Nihil novi sub sole. Tribulations d’un toulousain en Ariège

Le château de Foix (Ariège), septembre 2011, CC, Wikimédia Commons

Mon parcours universitaire se révèle somme toute très classique. Il trouve ses racines dans mon intérêt sans cesse croissant pour la discipline historique. Progressivement, cet intérêt marqué s’est mué en une passion qui m’a naturellement amené à envisager de poursuivre, une fois mon baccalauréat ES en poche, vers une licence d’histoire.

Trois années plus tard, le choix s’offrait pour moi de poursuivre vers l’enseignement, voie traditionnelle et évidente, ou de m’orienter vers un parcours recherche. C’est cette seconde option qui fut privilégiée, désireux que j’étais de me confronter à la lecture et à l’analyse des documents d’archives. S’est alors posée la question ô combien cruciale de la thématique de recherche vers laquelle s’orienter.

Source : GIPHY

Recherche et tâtonnements

Me voila donc parti en quête de mon sujet de recherche, listant les nombreuses possibilités qui s’ouvrent à moi. J’ai d’abord songé à étudier la Fronde toulousaine au milieu du XVIIe siècle. Puis, une nouvelle piste de réflexion s’est présentée lors du second semestre de L3 alors que je suivais l’UE intitulée “Histoire de la Révolution Française” proposée par Mmes Dousset et Sottocasa. Leurs enseignements ont suscité un vif intérêt pour cette période historique si riche; c’était décidé, je m’orienterai vers ce domaine de recherche. Deuxième interrogation: le choix de l’ère géographique étudiée. Ici, l’hésitation fut de courte durée car je tenais à me consacrer à une étude plutôt régionale. C’est ainsi que, en accord avec ma directrice de mémoire, Mme Sottocasa, je décidais d’étudier la Contre-Révolution dans les deux départements de la Haute-Garonne et de l’Ariège. Puis, assez rapidement, le sujet initial a évolué pour s’étendre à l’ensemble des troubles, agitations et mouvements populaires au cours des premières années de la Révolution (1789-1794) dans la zone géographique précitée.

Vers la réalisation du projet

Le sujet était désormais clair, il ne me restais plus qu’à me mettre au travail. Comment ai-je procédé ? J’ai tout d’abord dépouillé intégralement les fonds des tribunaux des districts et des départements de la Haute-Garonne et de l’Ariège afin de saisir précisément l’étendue et le nombre de troubles recensés. J’ai également complété ce travail par l’étude de la correspondance entre les administrations révolutionnaires ainsi que par les procès-verbaux dressés par les municipalités afin de signaler un événement survenu dans l’étendue de leur ressort. Ici, l’objectif était d’étudier la réaction des autorités face aux troubles : la répression est-elle brutale ou non ? Immédiate ou très lente ? Existe-t’il même une réaction ou est-ce l’impunité qui domine ?  Enfin, j’ai agrémenté ce corpus de sources par des revues et des ouvrages d’histoire locale. L’ensemble des informations récoltées m’ont permis d’aboutir à la construction d’une base de données que j’ai tenté de rendre la plus complète possible en mentionnant, pour chaque trouble, des informations diverses tels que le nombre des participants, les armes dont ils disposent, les cris et menaces qu’ils poussent voire les violences auxquelles ils se portent. Enfin est venu le temps redouté de la rédaction. Celui-ci fut parfois difficile, occasionnellement pénible, mais globalement agréable dans l’ensemble.

Et maintenant, que vais-je faire ?

Après avoir soutenu, dans le cadre du M1, mon étude sur les mouvements populaires dans les deux départements de la Haute-Garonne et de l’Ariège durant la période 1789-1794, il m’apparaissait logique de poursuivre cette étude dans la période qui lui est immédiatement postérieure. Ma volonté, pour cette année qui s’annonce, est de me consacrer exclusivement sur l’espace ariégeois, abandonnant à dessein celui de la Haute-Garonne. En contrepartie, il me semble plus intéressant de prolonger la durée de l’étude, commencée en 1795 et que j’ai l’intention de pousser jusqu’aux lendemains de la Révolution de 1848. Cette vaste période, de plus de 50 ans riches en rebondissements, entend donner une vision d’ensemble de la vie politique dans ce petit département peu étudié par de précédents travaux. En ce qui concerne le planning d’organisation, j’ai d’abord eu l’idée folle de prévoir un agenda de travail. Mais cette lubie m’est vite passée lorsque je me suis souvenu de ma répugnance naturelle envers toute forme d’organisation. Mais soit, envisageons tout de même un semblant de chronologie. J’entend débuter par le dépouillement archivistique qui, vaste période oblige, occupera une grande partie de l’année. Puis, parallèlement à cela, rechercher et étudier des publications savantes telles que celles de la société ariégeoise des sciences, lettres et arts. Tout ceci devrait nous amener aux alentours de janvier-février. Enfin, il faudra compter sur un séjour à Paris pour consulter les fonds des archives nationales, passage obligé pour bon nombre de jeunes chercheurs. A l’issue de cette année et, je l’espère, de l’obtention du M2, j’envisage de passer les concours du CAPES et de l’agrégation afin de m’orienter vers les métiers de l’enseignement voire dans le domaine de la conservation du patrimoine.

Crédit Image à la Une: Le château de Foix, CC Wikimédia Commons.


Damien FRANCHINI

Mon champ d'étude débute à la Révolution française puis s'étend tout au long de la première partie du XIXème siècle. Etant originaire de Toulouse, je fus particulièrement et naturellement attiré vers l'histoire régionale du Sud-ouest durant cette période ce qui explique ma thématique de recherche, à savoir les troubles en Ariège de 1789 à la Révolution de 1848.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.