastructures aéronautiques ainsi que leurs importances particulières pour la Norvège. Si le bateau est le point d’appui et de concrétisation des échanges d’une première mondialisation, l’avion est celui de la mondialisation contemporaine.

Peut-être quelques mots sur ce Master 1 en échange à l’Université d’Oslo. C’est l’occasion d’apprendre à vraiment parler anglais (le « vraiment » est significatif), de découvrir un autre système universitaire (Pas d’UT2J Bashing, mais il est vrai que l’organisation à la norvégienne est quelque peu différente), une nouvelle façon d’aborder l’histoire et les sciences humaines … Mais aussi de tisser des liens à travers le monde, de découvrir un superbe pays, de voyager, de faire beaucoup de sport (et se faire humilier par des enfants de 3 ans en matière de ski).

On ne saute pas de l’avion en cours de vol

Et nous voilà début juillet … La soutenance permet de tirer les conclusions sur le travail de recherche effectué tout au long de l’année. Du positif et du moins positif, ce premier mémoire connaît des problèmes de mise en forme et de formulation. Même si le M1 à l’étranger apporte un aspect avantageux (possibilité de lire des sources en anglais et norvégien), je n’assiste pas aux cours de méthodologie de la recherche et la structuration de l’année universitaire est bien différente puisque d’autres travaux de recherches sont à effectuer dans certaines unités d’enseignement. Néanmoins la soutenance est ok et le M2 est là ! Cette soutenance a permis de dévoiler les points négatifs du mémoire mais aussi d’y voir plus clair quant au sujet de recherche à rédiger l’année à venir.

Ainsi le travail de recherche de M2 porte sur une compagnie aérienne déjà mentionnée dans le mémoire précédent « Norwegian : itinéraire d’une compagnie régionale norvégienne venue bouleverser le marché low cost international ». Le but sera d’écrire l’histoire de cette compagnie qui était loin d’être destinée à la place qu’elle occupe aujourd’hui. Il faudra expliquer ce processus de développement et son contexte, puis en montrer les bénéfices économiques et sociaux pour la société norvégienne. C’est de l’histoire immédiate que relève ce sujet puisqu’il débute avec le début des années 1990 jusqu’à nos jours. Les articles de presse, bilans économiques, ouvrages sur l’aviation (techniques et économiques) et sur la globalisation représentent la chair des sources pour la rédaction de ce mémoire. Sources dont je souhaiterais cumuler et analyser la majorité avant janvier 2018 pour être sûr du plan de rédaction, des problématiques animant le sujet et du contenu du mémoire (oui, même si il évoluera forcément au fur et à mesure de nouvelles découvertes). Cela, idéalement, avec une classification claire des informations et idées mais aussi avec une bibliographie propre et structurée.

 

« L’esprit humain ne peut juger du futur qu’en calculant d’après le passé. »

Mode Mc Gregor activé (Source : GIPHY)

« Mais qu’est ce que tu vas faire avec des études d’histoire? », quel(le) étudiant(e) en histoire n’a pas entendu cette question ? Relevant partiellement du mépris et de l’incompréhension d’un interlocuteur (qui souhaite tester notre sang froid?) … Cette question est pourtant bel et bien perspicace. Je réponds alors que les études en histoire m’ont permis de construire une culture générale solide, une méthodologie et une façon de rédiger évoluée (bien que loin d’être parfaite), de découvrir la sociologie, l’anthropologie mais aussi le droit. L’histoire est une discipline clef pour la compréhension du temps présent et de la situation du monde à l’heure actuelle.

Même si un Master recherche serait plutôt destiné à un doctorat et à la recherche, les portes pour les concours de la fonction publique sont ouvertes, celles d’écoles de journalisme ou sciences politiques aussi, on peut également entreprendre ou suivre d’autres chemins. Les idées sont nombreuses mais il est dur se fixer un objectif concret à cette heure. Cette année permettra justement d’établir des projets plus clairs. J’aimerais travailler dans un domaine qui m’intéresse, que cela soit l’histoire, le sport, le social ou bien … qui sait ? Il était dur de prévoir mon arrivée en Master 2 d’histoire à travers les dernières années, on ne sait jamais vraiment où l’on va, puis de toute façon, demain c’est loin.

Crédits images à la Une : Paola Sucata, Aéronef De Havilland Canada DHC-8-100 de la compagnie Widerøe, aéroport de Svolvær, Helle (îles Lofoten), 2012. (Wikimedia Commons)


Josué Llopez

Etudiant en Master II Histoire et civilisations modernes et contemporaines (parcours Histoire et patrimoine de l'aéronautique et de l'espace) à l'Université Toulouse Jean Jaurès. Sous la direction de Jean Marc Olivier, mes recherches portent sur la compagnie aérienne Norwegian, son développement d'un point de vue historique et économique ainsi que ses apports pour la société norvégienne.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/12/2017

    […] prédictions énumérées durant le premier billet se révèlent assez pertinentes (il est vrai, je n’avais pas trop pris de risques non plus). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search