Les aventures de Mireille Havet : Tome 2

cc. wikimedia commons

La seconde année commence et il faut se remettre au travail – sans avoir vraiment cessé pour certains – au point qu’il semble ne pas y avoir de réelle rupture entre le M1 et le M2. Et pourtant, les enjeux ont bien évolués.

En première année, il s’agissait avant tout d’une découverte, d’un premier contact avec la recherche. Pour la première fois, nous plongions dans le sujet choisi. Pour la première fois, je découvrais Mireille Havet, son journal, son amour des femmes… Cette année, le sujet est connu – dans les grandes lignes du moins – et il faut l’approfondir, l’envisager sous un autre angle, lui donner suite. Cette année,  il faut transformer l’essai !

Petit flash back …

Avant de rejoindre les bancs de l’université, j’ai d’abord réalisé deux années au sein de la classe préparatoire aux grandes écoles Chartes, en filière contemporaine, avant de venir valider ma Licence 3 d’Histoire à l’UT2J. Malgré tout, je ne savais pas dans quelle discipline poursuivre mes études. Les deux années de prépa à Fermat m’avaient également permis de valider une Licence 2 d’histoire de l’art. J’ai donc décidé de compléter ma licence dans cette matière, et de profiter de cette année supplémentaire avant le master pour réaliser un Erasmus en Espagne, à Saragosse. Cette année d’Erasmus s’est avéré particulièrement enrichissante et restera un des temps fort de ma vie étudiante ; mais j’ai pu me rendre compte au fil de l’année que j’étais bien plus historienne qu’historienne d’art. De retour en France, j’étais fixée : ce serait donc l’histoire. La recherche m’attirait, même si je savais déjà que je ne voulais pas en faire ma carrière. Il s’agissait davantage de découvrir une nouvelle façon de travailler, une nouvelle approche de l’histoire.

Un cours sur l’histoire des femmes et du genre suivi en L3 a déclenché mon intérêt pour ces problématiques et allait s’avérer déterminant dans le choix de mon sujet de mémoire, à savoir : « Les mots de la sexualité dans l’écriture intime féminine : le journal de Mireille Havet (1898-1932) ». J’avais aussi rencontré, en Erasmus, des personnes particulièrement intéressées par les dynamiques féministes et les questions de genre. Souvent nous discutions de ces thématiques et, tout au long de l’année, ces débats sont venu renforcer mon intérêt pour le sujet.

Poursuivre et repenser son sujet !

La soutenance de M1 m’a permis de prendre du recul sur mon travail et d’envisager les rectifications à apporter dans ma méthode pour cette seconde année. Le piège, en quelque sorte, d’un travail à partir de sources de l’intime, qui plus est d’un journal, c’est de ne pas prendre suffisamment de distance par rapport au discours et son auteur, s’immerger trop profondément dans un texte subjectif et ne pas le mettre suffisamment en relation avec son contexte. Mon travail de M1 présente au fond un aspect très littéraire. L’enjeu pour cette nouvelle année sera de réaliser un travail de contextualisation plus approfondi afin d’ancrer plus fermement mon mémoire dans une perspective historienne.

Mais l’objet de mes recherches demeure toujours, pour cette seconde année de master, le journal intime de Mireille Havet et l’étude de son discours sur sa sexualité, dans toutes les nuances qu’il revêt : construction et fragilités d’une identité lesbienne, ambiguïtés du discours sur l’hétérosexualité, témoignages sur le vécu lesbien des années folles. En cela les termes mêmes de mon sujet n’ont pas évolué. J’avais travaillé en M1 sur les deux premiers tomes de son journal d’adulte, couvrant la période 1918-1924. La question s’est posée, lors de la soutenance, de savoir dans quelle direction poursuivre mon sujet : en amont, en étudiant, à travers ses journaux d’adolescence, le processus d’identification, d’acceptation puis d’affirmation de sa sexualité lesbienne ; ou bien en aval, afin d’approfondir sur les évolutions (et leur cause) dans sa façon d’évoquer et de considérer sa sexualité. Par ailleurs, à l’âge adulte, elle évolue dans les cercles mondains et bohèmes parisiens, ainsi les journaux de cette période permettent une histoire plus générale du lesbianisme dans les années 1920. Les deux options présentent des intérêts certains, et une visite aux archives de la BIU de Montpellier, où se trouve le fonds Mireille Havet, sera sans doute d’une grande aide dans la détermination de la direction à suivre.

Pages des journaux de Mireille Havet
© tous droits réservés Fonds Cocteau BIU Montpellier

Par la suite, le dépouillage des sources m’occupera sans doute jusqu’au mois de décembre ou de janvier. La méthodologie est particulière en raison de la nature de mes sources. L’écriture imagée et lyrique de Mireille Havet rend très difficile d’établir une grille d’analyse systématique ; il s’agit donc, en quelques mots, d’une lecture minutieuse des journaux et d’un recensement des extraits les plus significatifs. J’ai également prévu de contacter très prochainement l’éditeur scientifique des journaux de Mireille Havet, dans l’objectif de réaliser une base de données bien plus précise des termes employés dans le journal pour qualifier la sexualité. Viendront ensuite l’élaboration de la problématique, du plan, et enfin le moment « tant attendu » de la rédaction.

Et après ?

En voilà une question ; et qui sort facilement de la tête lorsqu’on est pris dans ses recherches, puis dans l’écriture. Arrivé à leur terme, ces deux années de recherche m’apparaîtront sans aucun doute comme particulièrement enrichissantes pour mon parcours universitaire comme sur un plan personnel. Pour autant je n’envisage pas la poursuite en doctorat dans l’immédiat. Dans un premier temps, je compte donc préparer et passer le concours de l’agrégation, quitte à revenir plus tard vers le doctorat. Qui sait ?

Crédits image à la une : Henri de Toulouse-Lautrec, Les deux amies, 1894-95, Wikicommons


Pauline Laurent

Etudiante en Master 1 recherche en Histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès (2016-2017) sous la direction de Sylvie Chaperon, mon mémoire porte sur les mots de la sexualité dans le journal intime de Mireille Havet. Diplômée d'un BAC L en 2012, j'ai réalisé deux années de CPGE Chartes au lycée Pierre de Fermat. J'ai ensuite obtenu 2 licences : une licence d'Histoire à l'université Toulouse Jean Jaurès (2014-2015); une licence d'Histoire de l'art en Erasmus à Saragosse, Espagne (2015-2016).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search